Images de page
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

» L'établissement du Havre est 9". 2o".Ainsi il sera pleine » Mer dans ce Port le 2 1 Août 1754 à 1 1 ". 6". & non » pas à 1 1 ".44". comme nous le trouvions. 3. » Nous nous étions proposé un autre exemple pour » le 16 Janvier 1753 à Brest. Il y aura 12 jours écoulés » depuis la nouvelle Lune; mais comme cet intervalle » est fort grand, je cherche la distance du jour proposé à » la pleine Lune suivante. Nous nous faisons une loi de » comparer toujours à la syzygie, ou à la quadrature de la » Lune la plus voisine, le jour proposé. La pleine Mer » doit arriver avant l'heure de l'établissement, puisque le » jour dont il s'agit précéde la pleine Lune : ainsi nous ne » devons pas trouver la quantité du retardement des ma» rées, mais la quantité † leur anticipation. S'il est ques» tion de la pleine Mer du soir, on remarquera qu'il s'en » manque environ trois heures qu'elle ne précéde de trois » jours la pleine Lune. La petite Table, pour trois jours, -» donneroit 2 ". 4 m. pour l'anticipation des marées, ou » pour la quantité dont elles doivent arriver plutôt qu'à » la nouvelle ou pleine Lune; & elle donneroit 1 heure » 39 min. pour deux jours & demi. On pourra prendre 1 » heure 58 min. & si on les retranche de 3 heures 3o min. » établissement de Brest, il viendra 1 heure 32 min. pour » le tems de la pleine Mer dans ce Port le 16 Janvier » 1753. Il ne faut pas que nous ajoûtions, mais que nous » retranchions 1 heure 58 min. puisque cette différence » que nous fournit la Table est une anticipation , & non » pas un retardement. - 4. » Au surplus on ne doit pas croire que ce nouveau » calcul s'accorde toujours parfaitement avec l'observa» tion. Les vents , selon leurs différentes directions, peu» vent altérer considérablemênt le mouvement des Ma» rées. Cependant si l'on excepte quelques cas très-rares, » la différence n'ira jamais guère qu'à un quart- d'heure ; » au lieu qu'on peut souvent tomber dans une erreur de » Plus d'une heure par le calcul ordinaire. Nous devons ajoûter que la petite Table que nous donnons, n'est pas « absolument réguliére ;il faudroit dans la rigueur en em- « ployer plusieurs, à cause du peu de conformité qu'il y a « d'une lunaison à l'autre dans les mouvemens de la Lune « par rapport au Soleil. Au lieu de nous proposer une « précision qu'on n'obtiendroit que très - difficilement, « nous croyons pouvoir nous servir toujours de la même « Table, en évitant attentivement , comme nous venons « de le faire pour l'exemple du 16 Janvier 1753, de pren- « dre un terme de comparaison trop éloigné. Si l'intervalle « estde plus de 4 ou 5 jours pour aller à la nouvelle ou pleine « Lune précédente ou suivante , on regardera combien on « est éloigné de la quadrature, & on se servira de la qua- « triéme colomne de la petite Table. «

Trouver l'Etablissement d'un Port.

5. On aura recours à la même Table pour trouver l'é- « tablissement d'un Port, lorsqu'on y aura observé l'heure « de la Marée un certain jour. LaTable marquera la quan- « tité du retardement ou de l'anticipation pour le jour de « l'observation, & elle la donnera toujours par rapport à « l'heure de l'établissement.Ainsi il n'y aura qu'à ôter le « retardement, ou ajoûter l'anticipation à l'heure qu'on « aura observée, & on aura l'heure de la pleine Mer pour « le jour de la nouvelle & pleine Lune. « 6. On observe, par exemple, la pleine Mer à 1o heu- « res 2o min. dans un certain Port un demi - jour avant la « nouvelle Lune. Nous consultons la petite Table qui « nous apprend qu'un demi-jour donne 18 min. d'anticipa-« tion, ou que la pleine Mer doit arriver 18 min. plutôt « à cause du demi-jour. On aura donc 1o heures 38 min. « pour l'établissement. « 7. Supposons pour second exemple, que deux jours & « un quart avant une des quadratures, on observe qu'il est « pleine Mer dans un Port à 5 heures 4o min. On trouve- «

[ocr errors]

I I. Ayant observé la hauteur de la Marée dans

un Port à une nouvelle ou pleine Lune , calculer la hauteur que doit avoir la Marée aux autres conjonctions ou oppositions, &G aux quadratures.

