Théatre complet de J. Racine

Couverture
Didot frères, fils et Cie., 1856 - 667 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 505 - Les ombres par trois fois ont obscurci les cieux Depuis que le sommeil n'est entré dans vos yeux ; Et le jour a trois fois chassé la nuit obscure Depuis que votre corps languit sans nourriture.
Page 158 - Grâce aux dieux! Mon malheur passe mon espérance. Oui, je te loue, ô ciel! de ta persévérance. Appliqué sans relâche au soin de me punir, Au comble des douleurs tu m'as fait parvenir. Ta haine a pris plaisir à former ma misère; J'étais né pour servir d'exemple à ta colère, Pour être du malheur un modèle accompli. Hé bien, je meurs content, et mon sort est rempli.
Page 641 - Quelle Jérusalem nouvelle Sort du fond du désert brillante de clartés, Et porte sur le front une marque immortelle ? Peuples de la terre, chantez. Jérusalem renaît* plus charmante et plus belle ; D'où lui viennent de tous côtés Ces enfants...
Page 605 - Voici comme ce dieu vous répond par ma bouche : « Du zèle de ma loi que sert de vous parer? « Par de stériles vœux pensez-vous m'honorer? « Quel fruit me revient-il de tous vos sacrifices ? « Ai-je besoin du sang des boucs et des génisses? « Le sang de vos rois crie, et n'est point écouté « Rompez, rompez tout pacte avec l'impiété; " Du milieu de mon peuple exterminez les crimes : ' « Et vous viendrez alors m'immoler vos victimes.
Page 539 - J'ai pour aïeul le père et le maître des dieux; Le ciel, tout l'univers est plein de mes aïeux : Où me cacher?
Page 223 - J'ai voulu lui parler , et ma voix s'est perdue ; Immobile , saisi d'un long étonnement , Je l'ai laissé passer dans son appartement. J'ai passé dans le mien.
Page 507 - Puisque Vénus le veut, de ce sang déplorable ' Je péris la dernière et la plus misérable.
Page 521 - J'ai langui, j'ai séché, dans les feux, dans les larmes. Il suffit de tes yeux pour t'en persuader, Si tes yeux un moment pouvaient me regarder. Que dis-je? Cet aveu que je te viens de faire, Cet aveu si honteux, le crois-tu volontaire ? Tremblante pour un fils que je n'osais trahir, Je te venais prier de ne le point haïr.
Page 618 - Pour réparer des ans l'irréparable outrage ; «Tremble, m'at-elle dit, fille digne de moi ; «Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi. «Je te plains de tomber dans ses mains redoutables, «Ma fille.» En achevant ces mots épouvantables, Son ombre vers mon lit a paru se baisser ; Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser ; Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de...
Page 248 - J'eus soin de vous nommer, par un contraire choix, Des gouverneurs que Rome honorait de sa voix : Je fus sourde à la brigue, et crus la renommée. J'appelai de l'exil, je tirai de l'armée, Et ce même Sénèque, et ce même Burrhus, Qui depuis...

Informations bibliographiques