Images de page
PDF
ePub

un revenu que la victoire ; ce n'était à leurs yeux que le moyen d'obtenir une vie indépendante. La race humaine se partage en deux races diverses : l’ụne s'agite pour être maîtresse d'ellemême ; l'autre pour devenir maîtresse des hom, mes; si la première combat, ce n'est jamais que pour conserver , elle se défend ; c'est la race civilisée ; l'autre combat pour acquérir , elle offense; c'est la race barbare.

(1652.) L'armée avait achevé de chasser ses concurrens de toutes les terres qu'ils occupaient. L'Irlande , l'Écosse , les îles de Jersey, de Guernesey, dę Scilly, de. Man, les plantations d’Amérique, les Bermudes, Antigoa , la Barbade, la Virginie, étaient à elle (1); pourtant, elle n'était pas rassasiée.

Les riches navires des Hollandais qui passaient à la vue de ses côtes tentèrent son avarice ; dixhuit- vaisseaux furent d'abord saisis pour contrajndre les Hollandais à la guerre; ensuite fut décrété le fameux acte de navigation (2). Cette mesure hostile passa pour être une précaution de commerce ; mais ceux qui l'inventèrent étaient sans doute loin d'y songer ; que leur im

(1) Hume's history, chap. LX. (2) Id. i. .

i

[merged small][ocr errors]

produire.

Les sujets industrieux murmurèrent de ces violences faites à leurs voisins industrieux et libres. Ceux qui travaillent sont tous amis, et les opprimés trouvent du soulagement à contempler comme un lieu d'asyle une terre où la liberté règne. Des voix s'élevèrent dans les communes, et sur-tout la voix de Henri Vane, pour diffamer cette guerre et pour se plaindre encore du joug des vainqueurs (1). On semblait dire au peuple de la Hollande : « les ennemis qui vous menacent sont les nôtres; si vous les faites plier, vous serez nos sauveurs, et si vous êtes vaincus, nous 'mettrons en commun notre désespoir. »

La guerre se fit, et les brigands eurent pour eux la fortune. Les Hollandais perdirent seize cents'navires ; aucune mer n'était plus sûre pour eux; ils demandèrent la paix (2).

Pendant ces exploits extérieurs, l'armée jetait l'ancre dans le pays ; elle avait décrété la mort contre quiconque oserait douter dans ses

s

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) We are told that that famous republican opposed the dutch war, and that it was the military gentle1 nen chiefly who supported that measure.

(Hume's history, chap. 1x:) (2) Hume's history, chap. LX.

sieurs

[ocr errors]

men

écrits, dans ses paroles el jusque dans sa pensée, si le pays garderait ses maîtres, si leurs armes étaient infaillibles, si le bras de Dieu était à leurs ordres , et si les subjugués avaient besoin de leur présence. Les cachots se reinplissaient, les taxes croissaient toujours. Le travail de plusieurs millions d'hommes suffisait à peine à quelques milles, tant leurs besoins étaient immenses (1).

Le jury, pris parmi les sujets , arrachait aux maitres leurs coupables; un homnie qu'ils vonlaient pupir avait été absous aux acclamations de toute la ville de Londres. Pour de plus receyoir de pareils affronts, ils établirent une haute Cour de justice sous la direction de leur grand conseil , et remirent en vigueur la loi martiale , la jurisprudence du sabre (2). , . wie ;

(1353.) La nation s'exprimait hautement contre ces mesures ; elle paraissait dans ce trouble qui précède et annoncé les grandes crises. Les députés des communes crurent que le moment était venu de donner le signal ; ils convinrent

ece

(1) Hume's history, chap. LX.

(2) They erected a high court of justice, which was to receive indictements fro:n the council of state.

. (Hume's history, chap. Lx.)

d'un jour où, par un acte solennel, ils devaient se démettre tous à la fois de leur office de défenseurs du peuple, et le léguer au peuple hrimiếme : c'était lui déclarer qu'il n'avait plus rien à attendre que de ses bras' et de son courage (1): Mais le général , qui avait des espions, apprit ce dessein et l'empêcha.

La veille même du jour fatal, il parut à la chambre escorté de trois cents satellites : « Sortez , cria-t-il, vous n'êtes plus un parlenrent! sortez , faites place à de meilleurs que vous. » A ces niots, qu'il accompagnait d'injures, les soldats firent vider la salle (2).

Le conseil suprême de l'armée était fatigué d'avoir en face de lui un conseil de sujets qui pouvaient discourir et le contrôler impunément, Les dispositions du peuple faisaient craindre de supprimer tout d'un coup la chambre des conmunes; mais on prit la résolution de ne plus laisser aux sujets le choix de ceux qui devaient les défendre contre la cupidité des maîtres ; les maîtres eux-mêmes se l'attribuèrent. Sur uu ordre du général en chef, cent quarante per

TOLE

ran

(1) Mémoires de Ludlow , iom, II, (2) Hume's history, chap. IX,

VO

[ocr errors]

sonnes se rendirent à Londres pour être le parlement (1). Linus ? ! :

On ne s'était pas adressé au hasard , et d'avance', 'on comptait sur la docilité de ces hommes. On se trompa pourtant. Ces honimes étaient ñés sujets , il n'était point en leur pouvoir de l'oublier, et ce soưyevir avait alors un pouvoir surnaturel contre lequel élait impuissante la phis 'ferme volonté de complaire. Il semblait que la conscience du bien pesat sur leur ame de tout l'effort qu'ils faisaient pour l'étouffer ; car ils osérent plus que personne ayant eux. Ils soutinrent; en présence de l'arniée, qu'ils avaient des droits contre elle, des droits divins conime ceux qu'elle attestail, et que c'était la volonté de Dieu que les sujets eussent un recours' (2). Un déta: chement de soldats fut envoyé, et la chambre des communes restà vide encore une fois. .

Il fallait que ce peuple, tout abattu qu'il était," edt encore quelque chose d'imposant aux yeux

7.) Hüme's history, chap. IXI.

(2) Cromwell. was dissatisfied that the parliament though they had derived all their anthori ty from him, began to pretend power from the Lord, and to insist al.' ready on their d'ivine conimission." ;

(Hume's history , chap. LXI.),

« PrécédentContinuer »