Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

peinture , & ses tableaux offrent toujours quelque chose de gai.

FREDERIC Il termina sesjours à Urbin en peignant un Ecce homo , en 1612,

· BAROCHE, âgé de quatre-vingts-quatre ans. Son corps fut porté avec magnificence dans l'Eglise de saint François où il est enterré; on fit son oraison funébre, & son épitaphe est remarquable.

Le Baroche a eu pour disciples V annius de Sienne, le Sordo , François Baroche son neveu, & Antoniano Urbinate ; il a gravé de la main plusieurs de ses tableaux d'une manière très fpirituelle, & il y a bien trente-deux estampes gravées par Philippe Thomassin, les Galles, les Sadeler, Corneille Cort, Adrien Collaert, François Villamene, Augustin Carrache, C. Blæmart, une piéce(a) noire par Jean Smith, &c. (a) En fait d'ef

Les desseins du Baroche sont les uns au trait de plume lavés tampes une piece au bistre, rehaussés de blanc au pinceau ; les autres sont mêlés com

be noire est une plan

che gravée d'ude plume &de crayon rouge : il y en a entiérement au pastel. à ne

à ne maniére douce la plume, à la pierre noire, à la sanguine dont les hachures quoique noire

comme si elle étoit · font grosses sans être croisées. Le Baroche se reconnoîtra tou- enfumée ;** fans

jours à ses airs de têtes gracieux,à ses attitudes un peu outrées, qu'on y voye auà ses contours corrects & coulans, à ses draperies bien jetrées cun trait ni hachuen un mot on ne peut se méprendre à sa maniére de penser.

Ses principaux ouvrages à Rome, sont à Belvedere, où il a peint dans une chambre les vertus tenant les armes du Pape, des enfans dans la frise & au plafond une Vierge, le Jesus & plusieurs saints, une annonciation en pied dans le plafond d'une autre piéce. A sainte Marie della vittoria une annonciation sur du tafferas. A la Chiesa nuova une visitation trèsbelle , une présentation au Temple remplie d'un grand nombres de figures très expressives. À la Minerve le tableau de la Céne, très-beau morceau. Au palais Borghese il y a beaucoup de ses ouvrages, entr’autres noţre Seigneur au tombeau avec Nicomede, Joseph d'Arimathie, une Mater dolorosa très-beau tableau gravé par G. Sadeler, une Vierge assise dans la campagne avec le Jesus, S. Jean, S. Joseph,gravé par Corneille Cort.

À Urbin une conception avec plusieurs figures : une Cénę dans la chapelle de l'Archevêché d'Urbin. Le fameux tableau des stigmates de saint François aux Capucins d’Urbin, il est gravé par Villamene: sainte Marguerite pour la confrairie du Saint Sacrement: pour l'Eglise de saint François le couronnement de la Vierge, le tableau du maître Autes représente N. S. qui accorde le pardon à saint François d’Allisé ; il l'a gravé lui-même à l'eau forte,

viel

A Cortone dans l'Eglise de Zoccolanti sainte Catherine à FREDERIC

IC genoux recevant la palme de la main des anges. BAROCHE.

A Arezzo le fameux tableau de la miséricorde , où l'on voit un aveugle qui par le moyen d'un fer que l'on tourne jouë de la

A Sinigaglia un Christ mort avec la Vierge sur le devant;
pour la même ville, saint Hyacinte à genoux qui reçoit le
Icapulaire de la main de la Vierge qui tient le Jesus,
Le martyre de saint Vital pour Ravenne.

A Pezaro pour une confraternité un tableau de la circonci: fion; & dans le couvent de saint François la vocation de saint André & de saint Pierre, pareille à celle de l'Escurial, la bienheureuse Micheline à genoux sur le Mont Calvaire,

A Genes au Dôme un crucifix avec plusieurs figures.
A Lorette une annonciation, pareille à celle de l'Escurial.
A Lucques le Noli me tangere.
A Perouse au Dôme une descente de croix avec onze belles
figures.

Au Dôme de Milan une descente de croix, le baptême de faint Augustin par saint Ambroise, faint Martin.

Dans la galerie de l'Archevêché de Milan une Vierge avec le Jesus dans ses bras, une tête de Christ couronnée d'épines,

Dans la Bibliothéque Ambrosianne une nativité & une dercente de croix. . L'embrasement de Troie pour l'Empereur Rodolphe I I. Saint André & saint Pierre appellés à l'apostolat pour le Roy d'Espagne; il est à l’Escurial ainsi que la fameuse annonciation du Baroche.

Le Grand Duc poffède à Florence un Sauveur tenant le monde dans sa main, le portrait du Duc d'Urbin armé, celui du Prince Frédéric d'Urbin, la Vierge alla gatta, avec sainte Anne, saint Jean, saint Joseph qui accompagnent le Jesus assis dans son berceau, un Noli me tangere, où N. S. eft sous la forme d'un jardinier, tous deux gravés par Villamenę & Corneille Cort.

A Dusseldorf chez l’Electeur Palatin on yoit une belle Ma. deleine.

M. le Duc d'Orléans a dans sa riche collection, Enée qui sauve son pere sur ses épaules de l'embrasement de Troie, gravé par Augustin Carraché, deux différentes faintes familles, une tête de saint Pierre, & une fuite en Egypte.

