L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 7

Couverture
1783
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 187 - ... leur monsieur Caton est bien le plus vilain mâtin, le plus disgracié mortel, avec son tic et son bégaiement ; je ne connois que votre cousin, monsieur l'avocat, qui soit encore aussi ridicule.
Page 308 - ... l'autre eft de nous montrer la vérité , de nous faire fentir le peu de valeur réelle attachée à ce qui excite les defirs de la plupart des hommes. Combien , fi l'on /peut le dire , de...
Page 259 - ... esprits ont chacun leur opinion particulière. Les uns prétendent qu'absolument il n'y en a point ; d'autres disent que , quand on croit qu'il y en a , il en existe , mais qu'il n'y en a point , quand on ne le croit pas. Certains parlent ainsi : Si vous dites qu'il y en a , vous vous trompez ; si vous dites qu'il n'y en a point , vous vous trompez encore. Dire qu'il y en a , et qu'il n'y en a point , voilà le vrai. Le D.
Page 127 - ... ce sont les nègres. A la vérité plusieurs & même la plus grande partie des Colonies, ont toujours été opposées à leur importation, & souvent ont fait des loix pour l'empêcher; mais comme le consentement de la Couronne étoit nécessaire pour la confirmation de ces loix, elles n'ont jamais pu être établies, le Roi les ayant toujours rejettées comme...
Page 143 - Que voit- on dans les villes? Des palais » pompeux & fouvent fans goût ; on y foule » un fol durci par un pavé fatiguant & boueux; » des ruiffeaux fangeux & fétides y femblent » être l'élément de ceux qui les franchiffenr. » II faut fuir devant des courfiers rapides, at
Page 165 - Imposer le célibat aux prêtres , en leur confiant les fonctions les plus délicates dans l'examen des consciences et la direction des familles, c'était les placer dans une situation violente , entre le malheur d'observer une loi inutile ou l'opprobre de la violer.
Page 35 - Le physicien et le poète sont dignes d'être comparés : l'un et l'autre remontent au delà de toutes les traditions, et, malgré ces fables universelles dont l'obscurité cache le berceau du monde, ils cherchent l'origine de nos arts, de nos religions et de nos lois, ils écrivent l'histoire du genre humain , avant que la mémoire en ait conservé des monuments.
Page 80 - MAINTENANT défefpérée, viiïime d'un fol orgueil , je m'en vais dans la contrée qui renferme fon cercueil : là je n'ai plus d'autre envie que de mourir à fes pieds , payant des jours de ma vie ceux qu'il m'a facrifiés.
Page 298 - L'empereur le releve , en lui difant : Que vous êtes heureux de vivre loin du fracas des cours ; le bonheur...
Page 301 - ... ma pauvre famille à fon aife , car je les aime plus que moi-même ; eft-ce que vous n'éprouvez pas cela ? Mon ami , répond Théodofe , je n'ai pas le bonheur d'être époux , ni pere ; je ne fuis point marié ! — Vous êtes donc bien à plaindre? il n'ya d'autre félicité que celle-là ;tenez, .l'empereur lui-même ... oh ! malgré fa grandeur , jo le regarde comme très-malheureux : il n'a point encore de femme.

Informations bibliographiques