La logique subjective de Hégel

Couverture
Librairie philosophique de Ladrange, 1854 - 139 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page vii - ... exercés, qui ne se laissent point abuser par quelques changements de forme , commandés par notre esprit et nécessaires pour les faire admettre. « Mais nous soutiendrions la gageure même pour le présent. Sous peine d'être déclaré visionnaire , nous nous ferions fort de montrer l'esprit, quelquefois la lettre, partout l'empreinte de ces doctrines, dans les productions de notre époque , où l'on s'attendrait le moins à les trouver. Nous les surprendrions peut-être, pour ne pas dire certainement,...
Page v - Rien donc n'est plus facile que de montrer ( quand on les connaît) les lacunes , les vices , les fâcheuses tendances de ces systèmes; car de dire où ils pèchent radicalement en faisant subir à leur principe la confrontation d'un principe supérieur, c'est toute autre chose. Mais on peut , sans être aussi bon dialecticien que Socrate, les pousser à l'absurde sur bien des points, et, sans avoir la force comique d'Aristophane, nous égayer à leurs dépens en rajeunissant le thème classique...
Page 17 - ... la notion générale livre, maison, à une autre notion générale exprimée, par les mots ce, cette, ou par tout autre signe du discours ou du geste qui convient aussi bien au livre qu'à mille autres choses. Mes sens se sont arrêtés sur une chose singulière ou individuelle, sur une seule chose en un mot, et cependant je ne puis la désigner ni dire ce qu'elle est sans éveiller des idées générales.
Page 31 - ... fertile rameau; mais c'est toujours la même vie , le même être , la même plante , seulement sous des manifestations diverses, sous des formes progressives, avec des modes de plus en plus parfaits. Tout développement n'est qu'un jeu de la nature, par lequel ce qui est, devient, sous une autre forme, ce qu'il était déjà virtuellement. C'est une marche , une progression , un mouvement de l'un vers l'autre, mais l'un et l'autre ne sont pas , pour cela, différents de ce qu'ils étaient d'abord....
Page iv - ... intelligences aux diverses époques de l'histoire. Il nous reste à faire l'application de ces principes à la philosophie allemande. Les systèmes de la philosophie allemande ont un avantage incontestable sur toutes les productions plus ou moins philosophiques auxquelles on a coutume , chez nous, de prodiguer ce nom : c'est que quels que soient leurs défauts , leurs erreurs , leur obscurité , ce sont de véritables systèmes. Prenez celui de Kant ou de Fichte, celui de Hégel ou de Schelling...
Page iv - Les idées ont marché, quoique d'une manière lalente; les sciences particulières ont fait des découvertes ; l'expérience a révélé des faits nouveaux qui leur sont peu favorables. Ils ont eu l'irréparable tort de se mettre ouvertement en opposition avec le sens commun en des points graves où celui-ci jamais ne transige et où les systèmes sont forcés, tôt ou tard, de capituler. En un mot, ils sont convaincus de ne pas satisfaire , de tout point , la raison , et de répondre encore moins...
Page iv - ... des points graves où celui-ci jamais ne transige et où les systèmes sont forcés, tôt ou tard, de capituler. En un mot, ils sont convaincus de ne pas satisfaire , de tout point , la raison , et de répondre encore moins aux éternels besoins du cœur humain. Plusieurs conséquences hostiles à la morale , à la religion , à ce que le monde révère ou adore, ont été mises à nu par les adversaires ou hardiment démasquées par les disciples eux-mêmes.
Page vi - Allemagne vingt pages sttr la philosophie, l'histoire, la littérature, la religion et la politique, où l'on ne reconnaisse la pensée encore vivante de ces hommes qui ont tout agité, tout remué, qui ont étendu à tout, fait partout pénétrer la vertu dominatrice de leurs formules. Vous retrouverez celles-ci dans les plus vulgaires débats de la politique et de la littérature, jusque dans les feuilletons et les romans.
Page 19 - ... sont plus générales. Ce qui, de déduction en déduction, nous conduit à penser que la notion la plus générale, la notion de Dieu, qui devrait être la plus complète ou la plus riche de toutes, se réduit à celle de Vêtre pur, qui est la plus pauvre de toutes.
Page vii - ... productions de notre époque , où l'on s'attendrait le moins à les trouver. Nous les surprendrions peut-être, pour ne pas dire certainement, et surtout, dans les écrits qui leur sont le plus hostiles, précisément parce qu'on ne se heurte que quand on se touche, et que l'on parcourt la même voie. Pour quiconque sait - comment s'importent les idées , comment ces voyageuses ailées traversent les frontières, sans se laisser plus arrêter par les cordons sanitaires de la littérature négative,...

Informations bibliographiques