Homo-ghetto: Gays et lesbiennes dans les cités : les clandestins de la République

Couverture
Cherche Midi, 16 mai 2012 - 118 pages
2 Avis

Être homo en banlieue.


Ils s'appellent Nadir, Sébastien, Dialo, Nadia... Ils sont blacks, blancs ou beurs. Certains rasent les murs, le regard fuyant. D'autres se la jouent viril et vont même jusqu'à casser du pédé à l'occasion. Mais tous ont en commun le mensonge et la schizophrénie liés à leur double vie et à la peur d'être démasqués.
Ce sont les homos des cités.

Pour obtenir leurs témoignages, il a fallu deux années d'enquête à Franck Chaumont. Deux ans de rendez-vous manqués, de téléphone raccroché au nez, d'attentes vaines dans des bars ou des gares... Car, en parlant, ils risquaient tout. Leur honneur, bien sûr. Mais aussi leur vie.

Si certains ont osé, c'est dans l'espoir que nous sachions... Que les politiques, les citoyens, les notabilités homosexuelles dans les centres-villes sachent qu'à deux ou trois stations de RER, la République française a abandonné certains de ses enfants : être un garçon ou une fille homo dans les cités de France est un crime passible des pires châtiments.

Les gays et lesbiennes des cités ghettos de France sont aujourd'hui les clandestins de notre République !

Au-delà du cri de détresse d'une population souvent exclue, victime du chômage et des discriminations, ce livre dresse un portrait terrifiant de nos banlieues gangrenées par la misère sociale, éducative, affective et sexuelle.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Un livre très misérabiliste... il y a des choses plus intéressantes qui arrivent dans les quartiers

Des placards de banlieues à faire sauter au Karscher

Avis d'utilisateur  - Spiderman - CritiquesLibres.com

Voici un livre dont l'introduction rappellera beaucoup de choses à tous ceux qui tentent d'organiser des rendez-vous sur des sites de rencontres! Entre les timides, les mythos, les fantasmeurs, les ... Consulter l'avis complet

À propos de l'auteur (2012)

Franck Chaumont a longtemps été journaliste, notamment au magazine Têtu. Après avoir dirigé la communication du mouvement " Ni putes ni soumises ", il dirige aujourd'hui celle de la députée socialiste Aurélie Filipetti.

Informations bibliographiques