Images de page
PDF
ePub

GEORGE DANDIN.

Hé bien! avez-vous fait votre message?

LUBIN

Oui : j'ai trouvé là-dedans une certaine Claudine qui, tout du premier coup, a compris ce que je voulois, et qui m'a fait parler à sa maîtresse.

GEORGE DANDIN, à part.
Ah! coquine de servante!

LUBIN. Morguienne! cette Claudine-là est tout-à-fait jolie; elle a gagné mon amitié, et il ne tiendra qu'à elle que nous soyons mariés ensemble.

GEORGE DANDIN.

Mais quelle réponse a faite la maîtresse à ce monsieur le courtisan?

LUBIN.

Elle m'a dit de lui dire... Attendez, je ne sais si je me souviendrai bien de tout cela : qu'elle lui est tout-à-fait obligée de l'affection qu'il a pour elle; et qu'à cause de son mari, qui est fantasque, il garde d'en rien faire paroître; et qu'il faudra songer à chercher quelque invention pour se pouvoir entretenir tous deux.

GEORGE DANDIN, à part. Ah! pendarde de femme!

LUBIN. Tétiguienne! cela sera drðle, car le mari ne se doutera point de la manigance, voilà ce qui est de bon; et il aura un pied de nez avec sa jalousie, est-ce pas?

GEORGE DANDIN.

Cela est vrai.

LUBIN.

Adieu. Bouche cousue, au moins. Gardez bien le secret,

afin
que

le mari ne le sache pas.

GEORGE DANDIN. Oui, oui.

LUBIN. Pour moi, je vais faire semblant de rien. Je suis un fin malois, et l'on ne diroit pas que j'y touche.

SCÈNE III.

GEORGE DANDIN.

HÉ BIEN! George Dandin, vous voyez de quel air votre femme vous traite! Voilà ce

que

c'est d'avoir voulu éjouser une demoiselle! L'on vous accommode de toutes pièces sans que vous puissiez vous venger, et la gentilhommerie vous tient les bras liés. L'égalité de condition laisse du moins à l'honneur d'un mari la liberté du ressentiment; et, si c'étoit une paysanne, vous auriez maintenant toutes vos coudées franches à vous en faire la justice à bons coups

de buton. Mais vous avez voulu táter de la noblesse, et il vous ennuyoit d'être maitre chez vous. Ah! j'enrage de tout mon cur, et je me donnerois volontiers des soufflets. Quoi! écouter impudemment l'amour d'un da moiseau, et y promettre en même temps de la correspondance! Morbleu! je ne veux point laisser passer une

ce

occasion de la sorte. Il me faut de

pas

aller faire mes plaintes au père et à la mère, et les rendre témoins, å telle fin que de raison, des sujets de chagrin et de ressentiment que leur fille me donne. Mais les voici l'un et l'autre fort à propos.

SCÈNE IV.

M. DE SOTENVILLE, MADAME DE SOTENVILLE,

GEORGE DANDIN.

M.

DE SOTENVILLE, Qu'est-ce, mon gendre? vous me paroissez tout troublé.

GEORGE DANDIN.

Aussi en ai-je du sujet, et...

MADAME DE SOTENVILLE.

Mon Dieu! notre gendre, que vous avez peu de civilité de ne pas saluer les gens quand vous les approchez!

GEORGE DANDIN. Ma foi, ma belle mère, c'est que j'ai d'autres choses en tête; et...

MADAME DE SOTENVILLE,

Encore! Est-il possible, notre gendre, que vous sachiez si peu votre monde, et qu'il n'y ait pas moyen de vous instruire de la manière qu'il faut vivre parmi les personnes de qualité?

GEORGE DANDIN.

Comment?

MADAME DE SOTENVILLE.

Ne vous déferez-vous jamais avec moi de la familiarité de ce mot de ma belle-mère? et ne sauriez-vous vous accoutumer à me dire madame?

GEORGE DANDIN. Parbleu! si vous m'appelez votre gendre, il me semble que je puis vous appeler ma belle-mère.

MADAME DE SOTENVILLE.

Il y a fort å dire, et les choses ne sont pas égales. Apprenez, s'il vous plait, que ce n'est pas à vous à vous servir de ce mot-là avec une personne de ma condition; que tout notre gendre que vous soyez, il y a grande difference de vous à nous, et que vous devez vous connoître.

M. DE SOTENVILLE,

C'en est assez, m'amour; laissons cela.

MADAME DE SOTENVILLE.

Mon Dieu! monsieur de Sotenville, vous avez des indulgences qui n'appartiennent qu'à vous, et vous ne savez pas vous faire rendre par les gens ce qui vous est dû.

M, DE SOTENVILLE.

Corbleu! pardonnez-moi, on ne peut point me faire de leçons là-dessus; et j'ai su montrer en ma vie, par vingt actions de vigueur, que je ne suis point homme à démordre jamais d'un pouce de mes prétentions : mais il suffit de lui avoir donné un petit avertissement. Sachons un peu, mon gendre, ce que vous avez dans l'esprit,

GEORGE DANDIN.

Puisqu'il faut donc parler catégoriquement, je vous dirai, monsieur de Sotenville , que j'ai lieu de...

M. DE SOTENVILLE.

Doucement, mon gendre; apprenez qu'il n'est pas respectueux d'appeler les gens par leur nom, et qu'à ceux qui sont au-dessus de nous il faut dire monsicur tout

court.

GEORGE DANDIN. Hé bien! monsieur tout court, et non plus monsieur de Sotenville, j'ai à vous dire que ma femme me donne...

M. DE SOTENVILLE,

Tout beau! apprenez aussi que vous ne devez

vous ne devez pas dire ma femme quand vous parlez de notre fille.

GEORGE DANDIN,

S'enrage! Comment! ma femme n'est pas ma femme?

MADAME DE SOTENVILLE,

Oui, notre gendre, elle est votre femme; mais il ne vous est pas permis de l'appeler ainsi, et c'est tout ce que vous pourriez faire si vous aviez épousé une de vos pareilles.

GEORGE DANDIN, à part. Ah!George Dandin, où t'cs-tu fourré! ( haut. ) Hé! de grâce, mettez pour un moment votre gentilhommerie à côté, et souffrez que je vous parle maintenant comme je pourrai. ( à part. ) Au diantre soit la tyrannie de toutes ces histoires - là! (à M. de Sotenville.) Je vous dis donc que je suis mal satisfait de mon mariage.

« PrécédentContinuer »