VOICI

[graphic][subsumed]

OICI un peintre extrêmement distingué & par

ses talens naturels, & par les bons éléves qu'il a ANDRE l formés ; il est peut-être aussi difficile de former SACCHI.

un habile homme que de le devenir. Les auteurs

Italiens ne lui ont pas rendu la justice qui lui est duë , ils devoient le célébrer comme un des plus habiles qu'ils ayent eu. André Sacchi autrement André Oche naquit à Rome en 1999, il prit les premiers enseignemens de son pere Benoît Sacchi, & fe perfectionna sous le fameux Albane dont il devint le meilleur éléve. Son maître qui le voyoit spirituel & . adroit à toutes choses, lui donna son estime & une attention particuliére. Le Sacchi profitoit plus de ses leçons dans une heure, que ses camarades dans une journée. L'Albane con.

[graphic]

ANDRE SACCHI.

noissant jusqu'à quel point il porteroit font art, le ménageoit pour le travail, & lui faisoit mille caresses. De petits tableaux faits sous ses yeux furent recherchés des connoisseurs, & lui acquirent tant de réputation qu'il ne pouvoit suffire à leur empressement. Il sembloit que l'esprit du maître eût passé tout entier dans celui du disciple, en même temps que son pinceau frais , son coloris & ses autres talens.

Les palais des grands lui furent ouverts ; il y trouva l'estime & les secours nécessaires à son art : le Cardinal del Monte lui fit peindre son palais, & le Cardinal Barberin le prit chez lui à son service; il l'occupa à représenter au plafond d'une falle l'histoire de la providence Divine : au sentiment même des peintres Romains, Sacchi dans cet ouvrage égala les plus grands maîtres, deux particuliérement lui servoient de boufloles, le Corrége & le Carrache.

Plus grand dessinateur que l’Albane, ses idées étoient élevées, il donnoit beaucoup d'expression à ses figures, un grand goût de draperie y régne avec une simplicité qu'on trouve peu dans les autres tableaux. Sacchi avoit formé son goût d'après tous les grands maîtres , sans ressembler à aucun, & sans jamais changer de maniére ; il aimoit extrêmement son art, & finissoit ses tableaux avec un soin infini.

On auroit de la peine à croire qu'un homme bien fait, gracieux, agréable, aimant la conversation jusqu'à y passer des journées entiéres, se soit fait si peu d'amis. La maniére dont il critiquoit les ouvrages des habiles gens, le peu de commerce qu'il affectoit d'avoir avec ses confréres, ont pu lui attirer leur haine. Il fut contemporain de Pierre de Cortone, & du Bernin , & un peu jaloux de leur gloire : voici ce qui lui arriva avec ce dernier. Le Bernin voulant lui faire voir sa chaire de faint Pierre, avant que de l'exposer aux yeux du public, l'alla prendre dans son carrosse ; il ne put jamais parvenir à le faire habiller; Sacchi sortit en pourpoint, en bonnet & en pantoufles; cet air de mépris ne se termina pas là : il s'arrêta en entrant vers la croisée de l'Eglise de saint Pierre, & dit au Bernin, voilà le principal point de vûë d'où je veux juger de votre ouvrage. Il ne voulut jamais avancer, quelqu'instance que lui fît le Bernin; Sacchi le considéra attentivement, & cria de toute sa force, quelle statue esser dourebbono un bon palmo più grandi. C'est-à-dire, ces figures devroient étro

Romain moderne

plus grandes d'un bon (a) palme , & il sortir de l'Eglise sans dire autre chose. Le Bernin sentit la justesse de la critique, mais

ANDRE il ne jugea pas à propos de refaire l'ouvrage.

SACCHI. Le Sacchi n'étant plus jeune, entreprit le voyage de Ve (a) Le palme nise & de Lombardie où il passa plusieurs années à étudier le est de douze onces Corrége & les autres grands maîtres ; à son retour il voulut qui font 8 pouces approcher la maniére de celle du Corrége il n'étoit plus encomida

de notre pied. temps; il craignoit de ne plus trouver bon le coloris de Ra. phaël, mais ayant revû les salles du Vatican, le miracle de la Messe à Bolsenne lui fit dire je retrouve ici le Titien, le Corrége, & de plus Raphaël.

Personne n'a fait sur la peinture des réflexions plus sensées que le Sacchi ; il méditoit ses tableaux ne voulant rien faire au harzard; toujours ami du vrai, il ne s'en est jamais écarté. Ce caractére le rendoit timide & retenu dans l'ouvrage, l'on peut même dire qu'il n'a pas aussi-bien réüsli dans les grandes compositions que dans les sujets simples. .

André Sacchi n'a point été marié; il eut seulement quelqu'enfant naturel ; il n'a jamais dessiné une seule fois qu'il n'ait consulté la nature, principe qu'il a toujours suivi, aussi fes tableaux ont-ils un a

1x ont-ils un air de vérité & de correction qui séduit le spectateur. Le faint Romualde dans l'Eglise du même nom est un chef-d'æuvre de la main ; l'union, l'accord, le goût du dessein, & la difficulté de dégrader six figures de Camaldules toutes véruës de blanc sont des sujets d'admiration.

La goutte dont il fut attaqué pendant plusieurs années l'empêcha d'exécuter les desseins & les cartons qu'il avoit faits pour la voûte de l'Eglise de faint Louis ; dans le temps qu'il travailloit au tableau du maître Autel de saint Joseph à Capole Caze, où ce saint est réveillé par l'ange, il fut accablé d'une maladie qui l'empêcha de le finir ; il avoit déja peint à fresque dans la même Eglise une sainte Therese au-dessus de la porte. Cette maladie fut longue & il mourut à Rome en 166 1 âgé de soixante & deux ans : son corps fut porté magnifiquement à faint Jean de Latran où l'on voit une belle epitaphe.

Ses plus fameux disciples sont Carlo Maratti, & Luigi Garzi, dont il sera parlé en leurs lieux.

Sacchi a été très correct dans ses desseins dont le trait est fait à la plume fans hachures, soutenu d'un petit lavis : il y

« PrécédentContinuer »