Le philosophe négre, et les secrets des Grecs: Ouvrage trop nécessaire, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 66 - See below, p. 192 n. Mitombo wrote of his sailing on a slave ship with its cargo of four hundred negroes: "dans le cours du voyage on n'en trouva que 189 étoufés ou pendus. Ce petit commerce, comme vous voyez, doit donner à nos peuples une idée charmante de la douceur des mœurs européennes
Page 64 - The negroes' trivial faults which are rewarded by severe punishment are noted by Mailhol and Holbach. The philosophe nègre relates that he was once sold to an Englishman and assigned the duty of driving flies from his house : S'il en restoit une le soir, on me couchoit le ventre contre terre, et j'étois régalé de cent coups de fouet, ou de nerf de bœuf. Voilà comme les hommes, qui ont le bel avantage de posséder la raison, traitent en ce pays-là leurs semblables, parce que ceux-ci préfèrent...
Page 26 - Mitombo , très-dignes de foi, ont remarqué que je faifois mes baifers , mes fauts, mes courfes & mes morfures , avec beaucoup plus de dignité que tous mes camarades. Mais, je vous ai déjà trop entretenu de mon enfance : Nous autres Grands , avons le talent d'imaginer que ce qui nous touche doit intereflèr tous les hommes.
Page 122 - Pour vous mettre à portée d'admirer l'Auteur dans l'ouvrage, je vous fais pénétrer au milieu de tant de merveilles. Vous vous promenez , v.ous montez , vous defcendez pendant des heures entières, environné de foleils, éclairans une quantité de mondes, de les vivi"fians.
Page 93 - Elle devint bientôt encore plus vive & mieux fondée ; du côté où nous regardions , deux chaloupes nous parurent venir à nous. Du port de Bayonne, d'où nous n'étions pas loin, on nous avoit apperçus à l'aide d'un télefcope , &c l'on envoyoit fix hommes pour nous reconnoître & pour nous fauver.
Page 116 - Ayant enfuite imploré les céleftespuifTances , elle répondit à fou cruel époux : je fuis aulli vivante que vous, mon cher ami : je ne demande pourtant pas que vous ajoutiez foi à mes paroles ; mais, croyez-en du moins vos deux che-r vaux, qui mangent actuellement l'avoine dans votre grenier.
Page 38 - Ils vinrent donc fe rendre maîtres de tant d'infortunés. Nous en reçûmes en échange de bonnes barres de fer, de petits couteaux, quinze tonneaux d'eau - de - vie, quarante...
Page 130 - François, &, à qui la Baronne fit part en deux mots de notre rencontre à Cologne, me pria à dîner pour le lendemain , dans...
Page 25 - ... jamais arrivé. En échange d'une tonne d'or, qui leur fut livrée par les ordres du Roi, ils me firent le beau préfent d'un brin d'écorce de la grande Fétiche,que j'ai longtems portée fur moi, pour qu'elle me préfervât de blanchir.
Page 35 - Philofophe, je fis comme les autres ; &, pour ne point m'ennuyer, je contribuai , de mille coups au moins , à la commune boucherie. Je taillai, je tranchai, je fendis, j'aflbmmai, je hachai, comme un Barbare, & un Héros.

Informations bibliographiques