Images de page
PDF
ePub

Les chefs de l'armée sentaient le besoin de se retrancher dans une organisation forte qui n'offrit, de toutes parts, qu'un front d'épées, et où le petit nombre de sujets qu’on admettrait au conseil, seraient enveloppés et sans action. Ils prirent seize hommes parmi les sujets, et, sous la direction de sept des leurs, ils leur attribuérent les fonctions de la chambre des communes. Ce conseil, qu'ils appelèrent comité de salut (1), devait remplacer la chambre avec autant de fruit et moins de danger pour les maîtres. A côté, ils établissaient un conseil de guerre composé de soldats de tous les corps (2), Les sujets s'attristaient à la vue de ces dispositions hostiles ; leurs liens se resserraient , leur joug devenait plus pesant; avec l'espérance d'être libres, ils perdaient le pouvoir de se plaindre , seul et triste dédommagement de leurs maux. Des événemens imprévus vinrent subitement interrompre et 'retarder leur désespoir.

Le 29 d'octobre 2659, le comité de salut reçut des dépêches envoyées par George Monck colonel, qui occupait l'Ecosse à la tête d'un dé

(1) Committee of safety.
(2) Hume's history, chap. LXII.

tachement de l'armée. Cet officier se plaignait de la violeụce qu'on venait de faire à l'assemblée des communes , et de ce que

et de ce que les sujets étaient maintenant à la merci des maîtres', sans défense sans avocats. Il annonçait que ni lui, ni ses soldats, ne voulaient partager les fureurs de l'armée d'Angleterre, et qu'ils se mettraient en marche, pour aller rendre au parlement détruit son existence ét sa liberté (1). Cette résolution d'un agent des vainqueurs, contre l'intérêt des vainqueurs, surprit étrangement ceux qu'elle menaçait et ceux qu'elle devait-servir. Tous les esprits furent en suspens.

George Monck n'était pas né sujet; issu d'une famille des anciens conquérans , suivant les moeurs de sa caste, il s'était fait un métier de porter les armes. D'abord, il avait prêté son épée à ses chefs naturels dans leurs expéditions de Gadix et de l'ile de Rhé (2); ensuite, il s'était loué aux Hollandais; ensuite , il était venu en Angleterre se réunir à sa nation, contre la ré

a) That he would not follow the english army in their made counsels, and their fanatick courses ; and he de-, clare'd his resolution to restore the parliament to a freedom of seeting and acting against all opposition.

(Echard's history of England , liv. III, chap. Iir.) (2) En 1627, sous le commandement de Charles Iès,

volte des sujets. Tombé dans les mains de ceuxci, après une défaite, il avait passé deux ans à Londres, pauvre et prisonnier. Quand les An, glais furent mis sous le joug par l'armée anglaise, Monek se vendit à cette armée ; il reçut l'emploi de tuer pour elle ou des sujets, ou des hommes de sa race; il battit ep Irlande un de ses premiers chefs (1), et en Ecosse , son roi (2). Chargé de réduire l'Ecosse, il avait dompté ce peuple jusqu'à l'épuisement (3). On sayait que, jamais, Monck n'avait trahi personne tant qu'il avait éré payé (4); on savait que, jamais, il n'avait témoigné à la race des vaincus, que la haine d'un ennemi,quynefroideur impitoyable ; et voilà que tout d'un coup il démentait son caractère et sa conduite; l'on se perdait en conjectures. 14

Cependant, Monck, de son autorité privée ,

(1) Le marquis d'Ormond.
(2) Hume's history, chap. LXI.

(3). Which country he had sufficiently humbled and reduced to a degree of subjection before unknown to that people.

(Echard's history of England , liv. II, chap.IIs.). (4) Ludlow appelle Monck un homme avare , ambitieux, sans principes , ou n'en ayant que de mauvais. (Voy, ses mémoires, tom. jer., page 209.)

[ocr errors]

rassemble des représentans de toutes les provinces d'Ecosse , et il les oblige de contribuer une somme d'argent qu'il partage à ses troupes (1). Il achète les officiers qui l'accompagnent, emprisonne ceux qui refusent de se vendre, et, laissant derrière lui quelques régimens pour contenir le peuple, il s'avance en Angleterre (2).

Au nom du parlement qu'il attestait , les sujets s'empressaient de l'aider dans sa marche ; ils nourrissaient volontairement l'armée de Monck, et résistaient aux impôts que levait l'autre armée. Les soldats de celle-ci , chassés

par

la famine, allaient en foule se joindre aux troupes d'Ecosse. Les subjugués reprenaient courage, et les villes que les maîtres vidaient pour se mettre en campagne,

fermaient leurs portes, et se déclaraient

(1) He called together a general assembly somewhat ressembling a convention of the states of Scotland; which he had subdued to all imaginable tameness. Upon the meeting of the convention he let them know, a that he » had receiv'd a call from heaven and earth, to march p with his army into England, for the better settlement >> of the government there, » He press'd them a that » they would pay in a present sum out of the arrenrs of -> their, taxes for the supplying the necessities of the

armyi» (Echard's history, liv. Ili, chap. IIr. ) (2) Hume's history, chap. 2*Ifa :

terre libre. Londres, malgré ses garnisons, se copsuitua en cité indépendante (1). On vit même des soldats abdiquer leur emploi de maîtres et redevenir citoyens (2). On eût dit, à ce mouvement universel, que le pays allait être rendu à lui-même.

(1660). Dans cette extrêmité, le conseil des officiers rappela encore le long parlement (3), craignant toujours moins cette assemblée qu'une autre, et espérant, à la fois, arrêter Monck et désarmer les sujets. Mais le long parlement refusa de rien voter pour l'armée avant qu'elle fût retirée et paisible dans ses cantonnemens ; les sujets demandèrent un parlement libre, et Monck. poursuivit sa marche (4). 1. Arrivé à Saint-Albans, il fit signifier aux garnisons de la ville qu'elles livrassent leur place à ses régimens. Elles cédèrent avec peine. L'armée de Monck campa à Westminster (5).

(1) Hume's history, chap. LXII.

(2) They agreed among themselves', that the officers might fight with one another if they pleased , but the seldiers would fight for none of them. (Coke's detection, etc., tom. 11.

) (3) Le même qui avait été épuré par l'armée, et chasse par Cromwell.

(4) Hume's history, chap. x. (5) Id.

« PrécédentContinuer »