Images de page
PDF

chaque Pole : il restera 43 ". 3 ". pour la largeur de cha- Figure 37,

[ocr errors]

De la Latitude &G de la Longitude ; &G des changemens qu'elles reçoivent, lorsqu'on passe d'un lieu à un autre.

(Voyez les Figures 37 & 38.)

I 3. Il est facile de concevoir qu'un Observateur ne peut pas faire un pas sur la surface de la Terre, sans qu'il apperçoive quelque différence dans l'apparence du Ciel. C'est ce vient de la rondeur de la Terre , & de ce que chacun e ses points jouit, pour ainsi dire, d'un Ciel différent. On nomme Latitude d'un lieu, sa distance à l'Equateur ter· restre, ou la quantité dont il est avancé dans la partie du Nord, ou dans la partie du Sud. Cette distance se mesure sur la surface du Globe par le plus court chemin, & par conséquent sur le Méridien qui passe par le lieu, & qui est toujours perpendiculaire à l'Équateur. Si le lieu est sur l'Equateur, il n'a point de latitude ; & si au contraire on pouvoit aller jusqu'au Pole, on en auroit 9o degrez & la plus grande de toutes les latitudes. Tous les lieux qui sont sur un même Parallele, ont exactement la même, parce qu'ils sont également éloignés de l'Equateur. On distingue les Latitudes en Septentrionale & en Méridionale,ou en Nord & Sud, selon que le lieu dont il s'agit, est dans la partie du Nord ou dans la partie du Sud, dans un Hémisphère ou dans l'autre. 14. Nous avons des moyens pour déterminer notre changement de Latitude en Mer, qui sont d'une application tout-à-fait simple. Nous nommons Zénith le point le plus haut du Ciel, ou le point qui répond exactement sur notre tête, & Nadir le point qui est à l'opposite sous nos pieds. Mais pour peu que nous marchions, o, deux points l 1J

[ocr errors]

changent de place de même que notre Horison. Si nous
avançons vers le Nord, notre Horison s'abaisse du même
côté, & s'éléve de l'autre. Le point le plus haut du Ciel
ou notre Zénith, avance en même tems vers les Etoiles qui
sont voisines du Pole arctique, & s'éloigne du Soleil & §
Etoiles qui sont proche de l'Equateur. Si nous faisions tout
le tour de la Terre ou ses 36o degrez, notre Zénith par-
courroit aussi toute la circonférence du Ciel ou ses 36o de-
grez. Ainsi nous pouvons juger en Mer de notre progrès
vers l'Equateur ou vers le Pole , ou de notre changement
en latitude, par le changement de situations que reçoivent
les Astres à l'égard de notre Zénith. Il nous suffit, pour re-
marquer ce changement , de faire des opérations sembla-
bles à celles que nous avons décrites dans le Livre pre-
mier N° 94 & suiv. ou de nous servir d'instrumens équiva-
lens à celui que nous avons représenté dans la Fig. 3 , mais
qui soient moins imparfaits.
i 5. Nous venons de dire que le Ciel change d'apparen-
ce pour nous, aussi-tôt que nous changeons de place. Dans
la Figure 38 le grand cercle HZ O Q représente le Ciel; &
le petit qui est au-dedans, tient lieu de la Terre. Les deux.
Poles du Monde ou du Ciel sont marqués par les points N
& S, qui sont à l'opposite l'un de l'autre. La ligne E Q re-
présente l'Equateur du Ciel, & BC est l'Equateur de la
Terre. La distance A B est donc la latitude de l'Observa-.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

I 8. Pendant que l'observation de la Latitude nous faie connoître la quantité dont nous sommes avancés vers le Nord ou vers le Sud par rapport à l'Equateur, la Longitude détermine notre situation plus ou moins avancée vers l'Orient ou vers l'Occident. Chaque Nation a ordinairement choisi un Méridien qu'elle regarde comme le premier; elle y rapporte tous les autres ; & on nomme Longitude , la distance où l'on est de ce Méridien, en mesurant cette distance sur l'Equateur, ou sur la circonférence de quelque Parallele. Nous nous conformons à une Ordonnance de Louis XIII , & nous faisons passer notre premier Méridien par l'Isle-de-fer qui est la plus occidentale des Canaries. Nous l'avons marqué par NA S dans la Figure 37 , & nous avons

observé la même loi dans nos Cartes. On s'en écarte néan

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »