Images de page
PDF
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

BIOGRAPHIE GÉNÉRALE

DEPUIS

LES TEMPS LES PLUS RECULÉS

JUSQU'A NOS JOURS,

[blocks in formation]

© PARIS,
FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET CH, ÉDITEURS,

IMPRIMEURS-LIBRAIRES DE L'INSTITUT DE FRANCE,

[ocr errors]
[ocr errors]

Les éditeurs se réservent le droit de traduction et de reproduction à l'étranger.

KF 172 476277
KF29071( 27 )AnvarD COLLEGE LIBRARY

[merged small][ocr errors]

BIOGRAPHIE

GÉNÉRALE

DEPUIS LES TEMPS LES PLUS RECULÉS JUSQU'A NOS JOURS.

i

JOSÉPIN ( Giuseppe CESARI, dit le chevalier, de talent, comme il le fit dans l'Ascension de D'ARPIN OU LE), peintre de l'école romaine, naquit | Saint-Jean de Latran, la Gloire de la Vierge à Arpino, petite ville du royaume de Naples, en de Saint-Chrysogone, et surtout dans ses deux 1560 selon les ups, en 1568 selon d'autres, et fresques du Capitole, la Naissance de Romulus mourut à Rome en 1640. Cet artiste tient parmi et la Bataille de Tullus Hostilius contre les les peintres le rang que le chevalier Marini occupe Véiens, compositions qui sont regardées comme parmi les poëtes; doués l'un et l'autre d'une ses chefs-d'æuvre. Dans d'autres ouvrages, au imagination vive et d'un désir insatiable de re contraire, et malheureusement en plus grand nommée, ils trouvèrent tout chemio bon dès | nombre, il abuse de sa facilité jusqu'à la négliqu'il conduisait à leur but; sacrifiant sans me- / gence. Ce fut surtout dans sa vieillesse qu'il se sure au goût déjà dépravé de leur époque, né laissa ainsi entraîner. On peut comparer ces gligeant le vrai pour le brillant, ils contribuèrent deux manières en voyant au Capitole, dans la également à la décadence de la poésie et de la même salle, les deux peintures que nous avons peinture italiennes. Après avoir eu pour premier citées et quatre autres sujets exécutés quarante maitre son père, pauvre peintre d'ex-voto, le ans plus tard, Romulus traçant l'enceinte de futur chevalier vint à Rome à l'âge de treize ans, Rome, l'Enlèvement des Sabines, le Combat et, grâce aux grandes dispositions qu'il montrait, des Horaces, et Numa confiant aux Vestales grâce surtout à la protection de Dante, il obtint la garde du feu sacré. du pape Grégoire XIII une petite pension de dixy Venu en France en 1600, avec le cardinal Aléeus par mois, qui lui permit de se livrer à l'é dobrandini, à l'occasion du mariage de Marie de tude de son art saps préoccupation de la vie ma Médicis avec Henri IV, il fut nommé par ce prince térielle. Il devint l'élève et bientôt l'émule du chevalier de l'ordre de Saint-Michel. A son reRoncalli; la réputation ne se fit pas attendre, et tour, Clément VIII lui conféra l'ordre du Christ. presque dès son début il fut regardé comme le Dès lors l'orgueil du chevalier d'Arpin ne premier peintre de Rome. Quelques peintures, connut plus de bornes. Ayant insulté le Caraexécutées en compagnie de Giacomo Rocca, vage, il refusa de se battre avec lui, parce qu'il élève de Daniele de Volterre, furent la première n'était pas chevalier ; mais aussi, ayant provopreuve de talent qu'il offrit au public. Les con qué Annibal Carrache, qui s'était permis de ne naisseurs mêmes furent surpris de l'extrême pas l'admirer, il fut refusé à son tour. « Mon facilité et de la richesse d'invention qu'avait dé arme, dit le grand maitre bolonais, est le pinployées le jeune artiste , et ces qualités brillantes ceau, et non pas l'épée; c'est à cette arme que ne permirent pas de remarquer les incorrections je le défie. » Chargé d'honneurs, comblé de ride dessin , la fausseté de mouvement des drape chesses par dix papes, qui tous l'avaient protégé, Pies, le manque de justesse des ombres et des le Josépin mourut octogénaire, et fut enterré en lumières, qui n'étaient que trop nombreux dans grande pompe dans l'église de Saint-Jean de Laces ouvrages. Né véritablement peintre, il co tran. Nous ne passerons pas en revue les innom. loriait habilement ses fresques; ses compositions brables ouvrages qu'il exécuta pendant sa longue étaient riches, ses figures avaient de l'âme et carrière; nous nous contenterons d'indiquer les du charme. Lorsqu'il voulait s'en donner la principaux : Rome, au palais Chigi, La Charité ; peine, il s'élevait parfois à une grande hauteur ! - au palais Sciarra, un Ecce Homo; – au

NOUV. BIOGR. GÉNÉR. – T. XXVI.

« PrécédentContinuer »