Images de page
PDF
ePub

vaient produire ; les ports étaient vides et les marchés déserts (1).

Les conquérans furent alarmés ; lenr vie dépendait du travail des vaincus. Les généraux, au nom de toute l'armée, proclamèrent qu'ils voulaient mettre quelque mesure dans l'exploita

tion ; qu'il y aurait des lois ; et ils publièrent, , sous le titre menteur de Consentement du peuple (2), un projet de réglement pour leurs affaires. Cette pièce faisait savoir aux sujets conibien de députés ils pourraient choisir

ur aller disputer l'impôt contre les maitres , chose qui leur importait beaucoup; et de plus quelle sorte d'hiérarchie il y aurait dans la troupe des maîtres, chose qui ne les regardait nullement.

Il était résolu par l'armée, que le chef de l'armée rivale devait mourir (3); on avait lieu de s'attendre à une exécution militaire ; mais par une bizarrerie singulière, l'armée s'avisa de faire intervenir les sujets dans sa vengeance, et de frapper en leur nom ce coup qui leur ôtait leur dernière et triste ressource.

,

1 avan

(1) Hume's history, chap. Lix. (2) The agreement of the people. (3) It was resolved by them all the king must dye. "

(Echard's history, liv. II, chap. v.)

L'armée qui occupait présentement l'Angleterre était sortie de l'Angleterre ; en faisant de ses compatriotes des sujets , elle avait trahi. L'armée dont elle tenait la place, n'avait pas pris de même son origine dans le pays; quoiqu'elle fit contre les habitans, elle ne pouvait trahir; son crime était violence, et non félónie. L'armée anglaise , maîtresse du peuple anglais, chargea te · chef de l'armée étrangère de trahison envers le peuple, quand elle seule pouvait en être coupable. Sur ce mensonge, elle fit dresser, pår un comité à ses ordres dans la chambre des communes, une accusation contre Charles Stuart (1). . · Chaque mot, dans cet acte, porte l'empreinte d'une raillerie froide. C'est la puissance insultant à plaisir ceux qu'elle a mis sous ses pieds. On y fait déclarer avec sérieux par les commissaires, que le peuple anglais, écrasé et gémissant, a tout pouvoir, et qu'eux-mêmes, qui écrivent en tremblant sous la dictée des maîtres, représentan's du peuple libre, sont les dépositaires de son pouvoir souverain (2). Pour que l'étonnement cessé, il

се

(1) Hume's history, cha, LIX.

(2) That the people were under God the original of all power; and that the commons of England being chosen , and representing the people, were the supream power of the nation. (Echard's history, liv. 16., chap. v.)

faut se rappeler que ce fut toujours le plaisir des chasseurs d'hommes de mettre les vaincus aux prises, dans les fêtes de leur triomphe, et de les voir s'assaillir et s'entretuer (1).

Å fin de prolonger la scène, ils préparérent un jugement dans toutes les formes. Ils voulaient qué 133 sujets vinssent siéger comme arbitres, tandis qu'ils seraient spectateurs; mais l'ignominie de ce rôle parut si ipfàmé à ceux qui étaient mandés, que la plupart résistèrent à l'ordre; les conquérans eux-mêmes furent contraints de descendre dans l'arène pour qu'il y eût assez de gladiateurs (2).

On ne put rassembler que soixante-dix juges, et plus de la moitié étaient soldats (3). · Là cour siégeait en grande pompe sur un théâtré élevé dans la salle de Westminster; le prisonnier, conduit trois fois devant elle, dit

(1). On lit dans Suétone qu'après une guerre contre les Germains , deux mille prisonniers furent forcés de se battre dans le cirque pour le plaisir du peuple Romain. Avant de tirer l'épée, ils adressèrent ce salut à l'empereur : Ave Cæsar, morituri te salutänt.

(2) They erected a new court of justice two thirds of which were soldiers. (Coke's defection , tom: jer.)

(3) Hume's history, chap: Lix.

qu'il ne voyait point là le peuple; que d'ailleurs il n'avait pas trahi le peuple ; et il refusa de répondre. On produisit des témoins qui l'avaient vu combattant contre le parlement, et qui n'avaient pas vu le parlement emprisonné et les anglais abattus, subjugués, dévorés par l'armée. La sentence fut prononcée. Le condamné l'entendit avec calme, comme un homme qui a fait une entreprise dont il savait d'avance le danger (1).

L'exécution se fit le 30 de janvier 1649, sur la place de Whitehall. A cette vue, le peuple fut saisi de tristesse ; il sentait son néant, il voyait le sort des vaincus (2). .

Des sentences pareilles furent rendues contre tes autres chefs prisonniers. Parmi eux, était le duc d'Hamilton , qui protestait en disant : « Je ne suis pas traître, je suis ennemi; pourquoi, confondez-vous les termes (3)? »

L'armée appelait ses vengeances la justice du peuple; sa victoire, la liberté du peuple; et le conseil qui tenait la place des communes, les gardieris de l'indépendance (4). On renversa la

(1) Hume's history, chap.IIX. . . .;.,.'
(2) Id.
(3) Id.
(4) Keepers of the liberties of England.

statue de Charles, et l'on écrivit sur la base , , le dernier des Rois a passé (1). Il eût suffi de rappeler ce que signifiait ce mot pour démentir l'inscription (2).

(1649.) Cinquante mille hommes armés campent sur la terre anglaise. Comme la troupe qui, avant eux, occupait le pays et qui s'est retirée après six cents ans de séjour, ils déclarent aux habitans qu'ils sont, de droit, leur propriété, et qu'à défaut de puissance personnelle, ils ont pour

[ocr errors]

(1) Exit tyrannus regum ultimus.

(2) Tout ce qui avait appartenu au condamné en meubles et en choses précieuses fut vendu , et l'argent partagé par les troupes. Voici quels furent les acheteurs :

The princes of Cristendom hastened to be sharers of the spoils of the murdered monarch. Cardinal Mazarine now governour of France, sent to be admitted as a merchant to traffick in the purchase of the best goods and jewel sof the rifled crown. The king of Spains ambassador, purchased as many pictares, and other.precious goods belonging to the crown, as were carry'd upon cighteen mules from the Groyne to Madrid. Cristina queen of Sweden; bought the choice of all medals, and some pictures of great price. The arch-Duke Leopold, governour of Flanders , disburs'd great sums for many of the best paintings, which adorned the several palaces of the king. i

(Echard's history, liv. III, 'chap. rer.)

« PrécédentContinuer »