Images de page
PDF
[graphic][merged small]

Témoignages des Anciens touchant les productions natuselles dela Gaule. Ce Chapitre , gui fait sùz'te aux

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Les Anciens parlent avec éloge des hauts sapins qui couronnent les Vosges &c le mont Jura; des bouleaux à écorces blanches, dont les habitans extrayoient une sorte de bitume; des citron— niers , dont il y avoit quantité dans la Gaule, à ce qu'il paroît par Velléius Paterculus , qui dit que César en décora son triomphe. On fait aussi mention des ifs de ce pays, mais comme d'un arbre* dont les sucs sont un poison , ô( l'ombre mortelle, ou au moins dangereuse pour celui qui dormiroit dessous. Selon Pline , le vin conservé dans des vases faits de bois d'if, est une boisson qui donne la mort. Cativulque, roi du pays de Liége, s’empoisonna avec de l'if, au rapport de César. Strabon écrit, d'après Artémidore, qu'il croît dans la Gaule un arbre semblable au figuier , 8C tlont le fruit a beaucoup de rapport avec celui du cornouiller; on fait des Carquois avec ce bois , ô( l'on exprime de l'arbre même un suc mortel, dans lequel on trempe les fleches 8c les dards.

L'Empereur Julien (inMzsopogono) parle de la Gaule en cette

[ocr errors]
[ocr errors]

culture des figuiers S'y fait par art, mais avec succès : les habi~ tans couvrent ces arbres durant l'hiver, avec de la paille de froment 8c d’autres matieres propres à empêcher l'effet des grands froids. Strabon décrivant la Gaule Narbonnoise dit , qu’elle produit toutes les especes de fruits qui viennent en Italie: il ajoute, que vers le Septentrion, la Gaule produit également les mêmes fruits , à l'exception des olives , des figues ôt des raisins, qui y mûrissent difficilement. C’est aussi à-peu-près ce qu’en écrivent: César 6c Varron. Ce dernier (de Re ru/Z.) dit , que_ dans la Gaule Transalpine ô( vers le Rhin , il y a quelques cantons où la vigne, l’olivier &t les autres fruits ne viennent pas, à moins qu’on n'ait engraissé la terre avec~une craie blanche foffile, ce qu’il faut en

tendre de la marne. Mais ce que Claudien, Lucien, Pétrone ,, «

Diodore ô: Cicéron disent du froid excessif &c des glaces de la Gaule, peut passer pour exagéré. . . ’ ‘

S’il en faut croire Pline, ce fut un artisan Helvétien , nommé Elicon , qui le premier transporta dans la Gaule le figuier , l’olivier &t la vigne. Les vendanges ne tarderent pas à y devenir abondantes ; ô( on recueillir dans ce pays une si grande quantité de vins, que dans la suite les Romains y vinrent faire leurs provisions; ce que Columelle rapporte avec une sorte de reproche pour ses compatriotes. C’étoit , suivant le récit de Plutarque , la ville de Vienne, qui faisoit à Rome les envois ordinaires de ce vin nommé Picatum, si estimé des Anciens. Que veulent donc dire Vopiscus ô( Eusebe, .lorsqu'ils écrivent que [Empereur Probus permit aux Gaulois de faire des plantations de vignes? De savans hommes ne le comprennent pas encore aujourd’hui. Quelques-uns pensent que' jusqu’au re ne de Probus, il n’y 'avoit encore eu de vignes que dans la Gau e Braccate ou Narbonnoise, c’est-à-dire , dans la Province Romaine, 8c que jusqu’alors on n'en avoit point planté dans le reste de cette région. Mais cela ne'. peutæêtre vrai , puisque Pline, qui vivoit long-temps avant l’Em‘Erreur Probus, fait mention des vins de Berri ôt de l'Auvergne.

iodore assure pour son temps, qu‘e la Gaule Comate ne produisoit oint de vin. César (lib. IV , de Bello Gall. ), compare pour la so riété ôt la tempérance les Sueves dela Çermanie , aux N eró

viens 'de la Gaule, c'est—’à-dirsse, aux- peuples du' Hainaut. Ils ne souffrent point , dit-il , que l’on porte chez eux du vin, parce qu’ils pensent que cette liqueur rend les hommes qui en boivent , mous, efféminés , ô( peu propres 'a supporter les travaux 6c les fatigues. Aujourd'hui la Gaule, ou plutôt la France, produit des vins excellens de toute sorte. Cependant. la nature du sol se refuse en quel ues provinces a la culture de la vigne. Elle ne réussit pas dans a p us grande partie de la Bretagne , en Normandie, en Picardie, en Flandre, ôtc.; cette production y est remplacée par des pommes &c des poires, dont on fait une boisson saine, qu'on appelle cidre ô( oiré. C'est la France qui fournit des vins ‘a l'Angleterre , à la fs'ollande , à tous les pays du Nord, où le froid du climat ne permet point de cultiver la vigne.

Pline remarque que la Gaule roduit le vaciet, où on l'emploie. pour la teinture des vêtemens des esclaves. Le vaciet , autrementdit l'airelle ou mirtile, est un arbuste assez ressemblant au myrte.: il ales feuilles' un .peu oblongues, 8c produit des baies noires ou purpurines, bonnesà manger. Il en croît beaucoup dans les forêts' de la basse N orrnandie &sit du Maine , où le peuple en appelle le fruit morets ou santines , &t s'en nourrit. La Gaule produit le coccum: c'eŒ la graine ou les baies d'un arbrisseau , dont on fait usage pour la teinture d’écarlate. ’Galien atteste qu'on tiroit dela Gaule le nard, avec quoi les Anciens faisoient la thériaque. La culture des lins dans la Gaule , ainsi que les toiles que l'on en faisoit pourles_ voiles de vaisseaux , y saisoient une branche considérable de son commerce. On peut observer néanmoins, que les voiles des nañ vires ne se faisoient passide lin dans tous les pays ,puisque César nous apprend que les peuples du Diocèse de Vannes en Bretagne, em loyoient pour cela des peaux de bêtes au lieu de toiles. Le lin ôt e chanvre sont encore aujourd'hui un objet des plus co’nsidérablesdu commerce de la France. C'est ce Royaume qui apñd_ provisionne l'Espagne de cordages &t de voiles pour la marine,&tc. ,

Les terres de la Gaule qui ne sont point occupées par les grains ô( les fruits, vservant immédiatement à la nourriture de l'homme , fournissent de-gras pâturages , où l'on éleve de nombreux troupeaux, de toutes sortes de bestiaux. On peut dire en un mot, que les habitans y sont dans une parfaite abondance^ de tout ce qui est nécessaire pour le comestible 6c le vêtement, de viandes , de laitages , de heures , de fromages, de laines , de peaux, de cuirs ,j

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »