Images de page
PDF
ePub

ALCANTOR. Ma fille a de la complaisance, et vous verrez qu'elle s'accommodera entièrement à vous.

SGANARELLE. J'ai quelques infirmités sur mon corps qui pourroient la dégoûter.

· ALCANTOR. Cela n'est rien : une honnête femme ne se dégoûte. jamais de son mari.

SGANARELLE.

Enfin, voulez-vous que je vous dise? je ne vous conseille point de me la donner.

ALCANTOR. Vous moquez-vous ? J'aimerois mieux mourir que d'avoir manqué à ma parole.

. SGANARELL E. Mon Dieu , je vous en dispense, et je....

ALCANTOR. Point du tout. Je vous l'ai promise, et vous l'aurez en dépit de tous ceux qui y prétendent.

SGAN ARELLE, à part. Que diable!

ALCANTOR. Voyez-vous, j'ai une estime et une amitié pour vous toute particulière ; et je refuserois ma fille à un prince pour vous la donner.

SGAN ARELLE. Seigneur Alcantor, je vous suis obligé de l'honneur que vous me faites, mais je vous déclare que je ne veux point me marier.

[ocr errors]

der."

ALCANTOR. Qui, vous ?

SGANARELLE, Oui, moi.

ALCANTOR. Et la raison ?

SGAN ARELL E. La raison ? c'est que je ne me sens point propre pour le mariage, et que je veux imiter mon père" et tous ceux de ma race, qui ne se sont jamais voulu marier.

ALCANTOR. Écoutez. Les volontés sont libres, et je suis homme à ne contraindre jamais personne. Vous vous êtes engagé avec moi pour épouser ma fille, et tout est préparé pour cela; mais puisque vous voulez retirer votre parole , je vais voir ce qu'il y a à faire, et vous aurez bientôt de mes nouvelles.

ser m

SCÈNE XV.
SGANARELLE, seal.

ENCORE est-il plus raisonnable que je ne pensois, et je croyois avoir bien plus de peine à m'en dégager. Ma foi, quand j'y songe, j'ai fait fort sagement de me tirer de cette affaire ; et j'allois faire un pas, dont je me serois peut-être long-temps repenti. Mais voici le fils qui me vient rendre réponse.

SCÈNE XVI.

ALCIDAS, SGANARELLE.

ALCIDAS, parlant d'an ton doucereux. Monsieur , je suis votre serviteur très humble.

SGAN ARELLE.
Monsieur, je suis le vôtre de tout mon cæur.

ALCIDAS, toujours avec le même ton. Mon père m'a dit, monsieur, que vous vous étiez venu dégager de la parole que vous aviez donnée.

SGAN ARELLE.
Oui, monsieur. C'est avec regret; mais....

ALCIDAS.
Oh! monsieur, il n'y a pas de mal à cela.

SGAN ARELLE.
J'en suis fâché, je vous assure; et je souhaiterois....

ALCIDA S. Cela n'est rien, vous dis-je. ( Alcidas présente à Sganarelle deux épées. ) Monsieur, prenez la peine de choisir, de ces deux épées, laquelle vous voulez.

SGANARELLE. De ces deux épées ?

ALCIDAS. Oui, s'il vous plaît.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Monsieur, comme vous refusez d'épouser ma seur après la parole donnée, je crois que vous ne trouverez pas mauvais le petit compliment que je viens vous faire.

SGANAR ELLE.

ous

Comment !

ALCIDAS. D'autres gens feroient plus de bruit, et s'emporteroient contre vous; mais nous sommes personnes à traiter les choses dans la douceur; et je viens vous dire civilement qu'il faut, si vous le trouvez bon, que nous nous coupions la gorge ensemble.

SGA NARELLE.
Voilà un compliment fort mal tourné.

ALCIDAS.
Allons, monsieur, choisissez , je vous prie.

SGAN ARELLE. Je suis votre valet, je n'ai point de gorge à me couper. (à part. ) La vilaine façon de parler que voilà!

ALCIDAS. Monsieur, il faut que cela soit, s'il vous plaît.

SGAN A RELLE. Eh, monsieur! rengaînez ce compliment, je vous prie.

ALCIDAS.' Dépêchons vite, monsieur. J'ai une petite affaire qui m'attend.

SGANARELL E.
Je ne veux point de cela, vous dis-je.

ALCIDAS.
Vous ne voulez pas vous battre?

SGANARELLE.
Nenni, ma foi.

insieme cez que de par

ALCIDAS...
Tout de bon?

SGANARELL E.
Tout de bon.

ALCIDAS, après lui avoir donné des coups de bâton. Au moins, monsieur, vous n'avez pas lieu de vous plaindre; vous voyez que je fais les choses dans l'ordre. Vous nous manquez de parole, je me veux battre contre vous; vous refusez de vous battre, je vous donne des coups de bâton; tout cela est dans les formes , et vous êtes trop honnête homme pour ne pas approuver mon procédé..

SGAN ARELLE, à part. Quel diable d'homme est-ce ci ?

ALCIDAS lai présente encore les deux épées. Allons, monsieur, faites les choses galamment, et sans vous faire tirer l'oreille.

SGANARELLE. Encore?

ALCIDAS. Monsieur, je ne contrains personne; mais il faut que vous vous battiez, ou que vous épousiez ma sour,

SGANARELLE. Monsieur, je ne puis faire ni l'un ni l'autre, je vous assure.

ALCIDAS.

Assurément ?

SGANARELLE.

Assurément.

« PrécédentContinuer »