Histoire naturelle, générale et particulière, Volume 12 ;Volume 33

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 280 - J•JE tapcti (a) me paroît être une espèce très-voisine, et peut-être une variété de celle du lièvre ou du lapin : on le trouve au Brésil et dans plusieurs autres endroits de l'Amérique ; il ressemble au lapin d'Europe par la figure ; au lièvre par la grandeur et par le poil , qui seulement est un peu plus brun ; il a les oreilles très-longues et de la même forme; son poil est roux sur le front et blanchâtre sous la gorge ; quelques-uns ont un cercle de poil blanc autour du cou ; tous...
Page 289 - I. l'eau que sur la terre. Cet animal est grand comme un chat , et sa peau qui est mêlée de gris et de noir , est fine comme velours ; ses pieds sont faits à la semblance de ceux d'un oiseau de rivière ; au reste , sa chair est très-délicate et très-bonne à manger...
Page 242 - ysquiepatl , n'est pas le véritable, ou bien que la figure donnée par Hernandès a été appliquée à l'ysquiepatl , tandis qu'elle appartenoit peut-être à un autre animal: mais ce doute, qui d'abord paroît fondé, ne subsistera plus quand on saura que cet animal ne rend cette odeur empestée que quand il est irrité ou pressé, et que plusieurs personnes en Amérique en ont élevé et apprivoisé.
Page 38 - ... plus légèrement qu'il ne marche. Il est assez silencieux, et ne fait entendre sa voix que par un cri court et aigu, qu'il laisse, pour ainsi dire, échapper lorsqu'on le surprend ou qu'on l'irrite. Il dort assis, le museau incliné et appuyé sur sa poitrine.
Page 243 - ... les deux dernières appartiennent aux climats les plus chauds de l'Amérique méridionale, et pourroient bien n'être que deux variétés , et non pas deux espèces différentes. Les deux premières sont du climat tempéré de la nouvelle Espagne, de la Louisiane , des Illinois , de la Caroline, etc., et me paroissent être deux espèces distinctes et différentes des deux autres, sur-tout le coase qui a le caractère particulier de ne porter que quatre ongles aux pieds de devant, tandis que...
Page 41 - C'étoit un animal fort sale et assez incommode : on étoit obligé de le tenir à la chaîne, et, quand il pou voit s'échapper il entroit dans les boutiques du voisinage pour chercher des fruits, -du sucre, et sur-tout des confitures , dont il ouvroit les boîtes : on avoit bien de la peine à le reprendre, et il mordoit cruellement alors ceux qu'il connoissoit le mieux.
Page 142 - EI-OT est un animal d'Amérique, féroce et carnassier , que l'on doit placer à côté du jaguar, du couguar, ou immédiatement après ; car il en approche pour la grandeur, et leur ressemble par le naturel et par la figure. Le .mâle et la femelle ont été apportés vivans à Paris, par M. Lescot, et on les a vus à la foire Saint-Ovide, au mois de septembre de l'année i764 ; ils venoient des terres voisines de Carthagène , * Voyez les figures du mâle et de la femelle , planche XV.
Page 74 - Au reste, cet animal auquel nous avons donné la dénomination de loris de Bengale, parce que nous n'en connoissons pas le nom propre , se trouve, ou s'est autrefois trouvé dans des climats de l'Asie beaucoup moins méridionaux que le Bengale; car nous avons reconnu que la tête décharnée dont M. Daubenton a donné la description...
Page 231 - ... (i) Description dennée par M. de Sève. trois plis ; il a des griffes et grimpe sur les arbres, où il se couche tout de son long sur les branches pour attendre sa proie et se jeter dessus pour la dévorer. Il se jette sur le dos d'un orignal, l'entoure de sa queue, lui ronge le cou au dessus des oreilles jusqu'à ce qu'il tombe.
Page 37 - ... toujours en mouvement , et sur laquelle on compte jusqu'à trente anneaux alternativement noirs et blancs , tous bien distincts et bien séparés les uns des autres. Il a les mœurs douces ; et , quoiqu'il ressemble en beaucoup de choses aux singes , il n'en a ni la malice , ni le naturel.

Informations bibliographiques