Essai sur la marine des anciens, et particulièrement sur leurs vaisseaux de guerre

Couverture
Chez David, 1768 - 297 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 296 - Nous lui avons permis & permettons par ces Préfentes , de faire imprimer ledit Ouvrage autant de fois que bon lui femblera , & de le vendre , faire vendre & débiter par tout notre Royaume , pendant le tems de trois années confécutives > à compter du jour de la date des Préfentes. Faifons défenfes à tous Imprimeurs...
Page 297 - Exemplaires contrefaits , de trois mille livres d'amende contre chacun des Contrevenans , dont un tiers à Nous, un tiers à l'HôtelDieu de Paris, & l'autre tiers audit...
Page 297 - D'AGUESSEAU, Chancelier de France , Commandeur de nos Ordres ; & qu'il en fera enfuite remis deux Exemplaires dans notre Bibliothèque publique , un dans celle de notre Château du Louvre , & un dans celle de notredic très-cher & féal Chevalier le Sieur d'Agucflfeau , Chancelier de France : le tout à peine de nullité des Préfentes.
Page 296 - Confeillers les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , grand Confeil , Prévôt de Paris , Baillifs , Sénéchaux , leurs Lieutenans Civils, & autres nos Jufticiers .qu'il appartiendra, SALUT.
Page 297 - Du contenu defquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit Expofant & fes ayants-caufe , pleinement & paifiblement , fans fouffrir qu'il leur foit fait aucun trouble ou empêchement.
Page 297 - Manufcrit, qui aura fervi de Copie à l'impreffion dudit Ouvrage , fera rem1s dans le même état où l'Approbation y aura été donnée es mains de notre très-cher & féal...
Page 296 - Libraires ,& autres perfonnes de quelque qualité & condition qu'elles foient, d'en introduire d'imprefllon étrangère dans aucun lieu de notre obéiflance : comme aufli d'imprimer ou faire imprimer...
Page 229 - Bretagne , ou celle du hareng fur les côtes de Normandie , » ou celle du thon fur les côtes de Provence ; toute la mer file alors » comme de l'huile; & pour peu qu'on la frappe avec un aviron, » elle paroît toute en feu; ce qui ne vient que de la grande quantité » de ces fortes de poifTons, dont la mer eft alors couverte, & dont » plufieurs meurent , & fe pourrifTent dans l'eau. Les Fontainiers re...
Page 43 - Au-lieu de furfaces planes d'abord mifcs en ufagc, on crdfit des furfaces courbes ; & cela par une fuite naturelle d'expériences , qui fit voir que lesimpulfions des fluides fur les furfaces courbes font bien moindres que fur les furfaces planes de même étendue, & qu'ainfi en donnant à un Bâtiment de Mer des furfaces courbes, il trouve entoutfens plus de facilité à fendre l'eau, que s'il:étoit formé de furfaces planes. Cette première obfervation en amena une autre, qui y étoit néceflairement...
Page x - Vaifleaux de ligne font aujourd'hui la force des nôtres. Mais, comme on veut toujours ajouter, même à ce qui a été trouvé de meilleur, les Trirèmes parurent trop fimples dans la fuite, & on tâcha de fortifier chaque pont ou chaque plancher par des ouvrages nouveaux .Delà vinrent les Quadrirêmes , les Quinquerêmes , les Odirêmes, les Decemrêmes,&c.

Informations bibliographiques