Images de page
PDF
ePub
[blocks in formation]

DE L'IMPRIMERIE DE D. COLAS, rue du Vieux-
Colombier, N° 26, faubourg Saint-Germain.

[ocr errors]
[graphic][merged small]

N° DVII. - Samedi 5 Avril 1811.

POÉSIE.

L'EXIL

A BANDONNEZ une terre étrangère,

Légers oiseaux, venez, ne craignez plus:
Les noirs frimas qui vous fesaient la guerre,
Loin de ces bords sont enfin disparus.

Dans le vallon la rose vient d'éclore;
Ses doux parfums appellent le zéphyr;
L'onde murmure, et la naissante aurore,
En s'éveillant, vous invite au plaisir.

Ne tardez plus, cédez, troupe fidelle,
Cédez encore à de nouveaux désirs;
Chaque arbrisseau, chaque feuille nouvelle
Vous redira de touchans souvenirs.

Voici l'ormeau dont le mobile ombrage
Vous protégea durant vos premiers jours;
Ce marronier couvrit de son feuillage
Le doux secret de vos jeunes amours.
Enfans de l'air, que je vous porte envię!
Dans votre essor échappés au vautour,

Vous reverrez demain votre patrie,
Elle entendra votre chant de retour.

Et moi, traînant mes ennuis solitaires,
J'appelle en vain mes tranquilles vergers:
Pauvre exilé, loin du toit de mes pères,
Je vais pleurant sur des bords étrangers.
DELISLE SEJOURNÉ.

LE TROUBADOUR ET LA BERGERE.

ROMANCE.

TROUBADOUR de belle

apparence

Cherchait aventure d'amour :
Dans les montagnes de Provence,
Par hasard il errait un jour;
En sortant de joli bocage,
Tout au bas d'un riche coteau,
Il voit assise sous l'ombrage
Fillette gardant un troupeau.

Désir que jeunesse fait naître
Brûle déjà le troubadour :
L'espoir vient, avant de connaître
L'objet de son nouvel amour.

Tant de beautés du haut parage

Ont loué sa témérité !

Doit-il craindre près d'un village

D'éprouver la sévérité ?

LE TROUBADOUR.

Dieu vous gard' jeune pastourelle.....

Que faites seule en ce vallon?

LA BERGÈRE.

Je caresse la fleur nouvelle

Et la garantis du frelon.

LE TROUBADOUR.

Chantiez, me semble, une romance.....

Et tant doux étaient vos accens!

LA BERGERE.

Si voulez que la recommence,

D'un peu loin écoutez mes chants,

[blocks in formation]

LE TROUBADOUR.

Voyez-vous dans cette aumonière
Bourse pleine de pièces d'or ?
LA BERGERE.

Mon ami n'a que la rivière.
Et ses filets pour tout trésor ;
Mais à votre bel équipage,
A tous vos anneaux de rubis,
Préfère le bien d'être sage :
Jamais il ne baisse de prix.

Le Troubadour avec instance,
Priait Nice de l'écouter :

La pastourelle avec prudence
S'enfuit sans vouloir s'arrêter.
Amant léger, va, ta conquête,
Dit-elle, n'a rien de flatteur:
Point ne verras femme coquette

Quand amour vrai règne en son cœur.

Par Mme DE MONTANCLOS.

ENIGME.

POUR parler, comme chacun sait,
Il ne faut pas être muet.

Pour bien s'entendre en toute affaire,
Il faut parler ; c'est un point nécessaire;
Et c'est ainsi que tout accord se fait.
On peut ensuite écrire ou faire écrire,
Afin de prévenir le tort de se dédire.

J'en dirais trop, c'est assez discouru :
Car celui qui voudrait ( et c'est bien entendu ),
Seulement une fois relire,

Tout bref qu'il soit, ce qu'il a déjà lu,
Soit entier, soit coupé, quatre fois m'aura vu.
JOUYNEAU DESLOGES (Poitiers }

LOGOGRIPHE.

Né d'un poétique cerveau,

Je suis aussi l'enfant de la musique ;

Avec mon chef je prends le surnom de nouveau,
Et sans lui je suis antique.

S........

CHARADE.

VEUX-TU voir s'écouler chaque jour de ta vie
Sans qu'elle soit jamais de repentir suivie?
N'expose pas ta bourse aux coups de mon premier;
Ne va pas, s'il est plein, renverser mon dernier ;
Prends garde à qui tu dois confier mon entier.

S.......

Mots de l'ENIGME, du LOGOGRIPHE et de la CHARADE insérés dans le dernier Numéro.

Le mot de l'Enigme est Poisson-d'avril.

Celui du Logogriphe est Frange, dans lequel on trouve : rang, ange, rage, âne, âge, fa et an.

Celui de la Charade est Houpelande.

« PrécédentContinuer »