Images de page
PDF
ePub

que faint Paul prêchant dans l'Aréopage, saint Pierre & saint , Jean qui guériffent un boiteux à la porte du temple, Sergius

RAPHAEL. qui se convertit à la prédication de saint Paul, Ananie qui meurt étant repris par faint Pierre, le même faint qui reçoit les clefs, sa vocation à l'apostolat pendant la pêche miraculeuse, saint Paul qui déchire ses vêremens, sur ce que le peuple de Lystre veut lui facrifier ainsi qu'à saint Barnabé. Les cinq autres cartons qui ont péri, mais qui sont exécutés en tapisseries sont le massacre des Innocens, l'adoration des Mages, la conversion de saint Paul, le martyre de faint Etienne, & saint Paul prêchant devant Felix & Agrippa.

Le cabinet du Roy posséde la sainte famille, le faint Michel, la Vierge appellée la belle jardiniére, sainte Marguerite, le portrait de Jeanne d'Aragon, saint Jean-Baptiste, le portrait du Comte Castiglione, celui du Cardinal Jules de Medicis, une sainte famille en perit, le portrait de Raphaël, & celui de Pontorme, un saint Jean l’Evangeliste, saint Michel combattant contre les monstres, Saint Georges contre un dragon, une Vierge tenant l'enfant Jesus, un portrait d'homme ayant le bras appuyé sur une table, une sainte famille venant du prince de Carignan.

Le Cabinet de M. le Duc d'Orléans offre le portrait de Jules I I. assis dans un fauteuil, celui d'une vieille, une Vierge vétuë de rouge avec une draperie bleuë, saint Jean au désert, une sainte famille en rond, deux Vierges avec l'enfant Jesus, une sainre famille venant de la Reine de Suede , tableau précieux, un jeune homme figure à mi-corps, la vision d'Ézéchiel, saint Antoine tenant un livre, saint François en pied, un Christ qu'on va mettre au tombeau, la priére au jardin des Olives, un portement de Croix, une Vierge tenant l'enfant Jefus sur ses genoux, & affise dans une chambre.

Ses tableaux de chevalet sont répandus de tous côtés , leur fréquent changement ne permet pas de les indiquer.

Marc Antoine Raymondi, Augustin Venitien, Sylvestre de Ravenne, Beatricius, Bonasone, Æneas Vicus, Georges Mantuan, Corneille Cort, Martin Rota, C. Bloemart & quantité d'autres, ont gravé d'après Raphaël ; l'Abbé de Marolles compte 740 piéces & il y en a dayantage.

[graphic][subsumed]

TULES ROMAIN

ULE S Romain s'appelloit Giulio Pippi, il prit naissance à Rome en 1492. Aucun auteur n'a parlé de ses parens qui selon toutes les apparences le mirent dans l'école du grand Ra

phaël; il y fit des progrés si étonnans que son maître lui-même en fut surpris; devenu dans la suite fon meilleur disciple, Raphaël lui confioit sur ses desseins l'exécution de les plus beaux ouvrages. Julęs mettoit beaucoup plus de feu dans ses tableaux que Raphaël, il donnoit à toutes ses figures une certaine vie, & une action qui manquoient souvent aux ouvrages de son maître.

Grand dans ses ordonnances, d'un génie très fécond, il rappelloit les pensées des anciens poëtes, ses idées étoient

[graphic]

nobles, elevées & il dessinoit correctement, heureux s'il eût = pû se familiariser avec le naturel, les ajustemens, & les gra- JULES ces compagnes fidelles du pinceau de son maître : son goût ROMAIN. au contraire étoit féroce, suivant plus l'antique que le naturel, il étoit devenu dur & sec.

Jules Romain avoit toute l'érudition dont peut être capable un homme de son art. L'histoire, la fable, l'allégorie, l'architecture, & la perspective toujours présentes à la més moire étoient placées judicieusement, il donnoit de l'esprit à ses figures, son génie fécond étoit propre à toutes sortes de sujets bizarres, aux événemens terribles, & les figures colof- . sales lui convenoient mieux qu'à un autre. Il joignoit à tout cela une connoissance parfaite de l'antique & des médailles.

Pendant la vie de Raphaël, le mérite du disciple fut toujours enseveli dans les grands ouvrages du maître : exécuteur de ses idées, toute son application ne tendoit qu'à les rendre élégamment. Bien différent quand il eut perdu Raphaël i. parut tel qu'il étoit, c'est-à-dire un homme abandonné à luimême, ne suivant que la fougue de son génie, peignant tout de pratique sans consulter les verités de la nature : ses chairs tiroient lur le rouge de brique, il mëloit trop de noir dans ses teintes, ce qui a gâté & obscurci ses meilleurs ouvrages & sa maniére de dessiner dure & sévére ne paroissoit point variée dans les airs de têtes ni dans les draperies. .

