Images de page
PDF
ePub

pleine d'ignorance, de passion, d'in- capable de rétrécir l'esprit des lec-
attention, d'orgueil, d'aigreur : n'est teurs : pleine d'un pédantisme qui
ni travaillée, ni refléchie: est inutile, va à détruire toutes les sciences,
dangereuse, caloinnieuse, contraire 627 et suiv.
à la charité chretienne, même aux Numa. Fit des lois d'épargne sur les
vertus simplement humaines : pleine sacrifices, 399. Ses lois sur le par-
d'injures atroces, pleine de ces em- tage des terres furent rétablies par
portemens que les gens du monde Servius Tullins, 427.
ne se permettent jamais : elle annon- Numidie. Les frères du roi succédaient
ce un méchant caractère : est con- à la couronne, à l'exclusion de ses
traire au bon sens, à la religion ; enfans, 410,

[blocks in formation]

Obéissance. Différence entre celle qui raient fait un commerce bien plus

est due dans les états modérés, et important que celui que l'on y fait
celle qui est due dans les états des aujourd'hui, 307.
potiques , 23. L'honneur met des Oracles. A quoi" Plutarque attribue
bornes à celle qui est due au souve- leur cessation , 363.

rain dans une monarchie, 26. Orange (le prince d'). Sa proscripObligations. Celles que les matelots tion , 505.

passent entre eux dans un navire dui- Orchoméne. A été une des villes les vent-elles être regardées comme nul- plus opulentes de la Grèce : pourles? 425.

quoi , 295. Sous quel autre nom cette Offices. Les maires du palais contri- ville est connue, 296.

buèrent de tout leur pouvoir à les Ordonnance de 1287. C'est à tort qu'on rendre inamovibles : pourquoi , 560. la regarde comme le titre de créaQuand les grands commencèrent à tion des baillis ; elle porte seulement devenir héréditaires , 586.

qu'ils seront pris parmi les laiques, Ofliciers généraux. Pourquoi, dans 491-de 167o. Faute que l'auteur al

les états monarchiques, ils ne sont tribue mal à propos à ceux qui l'ont
attachés à aucun corps de milice. -- rédigée , 502.
Pourqnoi il n'y en a point en titre Ordonnances. Les barons, du temps

dans les états despotiques, 55 et suiv, de saint Louis , n'étaient soumis
Offrandes. Raison physique de la qu'à celles qui s'étaient faites de
maxime religieuse d'Athènes , qui concert avec eux, 474 et suiv.
disait qu'une petite offrande hono- Ordres, Ceux da despote ne peuvent
rait plus les dieux que le sacrifice être ni contredits ni éludes, 23.
d'un bouf, 391. Bornes qu'elles Orgueil, Est la source ordinaire de
doivent avoir : on n'y doit rien ad notre politesse , 26. Source de celui
mettre de ce qui approche du luxe, des courtisans ; ses différens degres,

ibid. Est pernicieux dans une nation, Olim. Ce que c'est que les registres 256. Est toujours accompagné de la que l'on appelle ainsi, 486.

gravité et de la paresse , ibid. Pent Oncles. Sont regardés aux Indes com être utile quand il est joint à d'autres me les pères de leurs neveux: c'est qualités morales : les Romains en ce qui fait que les mariages entre sont une preuve , ibid. beau-frère et belle-scur y sont per- Orient. Il semble que les eunnques y mis, 418.

sont un mal nécessaire , 215 et suiv. Oppienne. Voyez Loi Oppienne. Une des raisons qui a fait que le Or. Plus il y en a dans un état, plus gouvernement populaire y a tou

cet état est pauvre, 321 et suiv. La jours été difficile à établir, est que
loi qui défend, en Espagne, de le climat demande que les hommes
l'employer en superfluités, est absur y ajent un empire absolu sur les
de, 323. Cause de la quantité plus femmes, 221. Principe de la morale
on moins grande de l'or et de l'ar orientale, ibid. et suiv. Les femmes
gent, 328. Dans quel sens il serait

n'y ont pas le gouvernement inté-
uule qu'il y en eùt beaucoup, et rieur de la maison ; ce sont les eu-
dans quel sens il serait utile qu'il y nuques , ibid. Il n'y est point qués-
en eûi peu , ibid. De sa rareté rela - tion d'enfans adultérins , 355.
tive à celle de l'argent, 331,

