Compiègne, sa forêt, ses alentours: études & souvenirs historiques & archéologiques suivis de documents relatifs à la vie du B. Simon, comte de Crespy et d'Amiens

Couverture
Chez les principaux lib., 1869 - 604 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 68 - CAR tel est notre plaisir. En témoin de quoi Nous avons fait mettre notre scel à cesdites Présentes. DONNÉ à Versailles le neuvième jour du mois d'Août, l'an de grâce mil sept cent soixante dix sept, et de notre Règne le quatrième, Signé : Louis : et plus bas.
Page 74 - Doduy, conseiller ordinaire au conseil » royal, contrôleur général des finances ;
Page 325 - Sismondi, comme la plus glorieuse des entreprises du clergé, celle qui contribua le plus à adoucir les mœurs, à développer les sentiments de commisération entre les hommes, sans nuire à ceux de bravoure, à donner une base raisonnable au point d'honneur, à faire jouir les peuples d'autant de paix et de bonheur qu'en pouvait alors admettre l'état de la société; à multiplier enfin la population de manière à pouvoir bientôt fournir aux prodigieuses émigrations des croisades...
Page 95 - ... faites-vous des trésors dans le ciel, où ni la rouille, ni les vers ne les mangent point, et où il n'ya point de voleurs qui les déterrent et qui les dérobent.
Page 64 - Je ne trouveray pas mauvais qu'ils coupassent les forests pourvu qu'ils en plantassent après quelque partie ; mais, ils ne se soucient aucunement du temps à venir, ne considérant point le grand dommage qu'ils font à leurs enfants, à l'advenir.
Page 226 - Là, seule dans une pièce qui n'avait point d'issue, sans autre livre qu'un Massillon, que je venais de lire à la princesse, légère et gaie comme on l'est à quinze ans, je m'amusais à tourner sur moi-même, avec mon panier de grand habit, et je m'agenouillais tout à coup, pour voir ma jupe de soie rose, que l'air gonflait autour de moi. Pendant ce grave exercice, le roi entre; la princesse le suivait : je veux me lever, mes pieds s'embarrassent, je tombe au milieu de ma robe enflée par le...
Page 120 - Il saisit à ces mots la corde qu'elle traîne, Et marchant lentement, derrière lui l'emmène. Venez, mortels si fiers d'un vain et mince éclat ; Voyez en ce moment ce digne et saint prélat, Que son nom, son génie, et son titre décore, Mais que tant de bonté relève plus encore. Ce qui fait votre orgueil vaut-il un trait si beau ? Le voilà fatigué, de retour au hameau. Hélas ! à la clarté d'une faible lumière, On veille, on pleure encor dans la triste chaumière. Il arrive à la porte...
Page 177 - ... lui laissoit tout le dos découvert; et ce corps , qui étoit échancré sur la gorge beaucoup plus qu'un pourpoint, n'étoit point couvert de ce collet. Cette même chemise...
Page 164 - ... seigneur et frère dernier décédé, que Dieu absolve, et la convocation par nous faicte des prélats et docteurs de nostre royaume pour entendre à nostre instruction par nous tant désirée, et tant de fois interrompue par les artifices de nos ennemis , enfin nous avons, Dieu mercy, conféré avec...
Page 71 - C'est ainsi, dis-je, que cet homme, parmi tous ceux de notre temps , s'illustra le premier par l'exemple d'une glorieuse conversion. CHAPITRE X. MAIS celui qui sut attirer un Saul à son service par les prières d'Etienne le martyr , propagea bientôt cet exemple , avec bien plus de succès et beaucoup plus au loin , par l'intervention d'un homme fort élevé en puissance. En effet, un certain Simon, fils du comte Raoul, a de notre temps illustré la religion par l'éclat admirable d'une conversion...

Informations bibliographiques