Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse: Les régimes de genre comme force sélective de l'adaptation biologique

Couverture
Les Editions de la MSH, 15 mai 2014 - 442 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

Imaginons une société dans laquelle les hommes seraient en majorité plus petits que les femmes (ou les femmes plus grandes que les hommes, selon le point de vue). Impossible, pensons-nous ? Parce que tout ce que fait la Nature est « bien fait » ? Et si, en la matière, la Nature était loin de produire des adaptations positives ? Et si, en plus, cette différenciation morphologique n'était pas l'œuvre de la Nature ? Si elle était plutôt l'indice de sélections non naturelles constituées par une entreprise de catégorisation sociale millénaire : le genre ?
L'auteur discute dans cet ouvrage des explications évolutives du dimorphisme sexuel de taille corporelle entre mâles et femelles dans le monde vivant. Elle attire l’attention sur l’absence d’un modèle robuste qui rende compte de l’écart sexué de la stature dans l’espèce humaine ; en confrontant des données et des modèles disponibles dans des champs disciplinaires éloignés, elle fait peu à peu émerger une hypothèse inédite.
Cette recherche illustre le besoin de questionnements transdisciplinaires qui se montrent seuls ici capables de renouveler les termes d’une investigation remarquablement gelée depuis le XIXe siècle.

 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

À propos de l'auteur (2014)

Priscille Touraille est docteur en anthropologie sociale de l'EHESS. Ce livre est issu de sa thèse, soutenue en décembre 2005, à laquelle ont été décernés le Prix de la ville de Paris pour une thèse sur le genre et le Prix Le Monde de la recherche universitaire en 2007. Actuellement chercheur associé au laboratoire d’Éco-anthropologie et d’Etnnobiologie du Muséum national d’histoire naturelle au Musée de l’Homme, Paris, elle poursuit une réflexion épistémologique pour montrer que l'articulation des modes de pensée des sciences sociales et des sciences de la vie est nécessaire pour affronter la problématique hommes/femmes qui est aujourd'hui le lieu de débats de société prodigieusement confus et itératifs. Les premières éléments de cette réflexion vont paraître prochainement chez Fayard sous le titre «Genre et sexe : sortir de l’imbroglio conceptuel » dans Aux origines du sexe, ouvrage collectif dirigé par Pierre-Henri Gouyon.

Historien, spécialiste de l'histoire des sciences
Physicien de formation initiale et historien de profession, directeur d'étude à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Dominique Pestre a dirigé le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de La Villette puis le Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS).
Auteur d'une série de thèses sur ce qu'est la pratique des sciences en Occident et sur les modes de production conjoints des savoirs et du social, Dominique Pestre a particulièrement étudié la période de la guerre froide et la reconversion néo-libérale des dernières décennies. Responsable de la rédaction de l'ouvrage Science in the XXth Century, il a été conseiller scientifique du Dictionnaire culturel des sciences.
Dominique Pestre est aussi l'auteur d'ouvrages sur la physique en France au XXe siècle, co-auteur d'une Histoire du Centre européen de la recherche nucléaire. Il préside le Comité pour l'histoire de l'armement (CHARME).

Informations bibliographiques