Traité de l'art de faire des armes

Couverture
Chez l'auteur, 1820 - 271 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 40 - la confusion en éloignant les bornes que l'on a fixées aux principes, ce qui mène même, dans une affaire d'honneur, à faire des bassesses par une fausse bravoure qui ne sied point au caractère français; enfin elle éloigne aussi les charmes et l'agrément que nous offre ce bel et noble exercice ; par conséquent,
Page 34 - nous l'avons dit plus haut, ne point lui donner de fer, ou ne lui donner que le faible contre son faible, pour égaliser la force. DES COUPS POUR COUPS. LORSQU'ON fait des coups pour coups, c'està-dire, lorsque, partant tous deux ensemble on s'atteint, il peut arriver que les
Page 12 - 69." Subtiliser la parade. C'est une attaque que l'on fait sur la parade de l'adversaire, aussitôt qu'il rencontre votre épée. 70.° La retraite
Page 34 - rendre nuisible ; car croyant presser sur le fer avec force, il s'écarte nécessairement de la ligne, en ne rencontrant rien avec son épée; dans aucun cas, la force du poignet ne doit être employée, lorsque
Page 40 - méthode, car elle est vicieuse et même dangereuse pour toutes les personnes qui se livrent à l'Art des armes ; ma raison en est claire et juste, c'est que cette méthode, dans son exécution,
Page 34 - parade, il faut, avec le fort de votre épée, appuyer sur le faible de la sienne, alors vous le maîtriserez sans effort ; mais s'il emploie la force, il ne faut jamais lui résister fort contre fort , on
Page 77 - aussitôt qu'il frappe votre épée, vous saisissez la sienne et vous faites un tour en entraînant son épée par une pression continuelle, et vous dirigez la pointe de la vôtre dans le haut de la ligne de quarte, avec élévation et opposition ( ce coup maîtrise le contre de quarte ). APRÈS LA PRIME, ON PEUT RIPOSTER
Page 32 - terre. SUR LES MOYENS QU'ON DOIT EMPLOYER CONTRE LA FORCE DU POIGNET. BEAUCOUP de tireurs emploient la force du bras ou du poignet pour se rendre maîtres de l'épée de leurs adversaires et pour gêner leurs attaques, parades, ripostes, remises et reprises > ce moyen ne peut réussir qu'avec un tireur d'une force médiocre, et sans
Page 33 - parvient le plus facilement à dompter , parce qu'ils se fient sur leur force, espérant de désarmer l'adversaire et lui fatiguer la main par une pression continuelle, et de cette manière paralyser ses moyens. La courte explication que je vais donner suffira pour convaincre celui qui a quelque connaissance dans les armes, combien il est facile
Page 47 - de ses élèves; ceci est de la plus grande importance, afin de pouvoir baser la manière d'enseigner sur les moyens des élèves, qui peuvent varier à l'infini, et se garder de faire comme beaucoup de démonstrateurs qui enseignent tous leurs élèves de la même manière et les conduisent tous par la même route. Il faut

Informations bibliographiques