Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

RECUEIL DE PIÈCES

HYSENE DEGHANGE:
DIPLOMATIQUES

RELATIVES

AUX AFFAIRES
DE LA HOLLANDE ET DE LA BELGIQUE,

EN 1832.

TOME III.

A LA HAYES
CHEZ A. D. SCHINKEL, IMPRIMEUR,

et se débite

à la Haye et Amsterdam,
CHEZ LES FRÈRES VAN CLEEF.

1833.

SHUSET

BRARY

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

RECUEIL DE PIÈCES

DIPLOMATIQUE S.

Lorsque le second volume du recueil de pièces diplomatiques parut au mois de février 1832, on pouvait, sans se laisser entraîner par des illusions , nourrir l'espoir fondé, que bientôt un traité équitable viendrait mettre fin à cette longue négociation. Cet espoir fût déçu: la négociation se renouvela , sans jamais atteindre une parfaite maturité; des questions, étrangères à la séparation de la Hollande et de la Belgique en elle-même , furent agitées; des projets et des contre projets de traité , accompagnés d'une série de notes diplomatiques, furent échangés, sans jamais concilier tous les suffrages , et bientôt il ne s'agit plus seulement des conditions de séparation, mais des concessions les plus dures, que l'on cherchait à imposer au Roi des Pays-Bas et à la nation néerlandaise.

Quoique nous soyons les premiers à reconnaître qu'une simple collection de pièces officielles, encore présentes à l'esprit et déjà publiées dans les journaux, n'offre qu'un faible intérêt

pour

les contemporains, il importe à l'histoire, que ces pièces soient réunies,

et qu'en les compulsant, la postérité puisse distinguer dans cette aglomération d'idées ,' de projets et d'actes diplomatiques, à quelles aberrations la politique s'abandonna dans une question simple dans son origine, d'abord la répression d'une injuste révolte, et ensuite la séparation des deux parties d'un état , uni depuis quinze ans, sans froisser les droits de l'équité et dans l'intérêt bien compris de tous les gouvernemens. Enfin il importe que l'on sache à quelles circonstances les délais, qui depuis deux ans compromettent le repos de l’Europe, doivent être finalement imputés.

Dans ce but nous avons repris la tâche que nous nous étions imposée , celle de réunir, en tant qu'elles sont parvenues à notre connaissance et sans aucun commentaire, les pièces officielles qui ont été échangées depuis le zer février 1832.

: La clarté et l'ordre des dates exigent que nous commencions par le projet de traité, qui' accompagnait la note, néerlandaise du 30 janvier 1832 (*), et qui alors n'a pas été, rendu public.

A LL. Exc. Messieurs les plénipotentiaires des

cours d'Autriche, de France, de la Grande, í Bretagne, de Prusse et de Russie, réunis :, en conférence à Londres.

Londres, le 30 janvier 1832. Messieurs, La note , que nous venons d'adresser à vos excellen

(*) Cette note est insérée à la page 210 du 2me volume,

« PrécédentContinuer »