Orientaur, Absurdité d'un de leurs
Or ( côte d'). Si les Carthaginois supplices, 123. Raisons pbysiques

avaient pénétré jusque-là , ils y au- de l'immutabilité de leur religion ,

sistaient dait pou 466. A1 nie, on ment, Leur

399.

de juo

la justi

rent à

seigne Ce n'e foncti

des so

pen, Pair.

l'hort ciete mer Palad

tion

Pales

ensi

fend

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

737 de leurs moeurs , de leurs manières, mérite, ibid. Fit mille maux à Syet de leurs lois , 194. Tous , excepté racuse, et fut une chose admirable à les Mahometans, croient que toutes Athènes, 496. les religions sont indifférentes en Ostrogoths. Les femmes chez eux sucelles-memes, 404.

cédaient à la couronne, et pouvaient Orléans. Le combat judiciaire y était régner par elles-mêmes, 247. Théo

en usage dans toutes les demandes doric abolit chez eux l'usage du compour dettes, 458.

bat judiciaire, 456. L'auteur promet Orphelins. Comment un état bien po- un ouvrage particulier sur leur molícé pourvoit à leur rent leur subsistance,

subsistance, narchie , 519. 3.6.

Othons. Autorisèrent le combat juOrphitien. Voyez Senatus-consulte. diciaire d'abord dans les affaires criORTE (le vicomte d'). Refuse par m inelles, ensuite dans les affaires honneur d'obéir à son roi , 27.

civiles, 456.
Ostracisme. Prouve la douceur du gou- Ouvriers. On doit chercher à en aug-

vernement populaire qui l'employait. menter , non pas à en diminuer le
421. Pourquoi nous le regardons nombre, 359 et suiv. Laissent plus
comme une peine, tandis qu'il cou de bien à leurs enfans que ceux qui
vrait d'une nouvelle gloire celui qui ne vivent que du produit de leurs
y était condamné, ibid. et suiv. On terres, 375.
cessa de l'employer dès qu'on en Oxus. Pourquoi ce fleuve ne se jette
eut abusé contre un homme sans plus dans la mer Caspienne, 291.

Р

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

Paganisme, Pourquoi il y avait et il sont, à proprement parler , leurs

pouvait y avoir dans cette religion rescrits ; et les rescrits sont une des crimes inexpiables, 384.

mauvaise sorte de législation : pourPaiens. De ce qu'ils élevaient des au quoi , 506. Pourquoi Louis-le-Dé

tels aux vices, s'ensuit-il qu'ils ai bonnaire abandonna leur élection au maient les vices ? 378.

peuple romain, 590. Pairs. Henri VIII se defit de ceux qui Papier. Un impôt sur le papier des

lui déplaisaient par le moyen des tiné à écrire les actes serait plus commissaires , 128. Etaient les vas- commode que celui qui se prend sur saux d'un même seigneur, qui l'as- les diverses clauses des actes, 182. sistaient dans les jugemens qu'il ren- Papiers circulans, Combien il y en a dait pour ou contre chacun d'eux, de sortes : qui sont ceux qu'il est 666. Afin d'éviter le crime de félo- utile à un état de faire circuler, 343 nie, on les appelait de faux juge- et suiv, ment, et non pas le seigneur, ibid. PAPIRIUS. Son crime , qui ne doit pas Leur devoir était de combattre et être confondu avec celui de Plaude juger. 468. Comment rendaient tius , fut utile à la liberté, 172, la justice: 489. Quand commencè- Partage. Quand il a commencé à s'érent à ne plus être assemblés par le tablir en matière de ficfs, 58. seigneur ponr juger , ibid. et suiv. Paragury. Sagesse des lois que les Ce n'est point une loi qui a aboli les jésuites y ont établies, 30. Pourquoi

jésuites vo fonctions de pairs dans les cours les peuples y sont si fort attachés à des seigneurs ; cela s'est fait peu à la religion chrétienne , tandis que peu, 490 et suiv.

les autres sauvages le sont si peu à Paix. Est la première loi naturelle de la leur , 395.

l'homme qui ne serait point en so- Paresse. Celle d'une nation vient de ciété, 3. Est l'effet naturel du com- son orgueil, 256, Dédommage les merce , 275.

peuples des maux que leur fail soufPaladins. Quelle était leur occupa frir le pouvoir arbitraire, 179. tion , 461.

