Recherches historiques sur le procès et la condamnation du duc d'Enghien, Volume 1

Couverture
Labitte, 1844 - 319 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 36 - Je fais avec instance la demande d'avoir une audience particulière du Premier Consul. Mon nom, mon rang, ma Façon de penser et l'horreur de ma situation me font espérer qu'il ne se refusera pas à ma demande.
Page 266 - Offenbourg et à Ettenheim, pour y saisir les instigateurs d'un crime qui, par sa nature, met hors du droit des gens tous ceux qui manifestement y ont pris part.
Page 42 - Le président a fait retirer l'accusé ; le conseil, délibérant à huis-clos, le président a recueilli les voix en commençant par le plus jeune en grade; le président ayant émis son opinion le dernier, l'unanimité des voix l'a déclaré coupable, et lui a appliqué l'art.
Page 227 - J'ai fait arrêter et juger le duc d'Enghien, parce que cela était nécessaire à la sûreté, à l'intérêt et à l'honneur du peuple français, lorsque le comte d'Artois entretenait, de son aveu, soixante assassins à Paris. Dans une semblable circonstance, j'agirais encore de même.
Page 65 - Tout complot ou attentat contre la république sera puni de mort." Art. II (id). "Toute conspiration et complot, tendant à troubler l'Etat par une guerre civile, et armant les citoyens les uns contre les autres, ou contre l'exercice de l'autorité légitime, sera puni de mort.
Page 299 - République près les tribunaux de première «instance d'y tenir la main, à tous commandants et officiers de la • force publique de prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement
Page 252 - ... passer d'un seul voyage trois cents chevaux. Les troupes prendront du pain pour quatre jours, et se muniront de cartouches. Le général de la division y joindra un capitaine ou officier et un lieutenant de gendarmerie, et trois ou qua[re (trentaine) brigades de gendarmerie.
Page 35 - A lui demandé s'il connaît le général Pichegru , s'il a eu des relations avec lui : A répondu : « Je ne l'ai, je crois, jamais vu ; je n'ai point eu de relations avec lui. Je sais qu'il a désiré me voir : je me loue de ne l'avoir pas connu, d'après les vils moyens dont on dit qu'il a voulu se servir, s'ils sont vrais.
Page 61 - D'avoir pratiqué des intelligences dans la place de Strasbourg, tendantes à faire soulever les départements circonvoisins, pour y opérer une diversion favorable à l'Angleterre; 6« D'être l'un des fauteurs et complices de la conspiration tramée par les Anglais contre la vie du premier consul, et devant, en cas de succès de cette conspiration , entrer en France.
Page 256 - Ettenheim, marchera droit à la maison du duo d'Enghien et à celle de Dumouriez. Après cette expédition terminée, il fera son retour sur Strasbourg. En passant à Lunéville, le général Ordener donnera ordre que l'officier...

Informations bibliographiques