Lettres et lois: le droit au miroir de la littérature

Couverture
Publications Fac St Louis, 2001 - 400 pages
Le courant " droit et littérature ", très développé aux Etats-Unis, est encore embryonnaire dans les pays de langue française. Fruit de la collaboration de juristes de philosophes et de littéraires, cet ouvrage cherche a réduire cette lacune. Deux questions constituent le fil rouge de la recherche : que peut apporter la littérature au droit, que gagne la littérature a comprendre la présence du droit dans ses œuvres ? L'entreprise n'est cependant pas sans risques. Entre la plume et le glaive, les liaisons ne sont-elles pas nécessairement dangereuses ? Aussi, entre le droit qui codifie la réalité et la littérature qui libère les possibles, il convient dans un premier temps de mesurer les écarts. Alors que le droit hiérarchise et tranche, attribue des rôles convenus, et postule la généralité et l'abstraction, la littérature, en revanche, opère comme laboratoire expérimental de l'humain, ne reculant pas devant les passages à la limite les plus vertigineux : cultivant l'ambiguïté de ses mots et de ses personnages, elle creuse la singularité de l'individuel. Mais s'il est vrai que le droit est du côté des formes instituées, et la littérature du côté des forces instituantes, c'est à une dialectique des deux pôles que ce livre conduit. Entre le " tout est possible " de la création littéraire, et le " tu ne dois pas " de l'impératif juridique, il y a en effet, au moins autant interaction que confrontation. Alors se découvre un droit pénétré d'imaginaire et traversé de failles multiples, tandis que, au travers du particulier et de la fiction dont elle se réclame la littérature pourrait bien reconduire aux sources de l'universel et du normatif. Entre fiction et réalité, particulier et universel, les positions sont donc moins fixées qu'on le croit. Des tragiques grecs à Kafka, de Shakespeare à Musil, de la poésie au roman populaire, ce livre trace quelques pistes, sans prétention d'exhaustivité. Mais quel que soit l'auteur ou l'œuvre choisi, les propos convergent : il s'agit, entre droit et littérature, de multiplier les jeux de miroir en vue de dégager, au plus profond de leurs discours, quelque chose de leurs puissances respectives.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Amour droit et harmonie cosmique dans la trilogie des Danaïdes
11
le rôle de la langue
39
Dieu et mon droit à propos du Marchand de Venise et de Mesure
61
La loi du drame dans lœuvre de Heinrich von Kleist
77
Littérature médecine et responsabilité chez E T A Hoffmann
113
Kafka ou len deçà de la loi par F OST
127
Le spectacle littéraire dun droit aliéné et ses possibles lignes
187
Robert Musil lhomme sans qualité le fou et son droit
219
Le thème de la justice dans la littérature populaire
235
Le liseur
257
Une petite réflexion sur limportance de la flibusterie épistémolo
305

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques