Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][merged small]

MANU E L DU CA N O N IST E,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

A P A R I S ,
Chez EUGÈNE ONFROY, Libraire, rue du Hurepoix, N.° 17, près du PontS-Michel,

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

LE RESPECTABLE VIEILLARD , que l'on regarde avec raison comme le plus judicieux Canoniste de France, me disoit, il y a huit ans : « Si j'ai eu quelque succès » dans la carrière que j'ai parcourue , je le dois aux » Ouvrages de M. Van-Espen. Je n'en connois point qui » renferme une érudition plus étendue, qui offre des lu» mières plus vives & plus abondantes. De tous les Au» teurs qui ont traité des Matières Ecclésiastiques , avant » & depuis ce profond Canonifte, je ne crois pas qu'on » puisse lui en comparer un seul , pour la grandeur du » génie, pour la fermeté , j'ai presque dit l'infaillibilité » de son jugement, pour la sûreté & la fécondité de ses » principes, & pour l'ordre admirable dans lequel il les » expose. Malheureusement on est devenu paresseux : on » ne lit presque plus que de petits Ouvrages , ou des » Dictionnaires. Et Van-Espen ayant composé cinq Vo» lumes in-folio , & latins, on se contente assez com» munément de rapporter les passages que les Diction» naires en ont cités ; & c'eft beaucoup si quelques-uns » le consultent lui-même , dans l'occasion , sur les ques» tions particulières. En sorte que les principes d'une » science très-vaste, qu'il faut lire & méditer de suite, » pour en saisir l'esprit & le véritable sens, ne sont plus » aussi bien connus & souvent sont faussement appliqués,

» parce qu'on les a vus sans les rapports qui en donnent

» la vraie fignification & en fixent la juste étendue. » Pour en rendre l'étude plus prompte & plus fa» cile, il faudroit mettre Van-Espen à la portée de tout » le monde ; de ceux qui ne savent pas le latin, ou qui » ne le lisent qu'avec peine ; & de ceux qui manquent de » tems ou de courage pour étudier des in-folio ; & de » ceux aussi qui n'ont pas les moyens de se les procurer. » Il faudroit pour cela , en conservant l'ordre & la dis

» tribution de chaque Traité de M. Van-Espen , en re

» trancher le texte des Auteurs peu confidérables , les » détails sur les usages particuliers de l'Espagne , des » Pays-Bas, & de quelques Provinces qui ne peuvent in» téresser tout le monde ; il faudroit , en un mot, n'ex» poser que ce qui est généralement utile, c'est-à-dire, » les principes du Droit Canonique Universel, appuyés » sur les autorités nécessaires. Par ce moyen , les cinq » Volumes in-folio pourroient être réduits à deux in-octavo, » ou à un in-quarto d'une grosseur ordinaire. » Alors les jeunes Magistrats , les Jurisconsultes de » tous les états catholiques, pourroient, presque sans peine, » voir de suite , combiner entr'eux, & approfondir ces » principes fondamentaux, qui sont la source de tout le » droit ecclésiastique, & sans lesquels il est impossible de » bien entendre les loix & usages de chaque pays, & » beaucoup moins encore la Jurisprudence des Tribunaux. » Alors les Evêques, les Grands-Vicaires, les Curés, » tous ceux qui sont chargés de l'administration des » choses spirituelles, auroient, sous leurs yeux , en peu » de mots, les vraies Maximes du gouvernement de l'E» glise; & les simples Eccléfiaftiques y trouveroient encore » des règles de conduite également solides & lumineuses. » Car M. Van-Espen ne s'est pas borné à ce qui regarde » les matières bénéficiales & contentieuses; il a fait entrer » dans ses vastes plans, tout ce qui tient à la Hiérarchie, » tout ce qui intéresse le gouvernement de l'Eglise. » Une Analyse raisonnée & faite d'après le plan dont » je viens de parler, seroit donc un Ouvrage, à la vérité » long & pénible , mais aussi bien utile ; celui qui le » donneroit au Public , lui rendroit un grand service; & » vous qui êtes laborieux, vous devriez vous en occuper. » Je l'ai fait. Le célèbre Canoniste qui me l'avoit conseillé, a revu mon travail. Il l'a honoré plusieurs fois de ses éloges. Des Grands-Vicaires , des Jurisconsultes à qui j'ai communiqué en manuscrit cette Analyse françoise de Van-Espen, en ont desiré la publication. Mais, avant de la faire imprimer , j'ai cru , pour la rendre plus utile encore, du moins en France, devoir y ajouter un grand nombre de notes sur les loix & usages de ce Royaume & sur la Jurisprudence de ses différens Tribunaux.

[merged small][graphic]
« PrécédentContinuer »