Paresse de l'âme. Sa cause et son effet, Palestine. C'est le seul pays , et ses 385.

environs , où une religion qui dé Parlement. Ne devrait jamais frapper fend l'usage du cochon puisse être ni sur la juridiction des seigneurs, bonne : raisons physiques , 392.. ni sur la juridiction ecclésiastique, Papes. Employèrent les excommuni 13 et suiv. Il en faut dans une mo

cations pour empêcher que le droit narchie , 14. Plus il délibère sur les · romain ne s'accréditât au préjudice ordres du prince, mieux il lui obéit, de leurs canons, 489. Les décrétales 47. A souvent, par sa fermeté, pré

[ocr errors]

Pégu. Comment

reglées, 51. n
pensa étouffer
qu'il n'y avait p

servé le royaume de sa chute , ibid. Patane. Combien la lubricité des i

Son attachement aux lois est la sûc femmes y est grande: causes, 223.

reté du prince dans les mouvemens Patriciens. Comment leurs prérogati-

de la monarchie , ibid. La manière ves influaient sur la tranquillité de

de prononcer des enquêtes, dans le Rome : nécessaires sous les rois :

temps de leur création , n'éiait pas inutiles pendant la république, 143

la même que celle de la grand'cham- et suiv. Dans quelles assemblées du

bre: pourquoi, 458. Ses jugemens peuple ils avaient le plus de pou-

avaient autrefois plus de rapport à voir, 145. Comment ils devinrent

l'ordre politique qu'à l'ordre civil : subordonnés aux plébéicas, 146.

quand et comment il descendit dans Patrie (amour de la). C'est ce que

le détail civil, 486. Rendu séden- l'auteur appelle vertu. En quoi con-

taire, il fut divisé en plusieurs clas- siste : à quel gouvernement est princi-

ses , ibid. A réformé les abus into- palement affecté, 29. Ses effets, 34 ets.

lérables de la juridiction ecclésiasti- Parurages. Les pays où il y en a

que, 487. A mis , par un arrêt, des beaucoup sont peu peuplés, 359.

bornes á la cupidité des ecclésiasti- Paul. Raisonnement absurde de ce

ques, 488. Voyez Corps législatif jurisconsulte, 504.
Paroles. Quand sont crimes et quand Pauvreté. Fait finir les monarchies, 84.
ne le sont pas, 165 et suiv.

Celle d'un petit état , qui ne paie
Parricides, Quelle était leur peine du point de tributs, est-elle une preuve
temps de Henri let, 481,

que, pour rendre un peuple indus-
Partage des biens. Est réglé par les

trieux , il faut le surcharger d'im-

seules lois civiles ou politiques, 409

pôts ? 178. Effets funestes de celle

et suiv.

d'un pays , 199. Celle des peuples

Partage des terres. Quand et com-

peut avoir deux causes : leurs diffé-

ment doit se faire : précautions né-

rens effers, 2-6. C'est une absurdité

cessaires pour en maintenir l'égalité, de dire qu'elle est favorable à la

36 et suiv. Celui que fit Romulus est

propagation , 358. Ne vient pas du

la source de toutes les lois romaines

défaut de propriété, mais du défaut

sur les successions, 426 et suiv. Ce-

de travail, 3.5 et suiv. Sources or

lui qui se fit entre les barbares et les dinaires de la pauvreté des particu-

Romains lors de la conquête des liers : moyens de la soulager et de

Gaules, prouve que les Romains ne la détruire : 10. les hôpitaux, ou

furent point tous mis en servitude, plutôt des secours qui ne soient que

et que ce n'est point dans cette pré passagers, comme la cause du mal

tendue servitude générale qu'il faut qui, dans un temps bien réglé, ne

chercher l'origine des serfs et l'ori doit jamais être perpétuelle ; 2°. l'in-

gine des fiefs, 589. Voyez Terres. terdiction de l'hospitalité chez les

Parthe. L'aflabilité de Mithridate leur moines, et de tous les asiles de la

rendit ce roi insupportable: cause paresse, ibid, et suiv,

de cette bizarrerie, 253. Revolutions Pays de droit écrit. Pourquoi les

que leurs guerres avec les Romains coutumes n'ont pu v prévaloir sur

apportèrent dans le commerce, 314 les lois romaines, 448. Révolutions

et suiv.

que les lois romaines y ont essuyees,

Partie publique. Il ne pouvait y en ibid. et suiv.

avoir dans le temps que les lois des Pays formés par l'industrie des hom-

barbares étaient en vigueur: il ne faut mes. La liberté y convient, 236.

pas prendre les avoués pour ce que Paysans. Lorsqu'ils sont à leur aise,

nous appelons aujourd'hui partie pu- la nature du gonvernement leur est

blique : quand a été établic, 480 ets. indifférente , 234.

