Images de page
PDF
ePub

de son art. Sa Vue d'Ostende présente des détails charmans et d'une exécution ferme. Nous trouvons cependant que la lumière qui éclaire cette scène est un peu trop claire pour la lune. Elle nous paraît rendre mieux ce jour indécis que nous laissa, pendant quelque temps, la dernière éclipse de soleil.

Le n° 151, Vue d'Anvers ', dont nous avons donné la lithographie, est une jolie composition d'un effet vrai. On pourrait désirer cependant un peu plus de perfection dans le dessin. Le pelit tableau de M. Donny, porté au n° 585 du supplément, rend un fort joli site. L'artiste y a placé la tour de la machine hydraulique, si pittoresquement assise sur un monticule du boulevard du Régent, seul reste qui subsiste des anciens remparts entre les portes de Louvain et de Namur.

En résumé, nous voyons dans M. Donny un artiste qui se fonde une belle réputation et dent les études consciencieuses assureront l'avenir.

i Hauteur, mètre 0,80; largeur, mètre 1.10.

[ocr errors]

VERSCHAEREN.

L'Exposition, qui ne devait durer qu'un mois, en a duré deux, et chacun a applaudi à cette mesure du gouvernement. Une collection aussi considérable, aussi variée, aussi digne d'examen, ne pouvait être justement appréciée en trente jours. L'afïluence du public, qui n'a pas un instant cessé de se porter au Salon, est la meilleure preuve que l'on puisse donner de l'utilité de cette prolongation. ll y a même quelques ouvrages que nous n'aurions pu voir si l'on s'en était tenu aux premières dispositions. Outre les tableaux de MM. Eug. Verboeckhoven, Van Brée et de Jonghe, il nous est arrivé de Rome deux paysages de M. Verstappen, un portrait et un tableau d'histoire de M. Verschaeren; M. Debiefve

[graphic]

a pu réparer son tableau du comte Ugolin. Nous avons encore vu enrichir la salle des sculptures d'un petit groupe d'après Thornwalsen, et d'une statue de BienAimé. Certes, les salles supplémentaires que l'on a été forcé d'ajouter à la galerie auraient, à défaut d'autre considération, suffisamment motivé la disposition royale qui a retardé la clôture.

M, Verschaeren est un lauréat de l'école d'Anvers, pensionnaire à Rome. Le tableau qu'il en a rapporté prouve qu'il a bien employé son séjour dans la capitale du monde chrétien et du monde des beaux-arts. 11 a profité si bien des modèles que l'Italie a étalés à ses yeux, qu'il ne paraît pas avoir conservé le souvenir de la Flandre. Nous l'en féliciterons, si quelques années de séjour dans son pays le débarrassent aussi complétement des réminiscences italiennes sans le ramener à l'imitation de l'école flamande. M. Verschaeren n'est pas original; on ne peut pas dire absolument qu'il imite un maître, mais il y a dans son Éliézer et Rebecca un dessin et une composition qui rappellent fortN. Poussin, une couleur et une manière de contourner les draperies qui sentent leur Mignard. C'est donc en suivant un système qui ne peut pas être le résultat de ses propres observations, en employant des procédés qu'il n'a pas imaginés, que M. Verschaeren a conçu et exécuté son tableau. Aussi

« PrécédentContinuer »