Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1760
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 127 - Voilà les qualités effentielles & caractériftiques du dithyrambe. Il eft aifé de fentir que notre verification timide, monotone, qui, fi nous en féparons la mefure & la rime , n'a prefque point de formes qui...
Page 127 - Lyriques étoit un taureau j celui des Jeux Dithyrambiques étoit un trépied. : ce qui prouve que les Anciens .regardoient l'entnoufiafiTie comme plus propre du Dithyrambe que de l'Ode.
Page 127 - Poëte préfente toujours des chofes neuves, inattendues , grandes & merveilleufes , comme s'il étoit dans un commerce intime avec les Dieux , & qu'ils lui infpirafTent fur le champ tout ce "7 qu'il annonce.
Page 123 - Ce genre de poéfie ne connoiffoit point encore de regles ; mais peu-à-peu il fe perfectionna , & ceux qui le cultiverent , y ajouterent de nouvelles beautés , fans en dénaturer le caractere. Si nous nous en rapportons aux...
Page 121 - ... les vers que chantoient les prêtres de Cybele lorfqu'ils entroient en fureur , fe rapprochaflent beaucoup du dithyrambe. Il n'en a pas été de même chez les Italiens; cette nation, pleine de feu & de gaîté, a cultivé la poéfie dithyrambique avec autant d'ardeur & prefqu'autant 4e fuccès que les Grecs.
Page 105 - Elles envisagèrent ce triste événement, comme un de ces coups de la fortune, qui ne doit point abbatre les âmes fermes.
Page 202 - Hottentots ou Caraïbes. Mais fi l'on a en vue tout le genre humain , & dans...
Page 122 - OGNUN segua, Bacco, te; Bacco, Bacco, evoè. Chi vuol bever, chi vuol bevere, Vegna a bever, vegna qui. Voi imbottate come pevere : Io vo' bever ancor mi. Gli è del vino ancor per te ; Lascia bever prima a me. Ognun segua, Bacco, te Io ho voto già il mio corno : Dammi un po
Page 118 - Stoïcien dont parle l'Hiftoire , elle cpioit ce moment fi court, qui nous livre de cette vie à une autre -, que l'on craint toujours plus, plus on s'en détourne, mais qu'on ne fauroit éviter.
Page 126 - Lyriques qu'en ce que les premiers étoicnt plus hardis & plus élevés dans les chofes & dans la diction. Cette obfervation indique parfaitement le vrai caractere <lu Dithyrambe.

Informations bibliographiques