Images de page
PDF
ePub

i mais

eux leurs propres familles, et, dans le silence de l'indignation , alla prendre ses postes autoár de la ville. Les officiers que l'armée, en se reformant, avait rejetés, et dont elle avait ainsi proclamé le patriotisme", s'empressèrent de marcher ; on leva un corps de cavaterie ; mais ce n'était pas assez contre les forces qui s'avançaient ; l'armée était furieuse; on craigrit de l'irriter en vain. Les communes dépouillèrent toute 'apparence d'hostilité, et semblèrevit'attendre l'évènement. L'armée s'arrêta , et fit ses demandes (1). .. pr. D .

Chaque jour une requête nouvelle était sigmfiée aux communés.; chaque concession était 'suivie d'un ordre. D'abord , les soldats voulaient faire respecter leurs intérêts; puis c'était leur honneur qu'ils voulaient venger; ensuite , on

devait punir leurs 'ennemis ; enfin, ils préten' dirent à constituer la 'nation (2). Bortne

Deb Constituer la nation. .... on disait que la nation était constituée quand elle avait au milieu d'elle, répandus avec ordre sur chaque point du

[merged small][ocr errors]

territoire, ses anciens vainqueurs et leurs agens. Ces hommes avaient quitté la terre, leurs places étaient vides, l'armée demandait qu'on lui livrât , ces places; si les Anglais ne pouvaient répondre, -les Anglais s'avonaient conquis, .

Quand on lit de pareilles infortunes , le livre tombé des mains , et l'on pleure sur l'humanité.

Quel devait être le sentiment de ces hommes qui , au moment où ils allaient voir leur demeure libre , se trouvaient tout d'un coup obsédés par une nouvelle troupe de maîtres que nulle sagesse n'avait pu prévenir, qu'ils avaient armés euxmêmes, qu'ils avaient aimés comme leurs frères? Dans les infortunes privées, que la vie cesse et Je malheur a fini; mais, dans cette infortune d'un peuple qui ne pouvait mourir, chacun voyait sa misère se prolonger après lui, et la destinée de ses enfans rouler sans repos days ce triste cercle d'efforts et de revers. Qu'un jour, s'écriaient-ils, qu’un jour, lorsque nos pouveaux maîtres auront vieilli, nos fils tentent comme nous de s'affran- . chir; comme nous alors, ils verront une autre race de conquérans sortir du sein de cette terre qui nous nourrit pour être misérables. Leur âme s’affaissait sous le poids de cet esclavage éternel.

: Pour premier acte de sa volonté de travailler à son gré sur le peuple, l'armée demanda l'emprisonnement de onze membres des communes, qu'elle, appelait ses ennemis. C'était Waller, Hollis, Massey , Glyn , et d'autres des plus dévoués pour le pays. Son second ordre fut qu'on suspendit toute espèce d'armement ; elle voulaît être seule dans l'Angleterre en état d'offenser et de se défendre (1)........iiiiinin

... En même temps qu'elle désarmait les sujets, elle se recrutait parmi eux, et attirait à elle tout ce qu'il y avait de forces sur pied ; le général Pointz, qui gardait le nord , fut abandonné de „ses troupes (2). Le code Post 11. L'armée traînait toujours le roi à 'sa' suite; 'elle semait des bruits qui tenaient en suspens le parti de l'ancienne domination ; on la voyait proposer un'accord à son prisonnier, soit que seulenient elle voulût avoir quelque temps de repos et de sécurité pour s'affermir , soit que , redoutant le désespoir des sujets, elle voulůt joindre à sa

[ocr errors]

iiu .:(!) Hume's history, chap. 4IX. i wi (7) Id.

Begii

?1

forcé la force des anciens possesseurs, et exploiter le pays à frais et à profits communs (1). : ;

Rétablir le roi dans ses droits légitimes', soutenir les seigneurs et leurs droits légitimes, c'était la voix de toute l'armée (2). Les généraux protestaient au général prisonnier que sa cause 'était leur cause, qu'ils la soutiendraient avec lui , qu'ils le vengeraient contre ces vils sujets,

quand bien même il leur faudrait appeler au 'secours les hommes qu'ils haïssaient les plus ; sece nous purgerons les communes , lui disait Ire» ton, nous les purgerons si bien qu'à la fin ce » que vous voulez sera fait (3). » Au milieu de ces assurances, les intérêts mutuels se débat

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

"}(29. The chief officers treated the king with regard and

spake on all occasions of restoring him to his just powers and prerogatives. In the public declarations of the army, the settlement of his revenue and authority were insisted on. The royalists every where entertained hopes of the restoration of the monarchy; and the favour they universally bore to the army, contribd téd, very much to discourage the parliament, and to forward their submission.

.. (Hume's history, chap.LIX.) $2) Mémoires de Ludlow, tom, jer, -,.,

(3) Cromwell told that he did really and uprightly mean and intend to restore and establish him in his just and lawful rights , imprecating that neither himself, nos aient. Il fut résolu d'un conimun accord que le roi reprendrait ses anciens titres et ses anciens revenus , et que Cromwell'serait associé à la propriété du pays sous le titre de vicaire général de f’Angleterre (1). Ireton devait être vice-propriétaire ou lieutenant de l'Irlande (2). L'armée , en corps, voulait être autorisée à įmposer au peuple une taxe territoriale qui serait levée par les solIdats eux-mêmes (3). : Liri iki

D'après la volontédes nouveaux conquérans, de - ne laisser aux subjugués aucune force de guerre, la

9 iubijati ..',,'s planlan Innen ?

so ein, Veit, IT'; « his wife or children might ever prosper, if he did not restore him , in case the army remained an army. » ** Treton expressed the same sense and farther added , be that rather than his majesty continue this ontslaved by - those tvile presbyterians, he would join with French , 5 Spaniard , cavalieri, fonany that.would join with him in ?prder to his redemption. That they should purge and purge again till they had brought the houses to perfona his majesty's business. v. i i

su (Echard's history of england, liv. II., chapa viji -v (1) Coke's detection of the state of England, tom.Pjer. @) 'Hume's history, chap. tix.

Horosios (3) To settle à tax 'upon the people , by way of landrate for supporting the army, to be collected and levied by the soldiers themselves. iniisiisidor . . .(Echard's history, liv. ir, chap. v.}.

« PrécédentContinuer »