Images de page
PDF
[ocr errors]

bled est donné pour celui de l’huile , 6( celui de l’huile pour celui

du vin , ôèc. 8re.

Voilà à peu près tous les vases~mesures de l'antiquité dont des Ecrivains sont mention; mais il y en avoit d'autres, comme aujourd’hui , qui n’avoient point de capacité fixe ôt réglée ; tels étoient ceux qu'on employoit pour la fabrication Ô( le soutirage des vins Ô( autres liqueurs; ceux qui servoient à consire des Vian_des, des fruits ô( des légumes ; ceux qui étoient en usage dans les bains, à table pour boire ô( pour contenir les viandes, 6c à la _cuisine pour préparer ô( faire cuire les alimens.

' Les Anciens renfermoient leurs vins dans de grands vaisseaux de terre cuite, qu'ils appelloient lce'ramions , dolia ,fic'lilia , te/Zæ ,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

or ue a on ar vai eau ua ra naires ain ua naiLsqCtpledessxdé ,qqgé' res, dolium quadragenarium , dolium quinquagenarium, on peut douter , dit Budée , s'il entend par-là des vases de quarante , de cinquante amphores , ou d'autant de conges; mais ce n'est ni l'un ni l'autre : Caton entend par un dolz'um quadragenarium , un dolium de la ca acité du culéus ui valoit uarante urnes ô( ar dolium . P . . q . a . gumquagenarzum, 1l entend encore un vase destiné a contenir un culéus de liqueur; mais le vin doux qu'on mettoit dedans pour y fermenter , ne devoit as l'emplir , afin que dilaté (par l'action de son feu naturel, qui toit d'ailleurs irrité par les rogues &t les épiceries que les Anciens y mettoient , ne sortit pas du vase par en-haut. Le vaisseau n’étoit ordinairement rempli qu'aux qua-tre cin?

quiemes , ensorte que la partie qui demeuroit vuide étoit 'de la ~

continence de cinq amphores , comme l’observe Caton luiñmême à l'endroit où il décrit la maniere de composer le vin de Cos. On peut voir aussi les deux articles où il traite de la fabrication du vin Grec , 8c celui intitulé : Lex de vino in doliis.

[ocr errors]

mais remplir ces vases ; il observe d'ailleurs qu'ils devoient être

[ocr errors]

' cylindriques ou a peu près, parceque comme ils devoient être

[ocr errors]

Caton faisant le dénombrement des ustensiles d'un press'oir, fait encore mention d’urnes quinquagénaires. On pourroit peut-être imaginer qu'il s'agit d'un vase de cinquante pour quaranre- huit hémines; mais je pense qu’il faut entendre que Caron parle ici d'un vase de la capacité de l’amphore, qui contenoit quarantehuit setiers. Lors de la vente des vins ,le vendeur donnoit à l'acheteur deux setiers de vin au-dessus de la juste continence du vase, pour les lies , ce qui faisoit cinquante setiers. Nous avons prouvé que l'urne n’étoit que la moitié de l’amphore , comme le témoigne encore Columelle (lib. XII, cap. XX.) : _Uma dure/n quatuor 0'* vigirztz’ sextariorum ,~ mais il paroît par plusieurs autorités d'anciens Ecrivains , que uma étoit aussi un nom générique de vase que l'on appliquoità tous ceux qui avoient une certaine 6c même forme.

Les Anciens avoient aussi des vases à mettre du vin, qu'ils appelloient time ou tim'a : il paroît qu’ils étoient d’une médiocre ca~ pacité.

Avant que de renfermer le vin dans des vaisseaux , on le passoit par des couloirs , cola.

On appelloit lucas ou labrum la cuve qui reçoit le vin sous le

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »