Langue et littérature des anciens Francs

Couverture
L. G. Michaud, 1814 - 284 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Un livre clef sur la langue parlée par les francs pendant cinq siècles : de l'Empire romain a l Empire carolingien. de Clovis à Charlemagne; et finissant avec Hughes Capet. Et cette langue franque est très exactement l'arrière grand-mère du flamand, du néerlandais, du luxembourgeois, du mosellan ( le "Platt"), de l'anglais et de l'allemand rhénan.
C'est aussi très touchant (quand on connaît un peu d'anglais et d'allemand moderne):
"Ther thin weyniga gardo ther in Judea war. Will ich jemer gehugan thero sinero michalen genathan."
"Ce jardin à toi qui était en Judee. Je veux toujours me ressouvenir de tes grandes grâces".
En gros pendant cinq siecles les Francs ont parlé du flamand-rhénan. Parce que les francs étaient tous des flamands-rhénans. Ils étaient tout sauf "français" au sens d'aujourd'hui. C'est une jolie pièce d'histoire qui vaudrait la peine d'être connue... des français, des allemands, des flamands, des anglais, et -pourquoi pas- de tout le monde.
 

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Bjr j'étudie le francique moderne et ancien ainsi que le roman et je trouve livre superbe.
Martin Philip

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 207 - Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous...
Page 196 - Karlo jurat 2 , conservat, et Karlus meos sendra de suo part non lo stanit, si io returnar non l'int pois, ne io ne neuls, cui eo returnar int pois, in nulla adjudha contra Lodhuwig nun li hier 3 . (1) Toutes les leçons portent dist, et M.
Page 275 - Oberlin , qui m'avait assuré avoir ren. contré dans le Bas-Breton un grand nombre de mots qui dérivaient du Francique. Mes conjectures sur l'origine du mot Chouan , ne. firent point fortune parmi les...
Page 89 - On croit généralement qu'elle fut publiée vers l'an 420 de notre ère , lorsque les Francs occupaient encore la rive droite du Rhin , les bords du Wéser et de l'Elbe.
Page 149 - Hiltibrantes sunu: ,mit geru scal man geba infahan, ort widar orte. . . . du bist dir alter Hun, ummet spaher, spenis mih mit dinem wortun, wili mih dinu speru werpan. pist also gialtet man, so du ewin inwit fortos. dat sagetun mi seolidante westar ubar wentilse.o, dat inan wie furnam: tot ist Hiltibrant, Heribrantes suno'.
Page 155 - Dat gafregin ih mit firahim firiuuizzo meista, Dat ero ni uuas noh ufhimil, noh paum, noh pereg ni uuas, ni sterro nohheinig, noh sunna ni scein, 5 noh mano ni liuhta, noh der mare.o seo.
Page 90 - Windoheim, ils publièrent en leur langue, dans trois » assemblées générales ce recueil, auquel on donna force » de loi; telle est l'origine de la Loi salique. Le roi Clovis » fit traduire cette loi en langue latine , afin de la rendre > intelligible aux habitants des Gaules, qu'il avait soumis à > ses armes; mais en faveur des Francs, qui n'avaient point » l'usage du latin, il fit conserver en leur langue les formu» les principales du texte, auquel les rois Childebert et > Glotaire firent...
Page 219 - Sie sint so sama chuani, selb so thie Romani; ni tharf man thaz ouh redinon, thaz Kriachi in thes giwi'daron.
Page 132 - Gelobis tu in Christ Godes suno? Ec gelobo in Christ, Godes suno. Gelobistu in halogan Gast? Ec gelobo in halogan Gast.
Page 231 - Louis-leBègue , pour célébrer la victoire qu'il avait remportée en 883 , sur les Normands , près de Sodalcurch.

Informations bibliographiques