Correspondance inédite de l'abbé Ferdinand Galiani ...: avec Mme d'Épinay, le baron d'Holbach, le baron de Grimm, Diderot, et autres personnages célèbres de ce temps, précédée d'une notice historique sur l'abbé Galiani par B. Mercier de Saint-Léger ...

Couverture
J. G. Dentu, 1818
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 244 - Angleterre un avocat dont la cour a besoin pour en faire un chancelier, et qui suit par conséquent le parti du ministère. Cicéron brilla donc à côté de Pompée, etc., toutes les fois qu'il était question de choses de jurisprudence; mais il lui manquait la naissance, les richesses; et surtout, n'étant pas homme de guerre, il jouait de ce côté-là un rôle subalterne. D'ailleurs, par inclination naturelle, il aimait le parti de César, et il était fatigué de la morgue des grands, qui lui...
Page 33 - Il s'apercevra , à la deuxième ou à la troisième lecture , que le chevalier Zanobi ne croit ni ne pense un mot de tout ce qu'il dit ; qu'il est le plus grand sceptique et le plus grand académique du monde ; qu'il ne croit rien , en rien , sur rien de rien ; mais , de grâce , madame , ne lâchez pas ce mot , qui est la clef du mystère.
Page 281 - Ne savez-vous pas que Dieu a tiré ce monde du néant? Eh bien! nous avons donc Dieu pour père et le néant pour mère. Assurément, notre père est une très grande chose, mais notre mère ne vaut rien du tout. On tient de son père, mais on tient de sa mère aussi. Ce qu'il ya de bon dans le monde vient du père, et ce qu' il ya de mauvais vient de madame le néant notre mère, qui ne valait pas grand' chose » . — Voilà, mon cher abbé, les philosophes morfondus.
Page 340 - Mais pourquoi? Parce que je n'ai plus ni le temps ni le goût de la lecture. Lire tout seul sans avoir à qui parler, avec qui disputer, ou briller, ou écouter, ou se faire écouter; c'est impossible...
Page 235 - Catherine est une maîtresse femme, parce qu'elle est intolérante et conquérante ; et tous les grands hommes ont été intolérants, et il faut l'être. Si l'on rencontre sur son chemin un prince sot, il faut lui prêcher la tolérance afin qu'il donne dans le piège...
Page 269 - Galiani écrivit à l'occasion d'un impôt sur le papier : lis sont causeurs, raisonneurs, badins par essence; un mauvais tableau enfante une bonne brochure; ainsi, vous parlerez mieux des arts que vous n'en ferez jamais. Il se trouvera au bout du compte., dans quelques siècles, que vous aurez le mieux raisonné, le mieux discuté ce que toutes les autres nations auront fait de mieux.
Page 290 - ... qu'il laisse dans la ligne du bataillon. Serrons donc les lignes , aimons-nous donc davantage , nous qui restons , et rien n'y paraîtra. Moi qui suis le major de ce malheureux régiment, je vous crie à tous : Serrez les lignes ! avancez ! feu ! rien n'y paraîtra de notre perte. Ses enfans n'ont perdu ni jeunesse ni beauté par la mort de leur père ; elles ont gagné la qualité d'héritières.
Page 290 - Il y en a plus qu'ailleurs , croyez-moi ; c'est ce qui me le fait regretter , et me le fera peut-être revoir un jour.
Page 254 - Cela conduit à une autre idée vraie, c'est que plus le spectateur est sûr, plus le risque qu'il voit est grand, plus il s'intéresse au spectacle, et ceci est la clef de tout le secret de l'art tragique, comique, épique, etc.
Page xxv - Est-il possible que ce monstre, dans son impassibilité, ne sente pas à quel point mon honneur, ma gloire (dont je me fiche), et mon plaisir, et celui de mes amis (dont je me soucie beaucoup), sont intéressés dans l'affaire que je lui ai confiée, et combien je suis impatient d'apprendre qu'enfin la pacotille a doublé le Cap et passé le terrible défilé de la révision*.

Informations bibliographiques