L'Angleterre des Tudors: 1485-1603

Couverture
Ophrys, 2000 - 207 pages
Siècle charnière entre le Moyen Age et l'époque moderne, la période Tudor voit l'Angleterre affirmer son identité et se hisser de nouveau au rang de grande puissance aux côtés de la France et de l'Espagne. Après la perte de son empire continental (1453) et l'instabilité des années 1455-1485 (guerre des Deux-Roses), le renforcement de l'autorité monarchique, l'essor de l'Etat-Nation, la Réforme religieuse, la "force de frappe" maritime, le bouillonnement culturel redonnent à ce pays vigueur et assurance. Un très fort sentiment national s'y développe, source d'expansion et aussi d'isolement ultérieur. Ce livre examine les principaux aspects de la vie publique (et parfois privée): démographie, société, économie, politique, religion, mentalités, production artistique... Trois préoccupations ont animé l'auteur. D'abord, à la lumière d'une longue fréquentation des documents d'époque, la prise en compte de l'évolution historiographique et des recherches les plus récentes dans les divers domaines abordés. Ensuite, le refus de toute concession à la légende d'un "âge d'or"; à côté d'éclatantes réussites, les taches d'ombre ne manquent pas, y compris pendant le règne d'Elisabeth Ire. Enfin, problème ardu, l'évaluation de l'importance relative des nouveautés et du poids des traditions ; contrairement à nombre d'analyses trop disposées à voir partout du "progressisme", l'accent porte aussi sur les éléments de continuité que le "mythe Tudor" tend à occulter.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques