France. Ministère de l'instruction publique et des beaux-arts. Archives des missions scientifiques et littéraires: choix de rapports et instructions, Volume 5

Couverture
Leroux, 1856
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 651 - Samothrace et Thasos, en relever les antiquités, en suivre l'histoire depuis les temps anciens jusqu'à nos jours, recueillir les vestiges des exploitations métallurgiques qui y ont eu lieu, et décrire l'état actuel de ces îles.
Page 435 - ... détruisant tout pouvoir qui peut mettre un obstacle au sien, se gardera bien d'avertir ses sujets qu'il les a rendus esclaves de sa seule volonté, car cette idée effrayante les fait discuter sur l'injustice d'une autorité si grande, et leur fait examiner sur quel droit on se l'attribue. M. le chancelier, depuis six mois, a fait apprendre l'histoire de France à des gens qui seraient peut-être morts sans l'avoir sue.
Page 200 - Genèse, est sémitique, ainsi que tous mes devanciers, sans exception, l'ont reconnu. Le peuple qui peut, ajuste titre, réclamer la désignation d'une des grandes nations de l'humanité , parlait une langue étroitement liée à l'hébreu et à l'araméen , plus éloignée déjà de l'arabe et de l'éthiopien, mais complètement indépendante des idiomes mentionnés. Déjà nous entrevoyons les principaux éléments de son organisme, déjà nous pouvons établir certaines lois phonétiques qui...
Page 198 - ... voulaient en conserver le monopole, et rendre le plus épineuse possible la connaissance des lettres. Cette opinion me paraît d'autant plus acceptable, que les peuples qui n'étaient pas soumis à une classe de prêtres, comme les Susiens, se sont servis du même système d'écriture syllabique , sans adopter les nombreux monogrammes de l'écriture de Ninive et de Babylone. Les inscriptions de Suzes sont, de toutes les inscriptions cunéiformes, les plus faciles à transcrire en lettres européennes,...
Page 190 - Évidemment il devait être un peuple antique et puissant ; et quoique son empire se fût écroulé du temps des Achéménides, sa langue devait avoir pris de telles racines, dans quelques contrées, que la faveur qu'on lui accordait fût nécessaire. Je crois le reconnaître dans une de ces nations que le père de l'histoire et les autres historiens antiques nomment Scythes. Je sais quelle objection j'aurai à écarter ; on me dira, et avec raison, que ce nom n'est qu'un nom vague qui ne comprend...
Page 183 - Pour déchiffrer une seule brique de cette ville, on avait à faire un second travail , qui consistait dans l'identification des formes archaïques du style de Babylone avec les caractères également babyloniens, mais plus modernes, de Bisoutoun. M. Grotefend, avec cette sagacité féconde qui a illustré son nom, a reconnu qu'un fragment d'un cylindre en terre cuite de Babylone, et publié par Ker Porter, ne contenait autre chose qu'une transcription en...
Page 186 - T^, qu'on rendait par ë (bien qu'en réalité cela soit un i aspiré) , précédé du déterminatif pour Dieu , signifiait le ciel et se prononçait sami. Donc on ne pouvait plus douter qu'une grande partie de l'écriture assyrienne ne fût un système idéographique. On a pris ces caractères pour des signes ou des abréviations, mais à tort. Ces signes provenaient de certaines images; ainsi la lettre dieu n'est autre qu'une étoile, l'idée roi est représentée par une abeille, le mot pour porte,...
Page 179 - Ourmit ont donné des oreilles pour entendre, et ouvert les yeux pour voir, ce qui est la base du gouvernement. Ils ont révélé aux rois, mes prédécesseurs, cette écriture cunéiforme. La manifestation du dieu Nebo....
Page 200 - Une langue, peut-être indo -germanique, s'en servait, comme nous le savons: c'est l'idiome des inscriptions arméniennes. Mais l'immense majorité des monuments est due au burin des Assyriens et des Babyloniens ; ce sont eux qui, avant tous les autres, sont dignes de notre examen. Cette langue, conformément à la table généalogique de la Genèse, est sémitique, ainsi que tous mes devanciers, sans exception, l'ont reconnu. Le peuple qui peut...
Page 185 - ... examinant la traduction assyrienne des courtes inscriptions de Persépolis qui avaient mis le savant de Hanovre sur la voie du déchiffrement, celui-ci s'aperçut que quelques signes n'exprimaient pas de lettres, mais des idées. Les notions de Dieu, père, fils, roi, pays, langue, homme, maison, porte, étaient rendues par de simples signes; et, sans pouvoir donner des sons à ces idées, M.

Informations bibliographiques