Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

once , vaut un didrachme Attique .* la statere ô( le sicle étoient donc_ la même chose.

De ce que nous venons de dire il suit que le talent Hébraïque valoit cent vingt-cinq livres de douze onces , c'est ce que nous apprend encore &Epiphane; le talent , dit~il , qui est le plus grand des poids , vaut cent vingt-cinq livres de douze onces 5 ô( il le répéte deux fois. Suidas &r Hésychius disent la même chose; le témoi-E gnage de Héron le Jeune ou le Martyr y est formel.

Saint Epiphane dit que l’once est de deux stateres ou de huit drachmes. Saint Jérôme sur Ezéchiel ( cap. III. ) dit que le sicle est la statere ô( de la valeur de quatre drachmes : Siclus [later e/Z , lzoc e/Z drac/mue quatuor. La mine des Hébreux contenoit donc soixante sicles ou stateres ô( 24.0 drachmes Asiatiques , ô( la litre Hébraïque vingt-quatre sicles ô( quatre-vingt-seize drachmes Asiatiques, comme les mêmes poids en Egypte , suivant les Auteurs de Galien.

Le talent tant de l'Egypte que de la Palestine devoit contenir également trois mille sicles ô( douze mille drachmes z aussi F estus évalue-t-il le talent d'Alexandrie à douze mille deniers , qui sont les douze mille drachmes en question. Je trouve dans Priscien un talent évalué à quatre-vingt-trois livres Romaines plus quatre onces , ce qui fait mille onces : si l'on divise ces mille onces par le nombre de sois que la grande mine étoit contenue dans le talent, savoir cinquante , on aura au quotient vingt onces Romaines pour la valeur de la mine Égyptienne 8( Hébraïque , précisément comme l'ont évaluée les Auteurs de Galien. Mais S. Epiphane nous arrêteroit ici, si nous le trouvions plus exact ailleurs; il l'est quelquefois , mais le plus souvent il nous trompe; il dit que la mine Italique est de quarante stateres , de vingt onces ou d'une livre deux tiers. Ce n'est ici qu'une com ilation de la même saute que nous avons déja'vue dans un des T'arifs insérés dans les (Euvres de Galien , ô( qui est amplement résutée par tout ce que nous avons dit. Nous rap orterons d'autres témoignages des Anciens pour confirmer de p us en plus que les rapports des poids que nous avons tirés de Galien, sont exacts ; nous les joindrons à l'article particulier de chaque espece de poids dans l’énumération plus étendue que nous allons en faire. Mais ce qui doit mettre le sceau de la conviction à tout ce systéme , c'est la comparaison des poids an-ciens par le moyen des monnoies encore existantes aujourd'hui; Bt conservées avec soin dans les Cabinets des Savans ô( des

Curieux.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »