Mémoires pour servir à l'histoire de la philosophie au xviiie siècle, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 185 - La raison est à l'égard du philosophe ce que la grâce est à l'égard du chrétien. La grâce détermine le chrétien à agir; la raison détermine le philosophe.
Page 162 - Il était du nombre de ces philosophes obscurs dont Paris est plein, qui jugent sainement de tout, qui vivent entre eux dans la paix et dans la communication de la raison, ignorés des grands, et très-redoutes de ces charlatans en tout genre qui veulent dominer sur les esprits. La foule de ces hommes sages est une suite de l'esprit du siècle.
Page 58 - Maupertuis n'a pas les ressorts bien liants : il prend mes dimensions durement avec son quart de cercle. On dit qu'il entre un peu d'envie dans ses problèmes . Il ya ici, en récompense, un homme trop gai; c'est La Métrie.
Page 68 - Si vous continuez à m'attaquer par des personnalités, je vous déclare qu'au lieu de vous répondre par des écrits , ma santé est assez bonne pour vous trouver partout où vous serez et pour tirer de vous la vengeance la plus complète.
Page 184 - Il n'ya rien qui coûte moins à acquérir aujourd'hui que le nom de philosophe ; une vie obscure et retirée, quelques dehors de sagesse avec un peu de lecture, suffisent pour attirer ce nom à des personnes qui s'en honorent sans le mériter.
Page 4 - Ce globe mal connu, qu'il a su mesurer, Devient un monument où sa gloire se fonde; Son sort est de fixer la figure du monde, De lui plaire, et de l'éclairer.
Page 246 - Chaque nation a eu le sort qu'elle devait avoir ; et quoique chaque état meure, chaque état peut et doit aspirer à l'immortalité. Ainsi que Phocion l'enseigne à Aristias, accoutumezvous à voir, dans la prospérité des peuples, la récompense que l'auteur de la nature a attachée à la pratique de la vertu; voyez dans leurs adversités, le châtiment dont il punit leurs vices.
Page 182 - Ceux qui savent que Dumarsais a été un des athées les plus fermes et les plus hardis, qu'il y ait jamais eu, seront sans doute étonnés de le voir consacrer ici deux dogmes de la religion chrétienne...
Page 113 - Essai de philosophie morale, que « ce -qu'il faut faire dans cette vie pour y trouver le plus grand bonheur, dont notre nature est capable, est sans doute cela même qui doit nous conduire au bonheur éternel.
Page 189 - La société civile est, pour ainsi dire, la seule divinité qu'il reconnaisse sur la terre; il l'encense, il l'honore par la probité, par une attention exacte à ses devoirs et par un désir sincère de n'en être pas un membre inutile ou embarrassant.

Informations bibliographiques