Images de page
PDF
[graphic]
[ocr errors]

68S -- TRAITE DES MESURES, ~~z

La [rant/ze est la zone circulaire qui couvre l'épaisseur de la piece , sur laquelle on imprime aujourd'hui une légende ou un cordonner , pour empêcher que les faux monnoyeurs ne la puissent rogner. On ne peut marquer. que les écus de la légende Domine , salvum fac Regem , parce que le volume en est assez considérable pour porter des lettres sur la tranche 5 mais le volume des autres especes , tant_ d'or que d'argent, ne peut recevoir sur la tranche qu'u'n cordonnet avec un grénetis des deux côtés , ou seulement une hâchure. L'usage de mettre une légende sur la tranche des monnoies a commencé en Angleterre : il n'a été adopté en France que dans le commencement de ce siecle.

Les Antiquaires emploient des termes qui leur sont presque particuliers , mais dont quelques-uns sont aussi en usage parmi ceux qui traitent des Monnoies. , L, "'IlS appellent médaille une piece de métal frappée ô( marquée J soit qu'elle ait été monnoie , ou non. Ils nomment médaillon une médaille d'une grandeur ;extraordinaire , 8c communément d'un bead’travailrî ' ~ "3"" '"l 5b

Le champ d'une médaille est le fond de la piece qui est vuide ,‘ &3 sur lequel il n'y a rien de gravé. Toutes les figures qui sont empreintes sur' une médaille , en sont regardées 'comme le corps , ô( la légende en est regardée comme l'ame. zo

Exergue est un mot, une date , des lettres , des chiffres mar-i qués dans les médailles , auzdessous des têtes qui y sont représentées; mais le plus souvent l’exergue est sur le revers de la mé; daille. Les lettres ou les chiffres des exergues signifient Ordinairement, ou le nom de la Ville dans laquelle elles ont été frap~ pées , ou le temps , ou la valeur de la piece de monnoie. On voit par la que le mot exergue est presque synonyme avec celui de

revers.
On appelle coin la matrice qui a servi a donner la formeà une

médaille ou -à une piece de monnoie. Tous nos écus de 6 livres qui sont fabriqués à Paris, le sont à un même coin.

Le monogramme sont des lettres , caracteres ou chiffres entrelacés; ils dénotent quelquefois le prix de la monnoie , d'autres fois une époque , quelquefois le nom de la Ville, du Prince, de la déité représentée sur la médaille. Ce caractere étoit autrefois une abbréviation de nom , &r servoit de signe, de sceau 6c d’ar

moiries. La signature avec des monogrammes étoit fort en usage

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

'q S. Louis fit faire des deniers tournois de la valeur de deux oboë les , ou de quatre pites tournois; il fit faire aussi des deniers parisz's de la valeur d'un denier tournois. ô( un quart , mais qui se divi.. soient également en 2 oboles ou mailles , ou en 4. ites parisis. La premiere de ces especes tiroit son nom de la Vill'e de Tours où elle se fabriquoit , comme le marque la légende des gros tour_ nois du même-Roi : Turonus civis ,- &t les deniers parifls prenoient

leur dénomination de la Ville de Paris. Le ,denier tournois s'ap. - S sss ij

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

de S. Louis vaudroit 18 sous de notresimonnoie actuelle. Cette _". _,0 \

[graphic]
« PrécédentContinuer »