Images de page
PDF
[graphic][ocr errors]

En fixant la durée d'une génération à 33 ans , 8( le nombre de tous les hommes qui habitent la surface de la terre à un'milliard , il résulte qu’il en meurt chaque année . 30,000,000 chaque jour . . . 82,000 chaque heure . . . 3,400 chaque minute . . . . 60 chaque seconde . . . . 1l D'un autre côté , comme le nombre des morts est à celui de ceux qui naissent comme lO à l 2, il naît chaque année . 36,000,000 chaque jour . . . 98,400 chaque heure . . 4,080 chaque minute . . . . 72 chaque seconde . . . 1 F5. Si dans un pays le nombre des habitans est de 10,000; que de 36 il en meure l par an , 8( que les morts

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]
[graphic][graphic][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic][ocr errors]

i2 livres 8c demie , produit seize livres de pain, Gt les douze boisseaux (ou le setier de farine) font 192 livres de pain. Le surplus du son peut être laissé pour les animaux» qui partagent avec nous les productions de la terre. Mais quand on voudroit tout mettre a profit pour la nourriture des hommes, le setier de bled ne rendroit au plus que dix-sept boisseaux de farine ô( de son, capables d'être convertis en pain , qui, à seize livres par boisseau , produiroient 272 livres de pain.

Dans quatre essais rapportés par Lamarre (Traité de la~P0lícc des Grains , tom. II , p. 160.), les douze boisseaux de bled qui composent le setier de Paris , rendirent 1 6 à r7 boisseaux de farine 6c de son.

L'ordonnance du r 1 Octobre 1382 enjoint aux Meuniers de ne prendre , pour moudre un setier de bled , qu'un boisseau rez (c'est-à-dire ,le treizieme du grain à moudre) , &t de rendre pour chacun setier de froment quinze boisseaux de farine , autant de méteil , ô( de chacun setier de seigle, quatorze boisseaux de farine (Lamarre , tom. II, p. 160. ).

Un Mémoire qui a été fourni à M. Dupré-de-Saint-Maur par

une personne employée à la olice des grains , fait monter, en farine Ô( en son , le produit un setier de bled à 19 boisseaux. . On trouve dans Lamarre (tom. II, p. 361.) un essai , suivant lequel le bled fit précisément, au sortir du moulin , le même poids de farine, qu'étoit celui du grain; mais il en rapporte cinq autres, dans lesquels le déchet , sur un setier , va de trois à huit livres.

D'après les recherches faites ar Budée , sur le produit du bled, on conclut qu'un setier de bon bled rend 16 à i6 è boisseaux combles de farine.

J'ai fait des expériences pour connaître le comble des grains, ô( j'ai trouvé qu'une surface circulaire d'un pied de Roi de diametre, porte un cone de 180 pouces cubiques *de bon bled , un _cone de 174. pouces cubiques de bon orge , un cone de 195 pouces cubiques d'aveine de médiocre qualité ‘, Gt 2S6 pouces cubiques de farine de seigle avec le son au sortir de la meule; la farine de froment doit donner le même comble à peu près. Or le boisseau de Paris doit avoir dix pouces de diametre entre fûts , suivant la Sentence du Bureau de la Ville; supposant donc l'épaisseur du bord de trois lignes , le comble de ce boisseau sera un cone aflis sur une base de dix pouces &c demi : ô( comme les cones

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

707 livres de pain. Le scheffel dont il s'agit ici est celui de Dresde,

« PrécédentContinuer »