Images de page
PDF
[ocr errors]

On trouve dans les Ordonnances des Rois Robert 8c Henri I, des preuves que cette livre étoit encore en usage pour peser les

métaux 8c les monnoies; on s’en servit même encore au commen-

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

également le poids de 53 sous 4. derniers tournois , 8c que par con-v

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

» S8 Æ , qu'ils ne soient délivrez, tant i1 en ait osté tant de faible; a) parquoy li ramenant soit du poids qu’ils devoient estre. Et quand » l'en ne puet faire toutes œuvres que ly 58 deniers. poisent un » marc sans plus ni sans meins, ôcc. » '

Ce poids du sou tournois , ou gros tournois , est encore prouvé par une Ordonnance de Philippe le Bel, du 22 Janvier 1310 , dans laquelle il dit que les mailles tierces , qui étoient de même loi que les gros tournois de S. Louis , étoient de 174. au marc , ô( qu'elles valoient justement le tiers d'un gros tournois de S. Louis. Desorte que si l'on divise !74 par 3 , on aura 58. Enfin M. le Blanc dit qu'il nous reste encore quantité de ces gros tournois de S. Louis, bien entiers ô( bien conservés, qui pesent 3 deniers 7 grains Fj- trébuchans , ou environ 79 g grains du poids actuel. Par conséquent le marc de la monnoie au temps de S. Louis , étoit le même que celui d'aujourd'hui; il étoit également les deux tiers de la livre Carlovingienne , établie par l'Empereur Charlemagne.

On pourroit penser que la monnoie sterling étoit au même de-Î gré de pureté que la monnoie tournois, puisqu'il paroît qu'on la donnoit poids pour poids ; cependant la monnoie d'Angleterre n'étoit qu'au titre de ll den. ô( demi-grain , tandis que la monnoie de S. Louis étoit au titre de Il deniers r2 grains de fin ,‘ comme le prouve une promesse entre Jacques d'Arragon , ô( Jacques, Roi de Majorque , du mois de Juin 1309 , dans laquelle il est parlé de r6oooo tournois d'argent : Sancti Ludovici bonæ memoriæ Regis Franciæ de lege undecim denariorum G' oboli , quorum T uronensl'um $7 , minus tertia arte unius ponderant unam marc/tam ad pensum Monspesulii. Voilà onc encore un marc, celui de Montpellier , qui est évalué au poids de 56 z tournois. Il existe un autre titre de Jacques , Roi de Majorque , daté du mois de Mars i3 3 8-, par lequel il paroît aussi que ces gros tournois étoient d'argent a 1 1 deniers I2 grains de loi, 8L que les 56 ÿ pesoient un marc

'de Montpellier.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »