Comment on devient sorcier

Couverture
Place des éditeurs, 10 nov. 2010 - 985 pages
0 Avis

Horloger comme son père et inventeur prolifique, Jean-Eugène Robert-Houdin mit sa passion de la mécanique et sa fantaisie au service d'un art qu'il rénova de fond en comble : la prestidigitation.



" L'art de la prestidigitation tire ses artifices de l'adresse des mains, des subtilités de l'esprit et de tous les faits merveilleux que produisent les sciences exactes. "
Avec cette règle simple qui préfère l'illusion au trucage, Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871) révolutionna le spectacle de la magie.

Horloger comme son père et inventeur prolifique, il mit sa passion de la mécanique et sa fantaisie au service d'un art qu'il rénova de fond en comble : la prestidigitation. Il inspira des générations d'illusionnistes jusqu'à nos jours, parmi lesquels le fameux Harry Houdini, qui prit ce nom en hommage à son illustre devancier.
Voici réunis les textes que Robert-Houdin consacra à la magie. Outre ses mémoires, on trouvera, expliqués et commentés, ses tours révélés, véritable méthode pour le magicien débutant ou confirmé : la référence absolue en matière de prestidigitation.

Une vie d'artiste, mémoires ? Comment on devient sorcier : les secrets de la prestidigitation et de la magie ? L'Art de gagner à tous les jeux? Magie et physique amusante ? Le Prieuré, organisations mystérieuses pour le confort et l'agrément d'une demeure

Edition présentée par Francis Lacassin

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2010)

Né à Blois en 1805, Jean-Eugène Robert-Houdin se destine comme son père à l'horlogerie. Passionné de petite mécanique, il conçoit des automates qui lui apportent une certaine renommée (son " écrivain dessinateur " est présenté à l'Exposition de 1844 et lui permet de faire la connaissance de Louis-Philippe). En 1845, il entame une carrière de prestidigitateur : il révolutionne l'art de la magie et connaît une immense célébrité. Fortune faite, il se retire à Blois en 1852, écrit ses mémoires et révèle ses procédés. Il meurt en 1871.

Inventeur prolifique, on lui doit également le taximètre, l'appareil de mesure des touches à l'escrime, des instruments d'ophtalmologie. L'Américain Harry Houdini a adopté ce nom en hommage à son illustre devancier.

Informations bibliographiques