Raphaël qui l'aimoit préférablement à tous ses autres éléves, le fit son héritier, conjointement avec le Fattore; il le chargea de terminer les ouvrages qu'il avoit commencés, entr'autres la salle de Constantin. Jules s'en acquitta dignement, se faisant aider par le Fattore & Raphaël dal Colle. Après la mort de Leon X. voyant que les arts n'étoient plus en crédit sous Adrien VI. son successeur, il prit le parti d'abandonner la ville de Rome, de même que tous les autres éléves de Raphaël. Ce Pape vécut peu de temps, & le Cardinal Jules de Medicis qui lui succéda sous le nom de Clément VII. fit revivre leurs espérances. Jules travailla à l'histoire de Constantin sur les desseins de son maître, les ajustemens, les ornemens peints en bronze sont de lui. Dans le tableau où. Constantin donne au Pape la ville de Rome, il se peigniti lui-même, ainsi que le Comte Castiglione , le Pontano, & aus . tres sçavans de ses amis,

Lorsque les ouvrages du Vatican furent achevés, Jules se JULES retira dans une mailon qu'il avoit fait bâtir, il peignit des ROMAIN. tableaux pour différentes villes de fust 1s

tableaux pour différentes villes & fut l'architecte de plusieurs palais. Le Comte Caftiglione l'invira d'aller à Mantouë, attiré par les promesses du Duc il se rendit en cette ville; on le reçut avec distinction, on-lui donna un beau logement, une pension, une table pour lui & pour ses domestiques, le Prince lui envoya même son plus beau cheval, avec lequel il se rendit au palais du T, qui est aux portes de Mantouë.

Ce voyage lui épargna la punition qu'auroient pû lui atcirer les vingt estampes obscenes qu'a gravé Marc Antoine ,

connuës sous le nom des figures de l'Aretin; tout l'orage tom (a) Marc Antoine ba sur le (a) graveur qui étoit à Rome. Raymondi. Le bâtiment du T n'étoit rien dans son commencemene,

Jules le rendit recommandable par l'architecture & par les peintures dont il l'orna. Quoiqu'il n'y eût en ce lieu que des briques pour bâtir, il en forma des colonnes, des chapitaux, des corniches, & autres ornemens qui charmerenr le Duc de Mantouë.

Rinaldo Mantuano., & Benedetto Pagni ses disciples peignirent à fresque dans une salle les chevaux & les chiens du Prince, que Jules avoit dessinés d'après nature. On voit dans un salon à quatre angles, le mariage de l'amour & de Psyché peint avec tant d'adresse, que les figures qui n'ont que la longueur du bras', paroissent vûës en dessous avoir trois fois autant de hauteur. Les avantures de Psyché y sont représentées dans les angles, avec des amours voltigeans de tous côtés. Le soleil y paroît dans son char avec zephyre qui souffle d'agréables vents, Silene est peint sur la cheminée, soutenu par deux satyres portés par une chévre que deux enfans térent.

A l'exemple de Raphaël, Jules Romain faisoit sur ses defseins ébaucher & terminer ces morceaux par ses disciples, & il repafsoit par tout. Dans le plafond du vestibule on trouve l'histoire d'Icare avec les douze mois de l'année, indiqués par les divers travaux qui leur conviennent,

L'ouvrage le plus considérable de ce palais est un salon où les géans paroissent foudroyés par Jupiter, tous les Dieux sont en mouvement, les vents peints dans les quatre coins soufflent de tous côtés, les Graces y paroissent étonnées, les géans écrasés sous les rochers, Briare sçul dans une caverne

est enseveli sous une montagne, la cheminée sur laquelle est peint Pluton dans son char suivi des Furies, quand on v fait JULES du feu, fait paroître toutes ces figures dans le royaume de ce ROMA I N. Dieu. Les fenêtres, la voûte en tour creuse, les portes & la cheminée sont rustiquées par de grosses pierres qui semblent comber, le plancher même est pavé de petits cailloux.ronds dont la continuation est peinte au bas des murs à la hauteur d'un pied pour surprendre davantage, & leur poliment fait réfléchir les peintures ce qui fait paroître ce lieu plus grand, Enfin tout se ressent du génie d'un si rare homme."

Jules peignit à Mantouë dans le palais du Duc la guerre de Troie ; il donna encore des preuves de son habileté dans les maisons de plaisance du Prince, & dans les embellissemens de Mantouë dont les ruës élevées par ses soins furent un rempart contre les inondations du Pð. Le Duc le nomma Surintendant de ses bâtimens , & le protégea contre les bourgeois qui murmuroient de ce qu'on abattoit leurs maisons.

Les libéralités du Prince augmentérent beaucoup la fortune de Jules ; il fit bâtir une maison pour sa famille où il avoit formé un cabinet d'antiques & de curiosités ; on y voyoit le portrait d'Alberdurer, qu'il avoit hérité de Raphaël, tous les desseins des bâtimens antiques, & les modernes qu'il avoit composés. Jules Romain devint un grand architecte : on voit de lui aux portes de Rome la Vigne Madame qu'il a ornée de peintures, ainsi qu'un petit palais sur le Mont Janicule. Dans ce temps-là François I. le voulut avoir pour son Château de Fontainebleau ; Jules qui ne pouvoit quitter les ouvrages commencés à Mantouë, fit agréer le Primatice à sa place. Au passage de Charles V. en cette ville, il fit tous les arcs de triomphe , & d'admirables décorations de théâtre.

Après la mort du Duc, Jules voulut quitter Mantouë pour retourner à Rome, le Cardinal Gonzague régent, le retint auprès de lui; le besoin qu'il en avoit pour restaurer la grande Eglise , son esprit agréable & enjoué en furent les principaux motifs. Il lui fit faire les cartons pour la Chapelle du palais où il a représenté saint Pierre & saint André, qui de pêcheurs deviennent apôtres. Ces morceaux ont été peints par Fermo Guifoni un de ses élèves. On le manda a Bologne pour la façade de l'Eglise de sainte Petrone , son dessein fut préféré à quantité d'autres & très-bien récompensé,

« PrécédentContinuer »