Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

doigts, contenant 130,6 lignes du pied de Paris, a été trouvé dans les fouilles d'une ancienne Ville sur la petite montagne du Châtelet , entre Joinville 8c Saint-Dizier en Champagne , par M. Grignon, Correspondant de l'Académie Royale des BellesLettres &t de celle des Sciences, (Gazette de France du V endr. 18 Mars 1774., art. de Paris.)

Feu M. Cassini, de l'Académie des Sciences , ayant mesuré des distances de Villes qui avoient été évaluées en milles parles Romains , en a conclu le pied Romain de Il pouces ;'Î; mais M. Cassini n'étoit pas assuré de l'endroit précis où étoient assises les pierres milliaires.

On a beaucoup parlé d'un conge d'airain que l'on conserve avec d'autres précieux monumens de l'antiquité , dans le Cabinet de Farnese a Rome, à moins, dit Eisenchmid , que depuis peu d'années il n'ait été transporté à Parme avec la précieuse collection de médailles que contenoit ce Cabinet. Ce vase a été dessiné: on en voit la figure dans le onzieme Tome des Antiquités Romaines de Grævius, dans le Traité sur les poids 8c mesures par Lucas Pætus ,’ 8c dans Villalpandus. Ce conge est décoré d'une pompeuse Inscription que voici z

IMP. CAESARE
VESPAS. \T1 cos.

T. CAES. AUG. F. ÜII.
MENSURÆ
EXACTÆ IN
CAPITO'LIO
P. X.

On convient généralement que les lettres P.X. signifient pand’a decem, dix livres d'huile qu'il devoir contenir, comme nous le verrons ailleurs. Aujourd'hui ce conge commence ä se ressentir des injures du- temps; on: y voit des crevasses dans l'intérieur que Villalpandus , lorsqu'il l'examina , fut obligé de remplir avec de la cire. Il falloir huit conges pour faire une amphore , 6c F estus 6c Fannius nous apprennent que l'amphore étoit la cubature du ' ied Romain. Le conge du Cabinet de Farnese , pese en eau de ghir/i109 onces moins 24. grains, poids de marc, selon M. Auzout qui l'a mesuré 6c pesé ; d'ou il suit que l'amphore auroit

[ocr errors]
[ocr errors]

moins 24. grains, ou 109 onces 3 gros 24. grains : je ne sais d'où vient cette contradiction.

On conserve dans le Cabinet de la Bibliothéque de sainte Géneviéve à Paris , un autre conge antique Romain; le même M. Auzout l'a rempli d'eau de la Seine, ô( l'ayant pesé , il a trouvé que l'eau contenue dedans; pesoit H3 onces 2 gros 36 grains; sur ce pied l'amphore auroit pesé en eau de la Seine , 56 livres

gai,, qui s’évaluent à i; 90 pouces cubiques Ô( z, d'où par l'extraction de la racine cubique , résulte un pied Romain de u pouces 2 lignes. Peut-être qu'en examinant de nouveau ce conge, on le trouveroit de juste mesure; il devroit contenir i8; pouces cubiques &t :-3, c'est—à—dire, r2 pouces cubiques de plus qu'on ne lui trouve par l'ex érience de M. Auzout.

Je ne dissimulerai point qu ayant adopté pendant quelque temps l'évaluation du pied Romain à l 30,6 lignes, j'avois toujours été choqué du peu de conformité que je trouvois entre certaines pratiques des Anciens &t les nôtres ; par exemple , on séme en France huit , neuf, quelquefois dix boisseaux de bled dans un arpent de cent perches quarrées de 22 pieds linéaires. Les Romains mettoient dans un jugere au moins quatre modius de semence, ordinairement cinq modius , ô: au plus six modius; d'où il suit qu'à proportion nous n'aurions dû semer par arpent que cinq boisseaux Æ, :six .j- pour l'ordinaire, ô( un peu moins de huit au plus. Comme :le modius est le tiers de l’amphore , &t qu'en augmentant le pied Romain , le modius croîtra comme le cube du pied, tandis que le jugere ne croîtra que comme le quarré du même pied , il est: évident que par cet accroissement du pied , la quantité de la semence se trouvera augmentée auffi dans la même étendue de terrein: par exemple, en adoptant le pied Romain qui résulte du rapport donné par Héron , je trouverai que les Romains semoient

[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »