Images de page
PDF

mes , il faut lire 128 drachmes de Néron , comme on le voit (cap: VII.) dans Cléopatre, ô( (cap. X. ) dans Dioscoride. Le Compilateur , au même Chapitre (VI. ) , conclut de ce que la litre Egyptienne n'est que de 96 drachmes Asiatiques , que la mine Italique contient une livre ô( demie d'Egypte , ce qui est vrai; mais il conclut aussi delà que la mine Attique vaut une livre trois onces quatre drachmes d'Egypte , en quoi il n'a pas fait attention que les drachmes dans lesquelles il a évalué la mine Attique ne sont pas des drachmes Asiatiques , mais des deniers de Néron : la conclusion qu'il tire manque donc de principe. Il ajoute que l'once Italique étoit de sept drachmes ; elle contenoit en effet sept deniers de Papyrius: il dit encore que l'once Attique valoit huit drachmes; l'once Attique ô( l'once Italique étoient égales , ô( chacune de sept drachmes de Papyrius, ou de huit drachmes de Néron. On voit combien cet Auteur entendoit peu la matiere dont il traitoit; je ne dis pas Gallen , car on pense que ce Tarif n'est pas de lui.

30. La litre Asiatique ou Egyptienne contenoit 96 drachmes Asiatiques, &t la mine Attique 100 drachmes Attiques. Cléopatre confondant ces drachmes , Ô( les supposant égales , en conclut que la mine Attique est de douze onces ô( demie poids Egyptien ou Asiatique; ce qui est bien éloigné de la vérité : car la mine Attique valoir deux litres Egyptiennes. Ainsi les autres évaluations que l'Auteur fait de la mine Attique en scrupules , en lupins , en kérations ô( en chalcos sont également fausses. Je conviens néan~ moins qu'il y avoit une mine de la valeur de douze onces &t demie de la litre ou rotule , &t cette mine est celle que nous appellerons dans la suite mine talmudique ou grand argyre; peut-être —est-ce de cette mine que parle l'Auteur.

4.". Le même Cléopatre , après avoir évalué la mine Ptolémai’que à 18 onces ou 144. drachmes poids d'Asie &c d'Egypte , suppose que ces drachmes sont chacune de trois scrupules , quoiqu'elles n'en valussent que deux ; d'où il concl'ut mal-à-propos que la mine Ptolémaïque contenoit 4.32 scripules, 864. oboles , 1 296 lupins, 2612 kérations , ô( 6912 chalcos.

5°. Cléopatre (cap. VII.) n'est pas d'accord avec lui-même en -donnant au lupin tantôt la valeur de 5 ls chalcos , ôc tantôt celle de' 4 seulement; ce qu'il fait encore ailleurs (cap. VIII.).

6 ‘. Cléopatre dit (cap. VIII.) que la mine Attique est de 12

[graphic]

onces; 8c sachant apparemment d'ailleurs que la mine Égyptienne ou la grande mine Asiatique valoir une mine Attique &t un quart , il en insère (cap. IX.) qu'il y a une mine de quinze onces : tel est au moins le principe sur lequel je pense qu'il a établi cette

[ocr errors]

Tarifs qu'on trouve dans les (Euvres de Galien , j'espere qu’ils disparoîtront par les témoignages des autres _Ecrivains dont je rapporterai les autorités. ,

Le Poème de Rhemnius Fannius Palæmon , que d'autres attribuent à Priscien , ne concerne que les poids Romains ô( Grecs; il peut tenir lieu d'un grand nombre de recherches sur cette partie deî11 péoids de l'antiquité , mais on y rencontre aussi quelques difñ fic t s. ‘

Pondera Pæanir‘s veterwn memorata libelli:

Noffi: juvat. Panda.: nba: natura locavit

corporels. Elemcnta suum regít omnia pondu:

Pondere terra marrer. Vacuus quoque ponderis ath”

Indesessa rapit volventissidera Mundi.

Ordíar à minimis : posl bac majora sequentur _,

Narn majus m’hil est aliud quàm multa minuta. Semí-obolt' duplum est 01701:” : quent pondere duplo

Gram/na votant : scriplum nosiri díxerc prior”.

Semina sex alz'i siliquir lau‘tuntia curvís

Attrióuunt scriplo .' lentir vcracícr oc‘i’o.

Aut totidem spe/tas numcrant _, trisZesi-e lupt'nos

Bir duo. Sed si par generatím Iris pandas iness'et ,

Servarent eadem diver/æ pondent gente: .*

Nunc variant. Etenim cunc‘i‘a non sædere certo ,

Natura 3 sed Iege valent' hominumque repertis.

Scripla cria drachmarn faciunt : quo pondere doc'Zt'J'

Argenti facilis signatur nummt” Athenis.

Holce à drachmâ non re, [2d nomine di est.

Drachmam si germ'nes , aderít , quem dict'er audi.]

Sicilícus. Drachmæ sèriplum si adjecero, sict

Sextula quascrtur. Nam sèx his uncia constat.

Sextula cum dupla :sl , veteres dixere duellam.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

On voit en général par ce détail élégant 8c pompeux de Fannius , que les divisions de la livre Romaine étoient les mêmes que celles celles que Columelle attribue au jugere; ô( comme en cela il est d'accord avec toute l'antiquité , il est inutile de nous y arrêter davantage. Nous nous contenterons donc d'examiner quelques autres particularités , qui ne sont pas également évidente.

[graphic]

Le talent, mot qui signifie charge oufaix , étoit, selon Fannius; le plus grand des poids anciens, 8( contenoit soixante mines ou fix mille drachmes ; c'est une vérité constatée par les témoignages de Pollux , de Suidas , de Festus , de Priscien, ô( de tous les Auteurs anciens. Mais le talent Attique , qui est celui dont tous les Ecrivains ont parlé , valoit quatre-vingts livres ou mines Romaines , comme nous l'apprenons de Tite-Live (lib. X X X V III.) , lequel parlant des conditions de paix imposées à Antiochus par les Romains, dit : Argenti probi Am’ca talenta duodecim millia dato , intra duodecim annos , pensionibus æquis. Talenrum ne minus panda LX X. Romanis ponderibus pendat. Les Romains par le Traité avoient stipulé que l'argent seroit de bon aloi ,' seroit de l'argent

[ocr errors]
[ocr errors]

Quatuor quadraginta illi delzentur mime,
Talcntis magm's rotidem quo: ego G- tu sumus.

Ce qui signifie : Il lui est dû cent soixante mines , c'est-à-dire , cent soixante livres Romaines , qui sont deux talens chacun de quatrevingts livres.

Or puisque quatre-vingts livres Romaines valent soixante mines Attiques , il en résulte que la mine Attique vaut une livre Romaine ô( un tiers , ce qui revient à cent douze deniers de quatrevingt-quatre 'a la livre Romaine , ou à cent vingt-huit deniers de quatre-vingt-seize à la livre , 6c ce qui s'accorde parfaitement avec

'les évaluations que Dioscoride , Cléopatre ô( Galien ont faites de

la mine Attique en drachmes ou deniers Romains. Par l'inverse , il est évident que la livre Romaine étoit les trois quarts de la mine

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][graphic]
« PrécédentContinuer »