Images de page
PDF
ePub
[graphic]

agréable effet. Nous voudrions toutefois plus de nature et de vérité dans le ton de ses maisons. Nous trouvons là, comme dans les bateaux de M. Jacob Jacobs, le convenu à la place du vrai.

Nous voudrions encore voir un effet moins éparpillé, plus d'unité. L'artiste détruit l'unité en abusant d'une touche piquée en blanc dont il a pour ainsi dire criblé ses tableaux, ce qui les fait papilloter, Il ôte ainsi à la nature qu'il a voulu rendre, cette tranquillité qui lui sied toujours beaucoup mieux. Enfin, avec un peu plus de simplicité et de vérité, M. Ruyten fera de délicieux intérieurs.

DEFIENNES.

La mort du comte d'Egmont, le 5 juin 1568.

[ocr errors]

Le succès de ce tableau n'a pas répondu à l'attente de l'artiste, et nous n'avons pas dessein de chercher à infirmer le jugement du public, tout sévère qu'il s'est montré. Nous ne pouvons pas cependant nous empêcher de faire remarquer quelques beautés qui attestent dans le peintre, sinon l'aptitude à traiter la grande peinture historique, du moins une certaine habileté de pinceau et de dessin. Assez d'autres se sont chargés de la pénible mission de la critique. Un mot d'encouragement est bien dû à M. Defiennes, et nous le lui adressons avec confiance, parce que nous sommes persuadé que la main qui a peint le personnage du comte d'Egmont et quelques figures du groupe d'avant-plan, à gauche, est ca

Dahl

pable de produire quelque chose de remarquable , dès qu'elle ne tentera plus des sujets hors de sa portée. Oui, M. Defiennes, il y a au Salon des tableaux qui ont obtenu du succès et où il ne se trouve pas le quart du mérite qu'un juge consciencieux et équitable pourrait trouver dans le vôtre. Mais n'oubliez jamais, quand vous entreprendrez un ouvrage, que les exigences du public sont en raison des prétentions de l'artiste , et que celui qui lui montre une grande toile doit s'attendre à le trouver très-difficile.

« PrécédentContinuer »