Passions. Les pères peuvent plus aisé- Péché originel. L'auteur était-il

ment donner à leurs enfans leurs obligé d'en parler dans son Chapitre

passions que leurs connaissances : premier? 603.

parti que les républiques doivent ti- Péculat, Ce crime est naturel dans les

ier de cette règle, 29. Moins nous états despotiques, 54. La peine dont

pouvons donner carrière à nos pas on le punit à Rome, quand il y pa-

sions particulières, plus nous nous rut, prouve que les lois suivent i

livrons aux générales ; de là, l'atta mours, 265.

chement des moines pour leur ordre, Pédaliens, N'avaient point de pretres,

et etaient barbares , *396.. .

Pasteurs. Mours et lois des peuples Pedanterie. Serait-il bon d'en

pasteurs, 239

duire l'esprit en France ? 255.

34.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

550.

[ocr errors]

739
Pégu. Comment les successions y sont Germains, qui étaient si pauvres,

réglées, 51. n. Un roi de ce pays 532.
pensa étouffer de rire en apprenant Peines fiscales. Pourquoi plus grandes
qu'il n'y avait point de roi à Venise, en Europe qu'en Asie, 183.
253. Les points principaux de la re- Peines pécuniaires. Sont préférables
ligion de ses habitans sont la pra- aux autres, 28. On peut les aggraver
tique des principales vertus morales, par l'infamie, ibid."
et la tolérance de toutes les autres Pélerinage de la Mecque, Gengiskan
religions, 382.

le trouvait absurde : pourquoi , 395.
Peine de mort. Dans quel cas est Penn. Comparé à Lycurgue, 30.
juste, 160.

Pénestes. Peuple vaincu par les Thes-
Peine du talion. Dérive d'une loi an- saliens. Etaient condamnés à exercer
térieure aux lois positives , 2.

l'agriculture, regardée comme une
Peines. Doivent @ire plus ou moins profession servile , 32.

