Varnhagen von Ense: (Karl August Ludwig Philipp) Leben der Königin von Preussen Sophie Charlotte

Couverture
Duncker & Humblot, 1837 - 260 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Fréquemment cités

Page 192 - ... d'économie et on corrige mal un défaut qu'on approuve intérieurement. — Je l'ai fort chapitré, et, comme cela n'arrive pas .souvent, j'ai appuyé surtout et me suis rappelé toutes ses mauvaises façons d'agir en plusieurs occasions. A cela joint les plaintes que les dames m'ont faites qu'il leur dit des sottises : ma colère est allée jusqu'à l'emportement.
Page 88 - Quirini, il le reprit de ses mains et le remit lui-même entre celles de Quirini, ce qui est une politesse à laquelle nous ne nous attendions pas. Je lui donnai la musique pour voir la mine qu'il y ferait, et il dit qu'elle lui plaisait, surtout Fernandina qu'il récompensa comme messieurs de la cour avec un verre.
Page 142 - Christianity Not Mysterious: Or, a treatise showing, that there is nothing in the Gospel contrary to reason, nor above it: and that no Christian Doctrine can be properly called a mystery, London, 1696.
Page 184 - Jupiter, qui étoit de bon augure s'il venoit de coté gauche. Mais au milieu de la réjouissance la déesse de la discorde y jetta une de ses pommes. Une querelle s'éleva entre Trimalcion et Fortunata, il lui jetta un verre, et on eut de la peine à les accorder. On en vint pourtant à bout, le tout se termina le plus agréablement du monde. La procession avec des corps de chasse, tambours, instruments de musique et chants, finit comme elle avoit commencé. Et pour ne rien dire de Fortunata, on...
Page 183 - Il est vrai, qu'à l'égard de ses nécessités, il ne se contraignit point. Car se trouvant pressé, il sortit et rentra en cérémonie. D'ailleurs un pot de chambre de grandeur énorme, où il auroit pu se noyer la nuit, le suivoit par tout.
Page 88 - Ferdinande qu'il récompensa comme les messieurs de la cour avec un verre. Nous fûmes quatre heures à table pour lui complaire, à boire à la moscovite, c'est-à-dire tous à la fois et debout à la santé du czar: Frédéric ne fut pas oublié; cependant il but peu. Pour le voir danser je fis prier monsieur Le Fort de nous faire avoir ses musiciens, qui vinrent après le repas...
Page 87 - L'on voit aussi qu'il n'a pas eu de maître pour apprendre à manger proprement, mais il ya un air naturel et sans contrainte dans son fait qui m'a plu, car il a fait d'abord comme s'il...
Page 116 - A l'ouverture du theatre parût l'entrée solennelle de Mons. le docteur, monté sur une façon d'Elephant, et Mad. la doctoresse se fit voir aussi portée en chaise par ses Turcs ; le joueur de gobelets, les bouffons, les sauteurs, et l'arracheur des...
Page 180 - Poelnitz qui disposoit toutes choses, comme l'ancienne Fortunata dans la maison de son Trimalcion. Il y avoit des lits pour les conviés dont les principaux étoient la Reine, Monseigr l'Electeur et Msgr le duc Erneste Auguste.
Page 95 - Mon bon ami, le grand czar m'a envoyé quatre peaux, de zibeline et trois pièces de damas. Mais elles sont trop petites, et l'on ne peut en faire que des couvertures de chaises. A Amsterdam, Sa Majesté s'est divertie à aller au cabaret avec les matelots. Ellemême travaille à la construction d'un navire, car elle exerce quatorze métiers dans la dernière perfection. Il faut avouer que c'est un personnage extraordinaire. Je ne donnerai pas pour beaucoup le plaisir de l'avoir vu lui et sa cour....

Informations bibliographiques