Chants et chansons populaires des provinces de l'ouest: Poitou, Saintonge, Aunis et Angoumois avec les airs originaux, recueillis et annotés

Couverture
L. Clouzot, 1866 - 695 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

En avant blonde page 161

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 319 - En adjoustant que le proverbe ancien montroit bien « le malheur où nous sommes , quant il dit : un advocat en une «ville, un noyer en une vigne, un pourceau en un bled, une « taupe en un pré , et un sergent en un bourg , c'est pour achever
Page 3 - La chanson, fille ailée de l'esprit, va vîte ; un fleuve, une colline, un changement de langage, de langue même ne sauraient entraver son essor. A peine éclose elle vole , de voix en voix , par tous pays , cherchant les hommes dont elle allégera le travail , dissipera l'ennui , charmera le cœur et égaiera l'esprit.
Page 125 - Les principaux chefs des Chouans ont trahi le serment solennel qu'ils avaient prêté de se soumettre à la République française, de reconnaître ses lois, et de ne jamais porter les armes contre elle.
Page 8 - Comment que j'ouvrirais ? Je suis au lit [couchée, Auprès de mon mari, la première nuitée. Attendez à demain, la fraîche matinée...
Page 47 - L'bâton veut bien battre le chien, Le chien veut bien mordre le loup , Le loup veut bien manger biquette, Biquett' veut bien sortir des choux. Ah ! tu sortiras, biquette, biquette, Ah ! tu sortiras de ces choux-là.
Page 39 - Ah ! ah! ah! que dit le corbin? Je suis noir et je suis vilain , Et j'irai à la cave tirer le vin blanc, Ça s'ra pour fair
Page 19 - AUX HABITANTS D'AMIENS (D.). Poitiers, 9 mars 1465. Envoi du chancelier de Morvilliers, accompagné de Jean Henri et de Pierre Sallat, aux villes de la Somme. — (Publ. dans le Bulletin du Comité de la langue, de l'histoire et des arts de la France, année 1853-55, Paris, 1826, in-8°, t.
Page 70 - Et la jolie colombe qui chante jour et nuit. Ah ! je ne puis là , lilarira , le soir m'endormi'.
Page 111 - Dansons la carmagnole , Vive le son, vive le son, Dansons la carmagnole, Vive le son du canon.
Page 16 - Il est vraiment un chant, mélopée lente comme l'allure des bœufs dont il guide les pas et soutient l'ardeur au labourage, quand la charrue grince, s'émousse sur le sol pierreux , ou mord et s'enfonce dans les terres molles , alourdies par les pluies de l'automne.

Informations bibliographiques