sévères , suivant la nature des gou- Pénitence. Règles puisées dans le bon
vernemens , 69. Augmentent ou di- sens, que l'on doit suivre quand on
minuent dans un état à mesure qu'on impose des pénitences aux autres ou
s'approche ou qu'on s'éloigne de la à soi-même, 384.
liberté, ibid. Tout ce que la loi Pensées. Ne doivent point être punies,
appelle peine dans un état modéré 165.
en est une : exemple singulier , 64. Péonios. La perfidie qu”il fit à son
Comment on doit ménager l'empire père prouve que les offices des com-
qu'elles ont sur les esprits , 71. tes étaient annuels, et qu'il les ren-
Quand elles sont outrées, elles cor daient perpétuels à force d'argent,
rompent le despotisme même, 72 et
suiv. Le sénat de Rome préférait Pepin. Fit rédiger les lois des Frisons,
celles qui sont modérées : exemple, 436. Constitution de ce prince qui
74. Les empereurs romains en pro ordonne de suivre la coutume par-
portionnèrent la rigueur au rang des tout où il n'y a pas de loi ; mais de
coupables, 76. Doivent être dans ne pas préférer la coutume à la loi ,
une juste proportion avec les crimes: 417. Explication de cette constitu-
la liberté dépend de cette propor tion, 448. De son temps, les coutu-
tion, ibid. et suiv., 158 et suiv. C'est mes avaient moins de force que les
un grand mal en France qu'elles ne lois : on préférait cependant les cou-
soient pas proportionnées aux cri tumes; enfin elles prirent entière-
mes, 77. Pourquoi celles que les em ment le dessus, ibid. Comment sa
pereurs romains avaient prononcées maison devint puissante : attache-
contre l'adultère ne furent pas sui ment singulier de la nation pour
vics , go et suiv. Doivent être tirées elle, 559. Se rendit maître de la
de la nature de chaque crime, 158 monarchie en protégeant le clergé ,
et suiv. Quelles doivent être celles 563. Précautions qu'il prit pour faire
des sacrilèges, ibid. - des crimes rentrer les ecclésiastiques dans leurs
qui sont contre les moeurs ou contre biens , 566. Fait oindre et bénir ses
la pureté, 159. - des crimes contre deux fils en même temps que lui :
la police, ibid. - des crimes qui fait obliger les seigneurs à n'élire ja-
troublent la tranquillité des citoyens mais personne d'une autre race. Ces
sans en attaquer la sûreté, ibid. et faits, avec plusieurs autres qui sui-
suiv, - des crimes qui attaquent la vent, prouvent que pendant la se-
sûreté publique, ibid. Quel doit conde race la couronne était électi-
être leur objet, 167. On ne doii pas ve, 572. Partage son royaume entre
en faire subir qui violent la pudeur, ses deux fils: 5.3. La foi et hom-
ibid. On en doit faire usage pour mage a-t-elle commencé à s'établir
arrêter les crimes , et non pour faire de son temps ? 594.
changer les manières d'une nation, Pères. Doivent-ils être punis pour
259. Imposées par les lois romaines leurs enfans ? 29. C'est le comble de
contre les célibataires, 367. Une la fureur despotique que leur dis-
religion qui n'en annoncerait point grâce entraîne celle de leurs enfans
pour l'autre vie n'attacherait pas et de leurs femmes, 197. Sont dans
beaucoup, 394. Celles des lois bar l'obligation naturelle d'élever et de
bares étaient toutes pécuniaires ; ce nourrir leurs enfans; et c'est pour
qui rendait la partie publique inu trouver celui que cette obligation re-
tile, 480 et suiv. Pourquoi il y en garde que le mariage est établi, 353.
avait 'tant de pécuniaires chez les Est-il juste que le mariage de leurs

[ocr errors][merged small][merged small]

Cause de sa corruption, 96. Ne doit
pas, dans un état libre, avoir la puis-
sance legislative : à qui doit la con:
fier, 132. Son attachement pour les P
bons monarques, 193. Jusqu'à quel
point on doit le charger d'impôts,
180 et suiv. Veut qu'on lui fasse il-
lusion dans la levée des impôts :
comment on peut conserver cette il- F
lusion, 182. Est plus heureux sous
un gouvernement barbare que sous
un gouvernement corrompu, 18 F
SON SALUT EST LA PREMIERE LOI,

Peuple d'Athènes. Comment fut di-

Visé par Solon, 9.

enfans dépende de leur consente en surent-ils profiter pour le com-
ment? 356. Il est contre la nature merce ? 297. Préjugé singulier qui
qu'un père puisse obliger sa fille à les a toujours empechés de faire le
répudier son mari, surtout lorsqu'il commerce des Indes, ibid. Pour-
a consenti au mariage, 400. Dans quoi ne profitèrent pas de la con-
quels cas sont antorisés par le droit quête de l'Egypte pour leur com-
naturel à exiger de leurs enfans qu'ils merce, 299. Avaient des dogmes
les nourrissent, 408. Sont-ils obligés, faux, mais très-utiles , 389. Pour-
par le droit naturel, de donner å quoi avaient consacré certaines fa-
leurs enfans un métier pour gagner milles au sacerdoce , 397. Epousaient
leur vie ? ibid. La loi naturelle leur leur mère, en conséquence du pré-
ordonne de nourrir leurs enfans, cepte de Zoroastre , 417.
mais non pas de les faire héritiers, Personnes. Dans quelle proportion doi-
409 et suiv. Pourquoi ne peuvent vent être taxées, 180.
pas épouser leurs filles, 416. Pou- Peste. L'Egypte en est le siége prin-
vaient à Rome vendre leurs enfans, cipal : sages précautions prises en
De là la faculté sans bornes que les Europe pour en empêcher la commu-
Romains avaient de tester, 427. La nication, 198. Pourquoi les Turcs
force du naturel leur faisait souffrir à prennent si peu de précautions con-
Rome d'être confondus dans la si- tre cette maladie , ibid.
xième classe , pour éluder la loi Vo- Petits-enfans. Succédaient, dans l'an-
conienne en faveur de leurs enfans, cienne Rome, à l'aïeul paternel, et
431.

non à l'aïeul maternel : raison de

Pere de famille. Pourquoi ne pouvait cette disposition, 427.

pas permettre à son fils, qui était en Peuple. Quand il est souverain, com-

sa puissance, de tester , 429.

ment peut user de sa souveraineté, 7.

