Oeuvres de Madame la Mise de la Fer. ...

Couverture
Janet et Cotelle, 1816
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 16 - Un amant léger, frivole, D'une jeune enfant raffole. Doux regard, belle parole, Le font choisir pour époux. Soumis quand l'hymen s'apprête , Tendre le jour de la fête , Le lendemain il tient tête...
Page 16 - Plaisirs , talens , tout s'enfuit. En vertu de l'hyménée II vous gronde à la journée , Bâille toute la soirée; Et Dieu sait s'il dort la nuit. Sa contenance engourdie , Quelque grave fantaisie, Son humeur, sa jalousie, Oui, c'est là tout...
Page 102 - C'est par les actions qu'il faut juger du cœur. 58. The Unforlunate cease to be Enemies, Pourquoi donc aujourd'hui sortons-nous si matin, Disait une génisse en courant vers sa mère ? Et même, contre l'ordinaire, Vous marchez un assez bon train. — Ma fille, je vais voir la chèvre, ma voisine ; Un loup, qui vient ici rôder à la sourdine, Lui prit hier ses deux enfants ; Voulant les arracher à la bête cruelle, On dit qu'elle en reçut une atteinte mortelle ; Et je cours lui porter de simples...
Page 52 - Demandait la bavarde Pie A l'agréable et gai Pinson, Qui chantait au printemps sur l'épine fleurie. — Allez, vous vous moquez, ma mie ; A gens de votre espèce ah ! je gagerais bien Que jamais on n'apprendra rien. — Eh quoi ! la raison, je te prie ? Mais c'est que, pour s'instruire et savoir bien chanter, H faudrait savoir écouter, Et babillard n'écouta de sa vie.
Page 13 - De tous vos importans seigneurs. Ici je revis la nature Dans toute sa simplicité : Gaîté, franchise , égalité , De ces beaux lieux sont la parure. On y danse au son du pipeau , Ou l'on partage sous l'ormeau Les dons de la bonne Cybèle. Les amans y briguent l'honneur, Non de surprendre quelque belle; Mais d'obtenir...
Page 6 - Et moi je n'ai pour tout langage Que les plaintes et les soupirs. > Dans le vallon , sur la montagne , Quand je commence à sommeiller , Le tourtereau vient m'éveiller , En roucoulant pour sa compagne.
Page 12 - On n'oseroit être trompeur. Chez vous tout est de conséquence, Souris , regards , propos , maintien : Chez nous l'on ne prend garde à rien , Si ce n'est à l'indifférence. Notre plaisir , simple et sans fard , Mieux que le vôtre se varie ; Comme la fleur de la prairie , II renaît sans peine et sans art. Je vis un jour tout l'étalage Du séjour pompeux de tes. grands: Tout en ce lieu sent l'esclavage ; Je n'y trouvai que l'avantageDe n'y rester que peu cf'inslans.
Page 43 - Des humains tu prendrais le ton. Devant toi je parle sans feindre, De mes chagrins , de tous les maux Que j'éprouve ou que je dois craindre ; Et je n'oserais plus me plaindre , De peur de troubler ton repos.
Page 25 - Troublerons nous, dit-il, sans cesse le repos Et des bergers et des troupeaux ? Sur leurs malheurs, hélas ! mon âme est attendrie ; Grâce au ciel je deviens aussi doux, aussi bon Qu'un mouton, Et je vais l'être enfin le reste de ma vie. Oui, si les dieux encor m'accordent quelques jours, Je veux les employer à courir au secours De tous les troupeaux du village. Crois-moi, devenons bonnes gens : Quel plaisir d'être aimé de tout le voisinage î Les végétaux sont sains et plus appétissants.
Page 16 - Plaisirs, talens, tout s'enfuit; En vertu de l'hymenée , II vous gronde à la journée, Bâille toute la soirée, Et ronfle toute la nuit. Sa contenance engourdie, Quelque triste fantaisie , Son humeur , sa jalousie , Oui...

Informations bibliographiques