Mémoires de la Société académique d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, Volume 39

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 460 - Nous peint sous des noms empruntés Les plus illustres personnages Qu'Apollon ait jamais chantés. Sous le nom d'Aman le cruel, Louvois est peint au naturel ; Et de...
Page 460 - Vasthy la décadence Nous retrace un portrait vivant De ce qu'a vu la cour de France A la chute de Montespan. La persécution des Juifs De nos huguenots fugitifs Est une vive ressemblance ; Et l'Esther qui règne aujourd'hui Descend des rois ' dont la puissance Fut leur asile et leur appui.
Page 462 - La musique ne fut pas un des moindres agréments de la pièce; car, outre que nous avions de belles voix, les instruments des musiciens du roi en relevaient l'harmonie. Le roi avait donné pour ce jour-là quelques-unes de ses musiciennes des plus sages et des plus habiles pour mêler avec les demoiselles, afin de fortifier le chœur des Israélites : on les habilla comme elles à la persane , ce qui aurait dû les confondre avec les autres ; mais ceux qui ne les connaissaient pas pour être de la...
Page 456 - M°" de Maintenon dressait elle-même la liste des invités. « On donnait cette liste à la portière (alors Mm° de Gauthier), afin qu'elle n'en laissât pas passer d'autres ; et, quand le Roi était arrivé, il se mettait à la porte en dedans, et, tenant sa canne haute pour servir de barrière, il demeurait ainsi jusqu'à ce que toutes les personnes conviées fussent entrées; puis il faisait fermer la porte.
Page 456 - Le roi l'a trouvée admirable , M. le prince ya pleuré. Racine n'a rien fait de plus beau ni de plus touchant : il ya une prière d'Esther pour Assuérus , qui enlève. J'étais en peine qu'une petite demoiselle représentât ce roi : on dit que cela est fort bien.
Page 340 - Molière, quitta -les bancs de. la Sorbonne pour la »suivre. Il en fut long-temps amoureux, donnait des »avis à la troupe, et enfin s'en mit et l'épousa.
Page 269 - Marche, conseiller et chambellan du roy nostre sire et garde de la prévosté de Paris, salut. Savoir faisons que...
Page 457 - Coulanges, madame de Bagnols, l'abbé Têtu et moi. Nous trouvâmes nos places gardées : un officier dit à madame de Coulanges que madame de Maintenon lui faisait garder un siège auprès d'elle ; vous voyez quel honneur. Pour vous, madame, me dit-il, vous pouvez choisir; je me mis avec madame de Bagnols au second banc derrière les duchesses.
Page 455 - Et c'est là que, fuyant l'orgueil du diadème, Lasse de vains honneurs, et me cherchant moimême, Aux pieds de l'Eternel je viens m'humilier, Et goûter le plaisir de me faire oublier.
Page 340 - Mille de ses beaux traits, aujourd'hui si vantés. Furent des sots esprits à nos yeux rebutés. L'ignorance et l'erreur à ses naissantes pièces, En habits de marquis, en robes de comtesses, Venaient pour diffamer son chef-d'œuvre nouveau, Et secouaient la tête à l'endroit le plus beau.

Informations bibliographiques