Pères de l'Eglise. Le zèle avec lequel Ce qu'il doit faire par lui-meme

ils ont combattu les lois Juliennes quand il est souverain; ce qu'il doit

est pieux, mais mal entendu , 366. faire par ses ministres, ibid. Doit,

Périéciens. Peuple vaincu par les Cré quand il a la souveraineté, nommer

tois. Etaient condamnés à exercer ses loinistres et son sénat , ibid. Son

l'agriculture, regardée comme une discernement dans le choix des gé-

profession servile, 32.

néraux et des magistrats, ibid. Quand

Perse. Les ordres du roi y sont irré il est souverain , par qui doit être

vocables, 23. Comment le prince s'y conduit, 8. Son incapacité dans la

assure la couronne, 52. Bonne cou- conduite de certaines affaires , ibid.

tume de cet état, qui permet à qui De quelle importance il est que, dans

veut de sortir du royaume , 177. Les les états populaires , la division que

peuples y sont heureux, parce que l'on en fait par classes soit bien faite,

les tributs y sont en régie, 378. La ibid. Ses suffrages doivent être pu-

polygamie, du temps de Justinien , blics, 10. Son caractère , ibid. Doit

n'y empêchait pas les adultères, 220. faire les lois dans une démocratie ,

Les femmes n'y sont pas même char- ibid. Quel est son état dans l'aris-

gées du soin de leurs habillemens, tocratie , u. Il est utile que, dans

224. La religion des Guèbres a ren- une aristocratie, il ait quelque in-

du ce royaume florissant ; celle de fluence dans le gouvernement , ibid.
Mahomet le détruit : pourquoi, 383. Il est difficile que dans une monar-
C'est le seul pays où la religion des chie il soit ce que l'auteur appelle
Guebres peut convenir, 397. Le

vertueux : pourquoi , 21. Comment,

roi y est chef de la religion : l'Al dans les états despotiques, il est à

coran borne son pouvoir spirituel, l'abri des ravages des ministres , 23.

400. Il est aisé, en suivant la méthoa

Ce qui fait sa sûreté dans les états

de de M. l'abbé Dubos, de prou despotiques, ibid. La cruauté de

ver qu'elle ne fut point conquise par souverain le soulage quelquefois,

Alexandre, mais qu'il y fut appelé ibid. Pourquoi on méprise sa frana

par les peuples, 544.

chise dans une monarchie , 25. Tient

Perses. Leur empire était despotique,

long-temps aux bonnes maximes qu'il

et les anciens les prenaient pour une a une fois embrassées, 34. Pent-il,

monarchie, 140. Coutume excellente dans une république, être juge des

chez eux pour encourager l'agricul- crimes de lèse-majesté ? 65. Les jos

ture, 196, Comment vinrent à bout doivent mettre un frein à la cupiante

de rendre leur pays fertile et agréa- qui le guiderait dans les jugene

ble, 23. Etendue de leur empire : des crimes de lèse-majeste,

river de deux
rens effets cut causes qui ?

es qui ont diffé.

PHÈDRE. Eloge de la Phèdre de Ra-

cine : elle exprime les véritables ac-
cens de la nature, 408.
Phéniciens. Nature et étendue de leur
commerce, 292. Réussirent à faire le
tour de l'Afrique, 303. Ptolomée
regardait ce voyage comme fabuleux,

[ocr errors]

primele nedre de

305.

Philippe de Macédoine, blessé au siége

d'une ville, 1744. Comment profita
d'une loi de la Grèce, qui était juste

mais imprudente, 282.

Philippe III , dit Auguste. Ses Etaa

blissemens sont une des sources des

coutumes de France, 492.

PILIPPE IV, dit le Bel. Quelle auto-

rité il donna aux lois de Justinien,

488.

Philippe VI, dit de Valois. Abolit

l'usage d'ajourner les seigneurs sur

« PrécédentContinuer »