8. » Nous pouvons prévoir aussi quelle sera la hauteur » de la Marée dans un Port, lorsque nous en aurons déja » observé une. Le flux & reflux deviennent plus ou moins » grands, lorsque le Soleil & la Lune changent de dis» tance par rapport à la Terre. Si ces deux Planétes sont » plus éloignées de nous, elles agiront moins sur la Mer, » & leur effet souffrira une diminution qui ne sera pas sim» plement moindre dans le même rapport qu'elles seront » à une plus grande distance de la † mais environ » trois fois davantage. D'un autre côté la Lune , comme » nous l'avons déja dit , contribue beaucoup plus que le . » Soleil aux mouvemens du flux & reflux, elle y a envi» ron 3# fois plus de part ; elle en produit environ les sept » neuviémes, † qu'il faut attribuer les deux autres » neuviémes à l'action du Soleil. C'est ce qu'on a décou» vert, en comparant les Marées des nouvelles & pleines » Lunes , qui sont causées par l'action réunie des deux » Planétes, avec les Marées des quadratures qui répon» dent à l'excès d'une action sur l'autre. On s'est mis en » état, par ces observations, de calculer pour la suite la » hauteur de toutes les Marées dans les différens Ports ; » mais nous nous bornerons ici aux seules grandes Marées

[ocr errors]

qui suivent les nouvelles ou pleines Lunes , & aux plus «
petites qui suivent les quadratures. «
9. Au lieu de fonder notre calcul sur les distances du «
Soleil & de la Lune à la Terre, nous employerons les «
diamétres apparens de ces Planétes. Lorsqu'elles s'appro- «
chent de nous , leur diamétre apparent augmente ; ce «
qui est plus propre à exprimer l'augmentation que re- «
çoivent aussi les Marées. Nous avons donné à la fin du «
Livre précédent No. 133 , une petite Table qui nous in- «
dique ces diamétres; nous les réduirons en secondes, «
& pour exprimer d'une maniére générale l'effet des deux «
Planétes § le flux & reflux, nous ajoûterons le dou- «
ble & un tiers du diamétre apparent de la Lune, avec «
les deux tiers du diamétre du Soleil. Il y auroit une pe- «
tite réduction à faire à ce dernier diamétre, pour se con «
former rigoureusement aux suppositions que nous em- «
brassons, parce que les diamétres moyens du Soleil & «
de la Lune ne sont pas égaux ; mais nous pouvons né- «
gliger ici cette différence, d'autant plus qu'il y a lieu de «
croire que l'action de la Lune n'est pas tout-à-fait trois «
fois & demie plus forte que celle du Soleil. En ajoû- «
tant ces produits des diamétres, nous aurons une somme, «
& elle aura un rapport constant avec la grandeur des «
Marées dans chaque Port, pourvû que les autres circon- «
stances soient les mêmes. «
I o. La déclinaison des deux Planétes influe aussi sur «
le flux & reflux ; mais il est beaucoup moins facile de «
marquer la loi que suit ce dernier changement qui ne «
doit pas être le même pour tous les endroits de la Mer. «
La diminution en § produit dans ces Pays-ci «
le même effet que l'augmentation des diamétres appa- «
rens des deux Planétes; les Marées deviennent plus gran- «
des, lorsque la Lune s'approche de l'Equateur. Ainsi on «
doit introduire dans la somme dont nous venons de «
parler, une certaine partie de la déclinaison, à laquelle «

nous n'aurions point d'égard si nous étions dans la Zone « Gg

« PrécédentContinuer »