Correspondance, littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc: revue sur les textes originaux, comprenant outre ce qui a été publié à diverses époques les fragments supprimés en 1813 par la censure, les parties inédites conservées à la Bibliothèque ducale de Gotha et à l'Arsenal à Paris, Volume 14

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 42 - Qu'est-ce qui a rendu la langue française universelle? Pourquoi mérite-t-elle cette prérogative? Est-il à présumer qu'elle la conserve?
Page 219 - C'était la reine elle-même qui jouait le rôle de Rosine, M. le comte d'Artois celui de Figaro, M. de Vaudreuil celui du comte Almaviva ; les rôles de Bartholo et de Basile ont été rendus, le premier par M. le duc de Guiche, et le second par M.
Page 48 - Le magnétisme est aux abois, La Faculté, l'Académie L'ont condamné tout d'une voix, Et l'ont couvert d'ignominie. Après ce jugement bien sage et bien légal, Si quelque esprit original Persiste encor dans son délire, Il sera permis de lui dire : Crois au magnétisme....
Page 324 - Maudit soit l'auteur dur dont l'âpre et rude verve , Son cerveau tenaillant , rima malgré Minerve ; Et , de son lourd marteau martelant le bon sens , A fait de méchants vers douze fois douze cents
Page 470 - Quelque nonchalance qu'eût d'ailleurs son maintien, il y avait naturellement dans le port de sa tête, et surtout dès qu'il parlait avec action, beaucoup de noblesse, d'énergie et de dignité. Il...
Page 99 - N'est-il pas permis de craindre que, par un abus toujours croissant, on ne voie un jour avilir le théâtre de la nation par des tableaux de mœurs basses et corrompues, qui n'auraient pas même le mérite d'être vraies ; où le vice sans pudeur et la satire sans retenue n'intéresseraient que par la licence, et dont le succès, dégradant l'art en blessant l'honnêteté publique, déroberait à notre théâtre la gloire d'être pour toute l'Europe l'école des bonnes mœurs comme du bon goût ?...
Page 186 - Dans la manière de s'exprimer, comme dans celle de se vêtir, l'usage diffère de la mode en ce qu'il a moins' d'inconstance; mais l'usage comme la mode ne reconnaît pour règle que le goût; et selon que les mœurs publiques , le caractère et l'esprit dominant rendent le goût d'une Nation plus raisonnable ou plus fantasque , l'usage est aussi plus sensé ou plus capricieux dans ses variations.
Page 131 - Craignant coup de pied de cheval Bien moins pour moi que pour la fille, Je saisis le mors du cheval, Et soudain je tire la fille D'entre les jambes du cheval, Ce qui fit plaisir à la fille.
Page 112 - Toute l'Académie a été si émue de l'événement , qu'on a été presque tenté de renoncer pour jamais à la célébrité des séances publiques. Il a été question du moins d'en exclure les femmes, comme plus impatientes et plus susceptibles d'ennui; de distribuer les billets avec plus de précaution , et de n'admettre en général que des personnes dont on puisse être à peu près sûr, quoi qu'il arrive et quoi qu'on lise.
Page 141 - ... Newton n'est pas mieux traitée que les tourbillons de Descartes. Il cherche une faculté plus propre à découvrir la vérité que notre raison ; il croit l'avoir trouvée dans cet instinct sublime appelé le sentiment, et sur ce point l'on ne saurait guère le blâmer ; car il est très-évident que notre philosophe a bien les meilleures raisons du monde pour faire beaucoup plus de cas de la sensibilité que de la raison. Son troisième volume présente l'application de ses principes à la...

Informations bibliographiques