Variétés littéraires: ou Recueil de pièces tant originales que traduites, concernant la philosophie, la littérature et les arts

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 372 - ... qui croyent qu'on achete le don de fentir les arts , & qui glacent le génie , en prétendant régler fon effor. Handel conferva fa liberté , dans un état où d'autres fe feroient enorgueillis de la dépendance. Il fut généreux même dans la pauvreté , & il n'oublia pas fes anciens amis , quand il fut dans l'opulence.
Page 16 - Cfe fonores, ont dû faire fentir tout d'un coup à l'oreille, à qui feule il apartient de juger de la perfection extérieure du langage , tous les rapports , toute l'harmonie , en un mot, tout l'effet dont elles étoient fufceptibles. Je n'entrerai point ici dans le détail des mutations & des viciffitudes que fubit la Langue Latine en fe répandant dans les Gaules -, où elle perdit comme en Italie & en Efpagne tous fes rapports , foit harmoniques...
Page 7 - L'édifice de la Langue tomba , & entraîna dans fa chûte ck les Sciences & les Lettres & les Arts & les mœurs & les Loix dont elle étoit dépofitaire. Forcés de recourir à fes ruines...
Page 9 - Mais l'Italien n'avoit encore fait parler que fes befoins ck fes paffions : un homme s'éleva qui entreprit d'ennoblir & de fixer le langage de fa Patrie. Le Dante écrivit ce Poëme célèbre , dont les endroits fublimes n'ont été égalés par aucun...
Page 209 - ... ne sont tempérées ni par l'éducation ni par les lois et doivent conserver toute leur impétuosité, toute leur énergie ; des hommes dont l'esprit, n'ayant que peu d'idées abstraites et point de termes pour les rendre...
Page 8 - De -là l'indigence, la foibleflfe , l'imperfedion , en un mot , l'air de délabrement & de ruine que nous fommes forcés de déplorer encore dans les Langues qui fe font formées de la Latine. Des trois Idiomes ( i ) dont elle fut la fource commune , l'Italien arriva le plutôt à la perfection dont il étoit fufceptible.
Page 3 - Langue Françoife ? Ce que la Latine obtint des conquêtes de ce Peuple immortel , qui moins jaloux de fubjuguer les hommes que de commander à l'efprit humain , mit fes Loix dans le cœur & fon langage dans dans la bouche de toutes les Nations de la Terre, la Langue Françoife ne l'a- 1- elle pas obtenu du confentement univerfel de l'Europe? C'eft ainfi qu'avant même qu...
Page 224 - ... en général, qu'un peuple dont la langue est pauvre , et qui n'a fait aucun progrès dans les arts, doit faire un emploi fréquent des figures et des métaphores • et...
Page 20 - Après tout , ces tems n'étoient plus , où la poéfie diftoit les loix , régloit les mœurs & faifoit détefter les tyrans ; elle avoit perdu le droit de faire defcendre les dieux fur la terre , & de leur égaler les hommes. L'éloquence , autrefois...
Page 286 - Oscur , soulage - moi , mon ami , avec ton épée. O fils de Morni ! mon épée ne sera jamais teinte du sang de Dermid. Qui donc est digne de verser mon sang...

Informations bibliographiques